Son truc à Leonard ? Escalader tout ce qui passe et dormir dans son van. Et cette vie-là vaut largement la vôtre. D'autres questions ?

© Outdoor Retailer

Le plus grand magasin d'équipements techniques des États-Unis se trouve à Seattle et mesure 9 100 m2. Il appartient à la chaîne REI (Recreational Equipment Inc.). À titre de comparaison, le salon professionnel de l'outdoor de Salt Lake City fait cinq fois cette superficie.

Sur près de 46 000 mètres carrés, le parc des expositions du Salt Palace accueille tout ce qui se fait en matériel et vêtements pour l'outdoor. Et, comme si ce n'était pas suffisant, un pavillon supplémentaire a dû être accolé au parc des expos, sans parler des espaces de démonstration.

Si votre truc c'est le matos et que le produit que vous cherchez n'est pas exposé au salon Outdoor Retailer, alors c'est qu'il n'existe probablement pas.

Plus de 1 400 marques et plusieurs dizaines de milliers de visiteurs venus de plus de quarante pays se ruent dans les allées de ce salon situé dans cette petite ville de l'Utah, et ce deux fois par an. Ils y découvrent toutes les nouveautés en matière d'équipement : du plus flashy au plus léger en passant par les plus résistants ou inventifs du marché, qu'il s'agisse d'escalade, de camping, de bagagerie, de marche, de kayak, de trail, voire de stand-up paddle.

Essayez de visualiser un buffet de nourriture long de trente mètre, garni de tous les plats que vous pouvez imaginer. Et bien maintenant, dites-vous que ce buffet fait 150 mètres de long et que tous les plats ou presque sont succulents. Pas mal, non ?

Ne serait-ce que les progrès technologiques réalisés chaque année dans le domaine des chaussures est complètement bluffant : des caoutchoucs à l'adhérence sans cesse meilleure, tout comme les aérations, le grip des semelles, les choix de coloris, les semelles intermédiaires, les systèmes d'absorption améliorés pour le confort ou, inversement, plus fermes pour une meilleure réponse et un poids moindre, etc. Toutes ces innovations représentent des mois de R&D, influencé par le feedback d'ultramarathoniens ou d'experts en sciences appliquées. Et là, on ne parle que des chaussures...

Un grand nombre d'innovations ont ainsi été présentées lors des salons précédents.

Des traitements imperméables sur les sacs de couchage comme les doudounes, les mousquetons Magnetron à verrouillage aimanté de Black Diamond, le casque Sirocco de 165 g. de Petzl. L'été 2012, Sierra Designs avait dévoilé sa tente double pesant 760 g. fabriquée à partir de toile en fibre de Cuben (utilisée en Coupe de l'America) et aux arceaux en carbone, commercialisée à un prix record de 1 800 $.

Et, à voir l'attention reçue pour les nouveaux coinceurs X4 de Black Diamond, on pourrait croire que la marque vient d'inventer le coinceur !

De mon côté, je penche plutôt vers une approche minimaliste, voire anti-consumériste et je préfère me dire que "si ce n'est pas cassé, pas besoin de le remplacer" plutôt que d'aller dépenser de l'argent. Et pourtant, je ne peux m'empêcher d'être excité comme un gamin devant des jouets à chaque fois que je parcoure les artères du salon Outdoor Retailer.

Les nouveaux pantalons d'escalade de Black Diamond, les sacs étanches d'Outdoor Research et les chaussures d'escalade lavables de La Sportiva ont retenu toute mon attention, tout comme le grand nombre de nouveaux sacs à dos ou baudriers toujours plus légers les uns que les autres.

Heureusement que les articles ne sont pas à la vente lors de ce salon, mais seulement en exposition pour les professionnels, car ce serait une ruine pour les visiteurs. D'ailleurs, parmi ces produits, certains ne seront pas commercialisés avant le printemps suivant.

Ceci étant dit, lorsque sonne la fin du salon le dernier jour, certains exposants sont néanmoins prêts à céder une partie des articles et de leurs échantillons à des prix défiant toute concurrence, comme par exemple des chaussures de running à 20 $, des sandales rivière à 15 $ ou encore des t-shirts techniques à 5 $ et des packs escalade à 50 %.

Et puis, des séances cadeaux pour le public sont organisées au fil du salon sur les stands lors de "l'happy hour", quand les bières sont de sortie chaque fin d'après-midi un peu partout dans les allées du Salt Palace. Un visiteur malin qui aura pris le soin d'avoir les poches remplies de cash saura se procurer tout le matériel dont il rêve, au risque de repartir les poches vides.