Changement de tendance sur les sentiers

C'est l'heure du trail. Vous voulez être léger et rapide, sans oublier le confort.
Avec lesquelles partez-vous ? © Josh Sampiero
Par Toby Archer

La grosse tendance dans le matériel d’aventure est simple : plus léger, plus léger, plus léger. On assiste à la transformation des bonnes vieilles chaussures en des sortes de chaussures de running, même en montagne. C’est très net.

Il y a plus de chaussures de running pour le trail et de chaussures de marche légères sur le marché aujourd’hui qu’il n’y en a jamais eu. Mais les gens se sont allégés au niveau des pieds depuis un moment. Aux États-Unis, on attribue souvent la paternité du phénomène au gourou du sac-à-dos ultra-léger, Ray Jardine.

Dans sa fascinante – si ce n’est bizarre – bible pour marcheurs, Trail Life, il raconte son passage à la marche en chaussures de running quand il était instructeur outdoor dans les années soixante-dix, puis son succès à les porter sur de gros événements comme le Pacific Crest Trail dans les années quatre-vingts.

Mais Jardine n’était pas le seul. Au Royaume-Uni, le pont entre les marcheurs et les coureurs en montagne veut dire que certains ont longtemps utilisé leurs « fell », ou chaussures de running en montagne (légères, simples chaussures de cross-country avec très peu de rembourrage et des semelles agressives) non seulement pour la course, mais aussi pour les marches en montagne estivales.

Déjà en 1978, l’alpiniste Reinhold Messner a collaboré avec Adidas pour produire un tissu ultraléger pour les chaussures qu’il portait dans la première phase d’accession à son ascension de l’Everest sans assistance respiratoire.

Récemment, les athlètes du Red Bull X-Alps (dont beaucoup ont marché plus de 500 kilomètres sur le parcours) portaient presque tous des runners de trail comme les Reebok One Seeker GTX (ci-dessus). Pour les gors morceaux comme le Salomon Xreid Hardangervidda, où les athlètes doivent se frayer un chemin parmi les rochers, les herbes et les golfes tout en faisant face à de bons dénivelés, les chaussures de trail légères sont la meilleure option.

Rester au sec © Agurtxane Concellon/Salomon Xreid Hardangervidda

Passer des bonnes vieilles classiques (et old-school) bottes de marche aux chaussures actuelles ultralégères peut être un choc. Il faut se faire à l’idée que oui, on va se mouiller les pieds, et que non, ça n’est pas la fin du monde.

Il y en aura toujours pour mettre en avant que les chevilles seront les premières à morfler si l’on glisse sur une pierre. Il y a aussi les autres, à l’opposé, qui affirment que les « bottes » sont nulles en toutes circonstances.

Pour le froid, l’humidité et ce genre de conditions, les bonnes vieilles chaussures sont toujours une valeur sûre. Mais pour la plupart des activités estivales, ou les aventures dans des climats assez chauds, essayez donc les chaussures de running. On n’est pas obligé de courir pour autant, alors pas de stress !

read more about
Next Story