Son truc à Leonard ? Escalader tout ce qui passe et dormir dans son van. Et cette vie-là vaut largement la vôtre. D'autres questions ?

© Brendan Leonard

Je n’ai pas planifié un seul « trip » pour aller grimper lors de l’année écoulée, et je n’ai pas pris un seul jour de vacances de la grimpe. Quand on vit dans un van, l’un des plus gros avantages est que l’on n’a jamais à « rentrer à la maison » - on ne fait qu’emmener sa maison vers la prochaine destination. En un an, j’ai pu me rendre au moins un jour sur les meilleurs spots américains : Ouray Ice Park, Joshua Tree, The Tetons, Castle Valley, Red Rocks, Devil Tower, Lumpy Ridge, Vedauwoo, Rocky Mountain National Park, Boulder Canyon et d’autres.

Avec un bureau mobile, on peut se débrouiller pour travailler et explorer les plus beaux endroits du monde – tant que l’on peut se connecter à Internet. Ma copine et moi travaillons à distance, et lorsqu’on décide de la prochaine étape, nous considérons 3 choses.

1. Y a-t-il un bon spot ?
2. Y a-t-il des cafés, des marchands de journaux ou autres avec le WiFi gratuit ?
3. Y a-t-il un endroit pour garer le van ?

Nous avons passé une semaine en mars à grimper à Joshua Tree, l’une des plus belles destinations au monde en la matière. Le matin, nous nous rendions dans le parc, choisissions un spot et grimpions avant de remballer et retourner au van avant la mi-journée, quand il fait trop chaud. Puis nous roulions jusqu’à une des villes proches dans un café ou un marchand de journaux, ouvrions nos ordinateurs portables et travaillions jusqu’à l’heure du dîner, où nous retournions au camping gratuit au nord de la ville de Joshua Tree, où nous faisons le dîner et décidions de ce que nous voulions grimper le lendemain.

Le mauvais côté, c’est que comme ça on ne prend jamais de vraies vacances – on ne fait que bouger d’un point à l’autre. Mais le potentiel d’exploration est illimité. Joshua Tree n’est qu’à trois heures de route de Red Rocks. Quand vous en avez assez des rochers simples du désert, vous pouvez travailler toute la journée, et prendre la route, le soir venu, vers Red Rocks et ses rochers multiples sablonneux et y rester autant que bon vous semble. Si vous vous rendez compte que vous n’aimez pas Red Rocks, Zion National Park est à trois heures à l’Est.

Cet hiver et ce printemps, nous avons mis un système sur pieds. Certains jours, nous quittons « le bureau » (un café ou autre) tôt pour aller grimper un peu, comme à Navajo à Wall Street, près de Moab. Certaines semaines, nous travaillerions le samedi et prendrions le vendredi pour faire de gros classiques comme le Solar Slab à Red Rocks (5.6). Les autres jours, nous prendrions la matinée pour nous lever tôt afin d’affronter les foules sur des spots comme le Southwest Corner à Joshua Tree, avant d’aller en ville et d’ouvrir nos ordinateurs portables devant une bonne tasse de café.

Si nous voulons aller quelque part, nous y allons. Si c’est à cinq ou six heures de route, nous y allons le soir ou le weekend. Si c’est à deux heures, nous y allons le soir ou tôt le matin en fonction des obligations au travail. Au lieu de travailler toute l’année et ne voyager que pendant nos vacances, nous voyageons toute l’année et travaillons sur la route. Mais je pourrais quand même prendre des vacances.