Le SUP, une planche taillée pour l’aventure

Le SUP est une des nouvelles tendances pour partir à l'aventure. Voici les meilleures expéditions...
Dan Gavere apprivoise les eaux vives sur son SUP. © Courtesy Starboard
Par Josh Sampiero

Le Stand Up Paddle (ramer debout sur une planche) était jusqu'à présent surtout considéré comme une ballade en eau plate. Bien sur il existe aussi un championnat du monde de SUP en surf et un circuit mondial, mais on ne pense pas vraiment au SUP comme à un sport d’aventure. Et pourtant, certains explorateurs s’en servent déjà pour parcourir le monde...

Le SUP en eaux vives
Le SUP intéresse désormais les amateurs de rapides et montre à quel point il peut aussi devenir un sport extrême. On appelle cela le SUP d’eaux vives, une discipline naissante qui fait des adeptes chez les kayakistes à la recherche de nouvelles sensations. Aux Etats-Unis, l’ancien professionnel de kayak Dan Gavere est l’un des premiers à s’être lancé dans la pratique. Habitué aux grosses chutes d’eau, il n’a pas hésité à s’y attaquer sur un SUP. Côté matériel, les SUPers avaient pris l’habitude de réserver une de leurs planches en dur à la pratique en rivière en sachant qu’elle allait prendre pas mal de chocs. Heureusement pour eux,une nouvelle génération de planches rigides et gonflable est apparue sur le marché. Ces dernières sont devenues les préférées des riders en rivière, tout simplement parce qu'elles rebondissent sur les cailloux.

Ramer jusqu'au bout du monde, c'est ça l'aventure. © Richard Hallman/Starboard

Les expéditions en SUP

Un peu partout sur la planète, des rameurs utilisent leur planche de SUP non pas pour surfer mais pour faire de la course où pour partir en exploration. La course en mer fait partie intégrante de l’histoire du SUP puisque, depuis le début, ces planches sont utilisées lors d'épreuves inter-îles à Hawaii. Maintenant les aventuriers s’en servent aussi pour explorer le monde. En ce moment même, deux stand up paddlers sont en expédition sur deux endroits bien différents du globe.

Le premier s’appelle Bart de Zwart, un Hollandais qui s'est installé à Hawaii. Bart rame au sud du cercle arctique dans les fjords glacés du Glacier Ilulissat. Il est chargé de matériel pour tenir dix jours mais il espère arriver à Sisimuit en moins de six jours. La température de l’air oscille aux alentours de zéro degré. Le vent rend la mer agitée. Des conditions difficiles pour ramer. Et pour dormir? Il se débrouille en restant sur la planche ou en dormant directement sur la glace s’il a de la chance.

Pendant ce temps, Seth Warren s’apprête, lui, à partir pour l’archipel des Quirimbas au large des côtes du Mozambique. Alors que l’expédition dans le froid de Bart ne durera que quelques jours, l’exploration des Quirimbas de Warren est prévue pour un mois et demi, en tirant avantage des alizés qui le pousseront vers le nord en direction de Zanzibar.

Pour Warren c’est vraiment un voyage de découverte. Il sera à la recherche de spots de rêve pour pratiquer le kiteboard en cours de route, et il devra pêcher pour se nourrir. (Warren avoue qu’il fera des stops dans des zones civilisées pour mettre quelques données en ligne et refaire son stock de vivres, mais de là à ramer pendant un mois et demi, cela force le respect). Ce voyage sous les tropiques est un peu différent de sa dernière aventure en SUP qui l’avait conduit le long de la rivière Colorado jusqu’au Grand Canyon.

N’hésitez pas à aller faire un tour un SUP si vous en avez l’occasion, c’est tout un monde qui s’ouvre à vous.

 

read more about
Next Story