Record d'altitude en kitesurf pour Jesse Richman

Découvrez ce qu'il se passe lorsqu'un kitesurfeur se fait tracter par un hors-bord à 250 m de haut.
© Richard Hallman/jessetowup.com
Par Josh Sampiero

"Il y avait une rumeur selon laquelle j'allais sauter d'un hélicoptère en vol. Mais ce n'était pas exactement ça." S'il y a bien une hélice dans l'histoire, elle ne tourne pas dans les airs mais plutôt sous l'eau. Jesse Richman, un kitesurfeur pro de Maui, est parvenu à réaliser un vol ascensionnel à près de 250 mètres d'altitude au-dessus de la rivière Columbia, un record mondial en kite. Mais comment a-t-il fait nous direz-vous ? C'est son pote BASE-jumper Jon Malmberg qui l'a tracté grâce à son hors-bord de wakeboard.

"Cela faisait des années que l'idée nous trottait dans la tête," explique Jesse, récent vainqueur du Red Bull King of the Air en février dernier à Maui. "Nous avons commencé à faire des essais l'été dernier en utilisant une barre renforcée et en rajoutant des lignes sur l'aile. Mais nous n'étions pas satisfaits au niveau sécurité lorsqu'il s'agissait de voler vraiment haut."

"J'ai atteint les 90 km/h à un moment," lance Jesse. Toutes les données du vol - la vitesse, l'altitude, l'accélération et d'autres données tridimensionnelles - ont été enregistrées grâce à une nouvelle application iPhone associée à un appareil appelé le Xensr, qui permet de mesurer les déplacements à l'échelle du millimètre.

Comment Richman a-t-il fait pour assurer sa sécurité ? Jon Malmberg, son pilote et coordinateur de l'exploit, explique : "Jesse avait pris le harnais que j'utilise pour le speedflying, qui est doté d'un parachute de secours frontal. Nous l'avons fixé au système de largage rapide de son aile pour qu'il puisse ouvrir le parachute rapidement s'il se décrochait de l'aile, et ainsi atterrir tranquillement sur l'eau".

Si Jesse a plus qu'une certaine expérience en termes de kite et de gréements, ce nouveau dispositif était non moins inédit pour lui. "Quand j'ai lâché la corde, j'ai voulu continuer à grimper immédiatement. Mais en faisant cela, l'aile s'est écroulée et j'ai commencé à partir en vrille. Je n'avais plus trop le choix. Je n'avais jamais connu cette sensation en trois dimensions lors d'un vol, j'étais un peu perdu. L'objectif n'était évidemment pas de me crasher !"

Pour Richman, il était crucial de dépasser ce palier de 100 pieds, avant lequel il aurait été trop bas pour déclencher son parachute. En cas de chute, il aurait alors pu se blesser gravement, voire pire. "Il faut atteindre les 180 pieds avant de pouvoir déployer le parachute en toute sécurité et amortir une chute en vol," explique Malmberg. Heureusement, le parachute est resté bien plié au chaud et, non seulement Jesse a pu atterrir sans encombres (enfin amerrir plus exactement), mais il est parvenu à poursuivre sa route sur l'eau en kite comme si de rien n'était.

Peut-on conseiller à n'importe quel kitesurfeur de fixer une corde de 500 mètres de long sur un canot lambda équipé d'un moteur et de grimper à des altitudes stratosphériques ? Pas vraiment, non. "Un vol ascensionnel à plus de 150-200 pieds revient à mettre en péril votre intégrité physique en cas de chute, si ce n'est risquer la mort," rappelle Malmberg. "Vous devez vous assurer d'avoir bien maîtrisé toutes les étapes intermédiaires et d'avoir pris en compte le risque de chute en cas d'incident matériel. Les ailes gonflables classiques ne sont pas conçues pour supporter autant de tensions lors de ce type de vol en altitude. Elles risquent de se déchirer. Tout le matos de Jesse avait été fabriqué sur mesure spécialement pour ce coup."

Toujours est-il que les deux garçons ont pleinement réussi leur défi et sans bobos. Quelle sera la prochaine étape pour Richman ? Un nouveau vol ascensionnel ? "Au départ, je me suis dit que c'était l'idée la plus débile et la plus dangereuse qu'on avait jamais eu. Mais après l'avoir fait une fois sans soucis, je pense qu'on remettra ça !"

read more about
Next Story