Red Bull 7 Islands: Entretien avec Josef Ajram...

Josef Ajram a participé aux courses les plus dures du monde. Son prochain défi est encore plus fou.
Josef Ajram se prépare à une performance hors du commun aux îles Canaries lors du Red Bull 7 Islands, le 13 mai 2012. Sa tentative d’effectuer l’équivalent de 7
Josef Ajram se prépare pour une épreuve nage. © Sebas Romero/Red Bull Content Pool
Par Tobias Mews

En octobre 2013, Josef Ajram retente le Red Bull 7 Islands, un challenge qui l’a vu finir à l’hôpital l’année dernière. Nous avons demandé à l’athlète et journaliste Tobias Mews de lui demander ce qui le pousse à repousser les limites...

Qu’est-ce que le Red Bull 7 Islands ?
Les Canaries sont composées de 7 îles, donc l'objectif est de boucler 7 distances Ironman (IM) – une par île pendant sept jours. Chaque jour pendant une semaine, je vais nager 3,8 kilomètres, pédaler 180 kilomètres et courir un marathon (42 kilomètres). Au total, j’aurai nagé 26,6 kilomètres, pédalé 1.260 kilomètres et couru 294 kilomètres.

Josef Ajram aux îles Canaries lors du Red Bull 7 Islands, le 13 mai 2012. Sa tentative d’effectuer l’équivalent de 7
La première tentative de Josef Ajram au 7 Islands. © Gines Diaz/Red Bull Content Pool

Ça semble fou. Pourquoi un tel défi ?!
J’ai eu cette idée quand j’ai terminé l’EPICS, qui incluait 5 distances Ironman en cinq jours, sur chacune des 5 îles hawaiiennes. Red Bull 7 Islands porte le challenge à un niveau encore supérieur.

De quelle course d’endurance es-tu le plus fier ?
Toutes sont très spéciales pour moi, mais je crois que le Marathon des Sables (une course de 250 kilomètres dans le Sahara) a changé ma vie dans le sens où elle m’a fait penser à ce qui est le plus important – être heureux et passer du temps en famille. Se trouver au beau milieu du désert avec rien d’autre qu’un petit sac à dos… on se rend compte que l’on n’a pas besoin de grand chose pour être heureux.

Josef Ajram aux îles Canaries lors du Red Bull 7 Islands, le 13 mai 2012. Sa tentative d’effectuer l’équivalent de 7
À pieds aussi... © Sebas Romero/Red Bull Content Pool

Quel va être l’élément le plus difficile du Red Bull 7 Islands ?
Mon esprit. J’aurai besoin d’être en forme le quatrième jour. Ce sera le pire moment du défi. Je me dirai que j’en ai fait plus de la moitié, que c’est fait, alors qu'en fait j’aurai encore trois jours à tenir. Ce seront les plus durs...

Ajram en scelle. © Sebas Romero/Red Bull Content Pool

Ta première tentative au Red Bull 7 Islands s’est terminée sur un échec avec une insolation le deuxième jour...
Je suis mieux préparé que l’année dernière. J’ai perdu 10 kilos avec un régime strict, je m’entraîne deux à trois fois par jour, jusqu’à trente heures par semaine. Parfois je vais courir à midi, quand le soleil est le plus fort, pour que mon corps et ma tête s’y habituent. En gros, je me sens plus fort que jamais.

Nous avons aussi déplacé le défi en octobre, pour qu’il fasse moins chaud. La météo est l’un des facteurs les plus importants dans cette tentative. L’année dernière, nous avons fait ça au printemps et c’était le mois de mai le plus chaud sur l’archipel depuis 1980. Deux personnes sont mortes d’insolation, donc il était impossible de pratiquer une activité sportive pendant la journée. A plus forte raison un Ironman ! Mais ça n’est pas une excuse.

Je dois être en forme. J’ai aussi besoin d’une semaine parfaite : belle météo, pas de vent, de bonnes sensations dans mon corps pour ne pas être malade ou me blesser, et un soutien première classe de la part de mon team.

L’année dernière, j’ai perdu deux heures le premier jour parce que la selle du vélo n’était pas installée correctement. Cette année j’ai besoin d’une semaine parfaite, car chaque minute équivaut à de l’or.

Josef prend une bouffée d'air en nageant. © Gines Diaz/Red Bull Content Pool

Tu prévois de compléter la distance dans un temps imparti ? Combien de repos vas-tu avoir ?
Il faut garder en tête qu’il y a des gens qui se préparent toute leur vie pour finir juste un Ironman. Je vais essayer d’en faire 7 d’affilée.

Idéalement, j’aimerais faire chacun en moins de douze heures, ce qui me laissera dix heures de repos et de sommeil chaque nuit avant la course suivante. Si je mets plus longtemps, je perdrai de précieuses heures de repos.

Josef Ajram aux îles Canaries lors du Red Bull 7 Islands, le 13 mai 2012. Sa tentative d’effectuer l’équivalent de 7
Ajram espère courir 294 kilomètres au total. © Gines Diaz/Red Bull Content Pool

J’ai repéré que tu avais un ou deux tatouages…
Chacun a une signification spéciale pour moi… Le logo d’une compétition que j’ai finie, le nom de ma fille, des citations sur le bonheur, d’autres qui motivent. Ma préférée est la citation que j’ai sur ma poitrine, sous le cou : « I don’t know where the limit is but I know where it is not ».

Lorsque j’ai abandonné le challenge l’an dernier, je me suis fait tatouer « I will finish Red Bull 7 Islands » sur mon bras. La meilleure façon de me motiver chaque jour.

Selon moi, la « limite » est de perdre la motivation. Quelqu’un qui essaie de terminer une compétition est un héros. Mais quelqu’un qui choisit de ne pas finir, juste pour retourner sur son canapé, a trouvé ses limites. Si tu te fixes des objectifs jour après jour, tu ne trouveras jamais ta limite.


Josef Ajram retentera le Red Bull 7 Islands du 14 au 20 octobre.

read more about
Next Story