Rallier l'Écosse à la nage

Après la traversée Cuba-Amérique de Diane Nyad, c'est au tour de Sean Conway de faire des vagues.
Sean Conway nage en haute mer
Plus que 1 000 km avant l'arrivée... © Owain Wyn-Jones
Par Andy Pag

Nous avons posé six questions au nageur britannique.

Pourquoi prendre la mer alors que l'automne débute ?

Si j'ai décidé de nager au milieu des courants froids qui longent le large de l'Écosse, c'est pour devenir le premier à réaliser à la nage la diagonale "Land's End to John O'Groats" qui relie les deux extrémités de la Grande-Bretagne. J'ai déjà parcouru les trois-quarts de la traversée et, même si l'eau commence à devenir vraiment froide, les paysages sont de plus en plus beaux.

Étiez-vous un excellent nageur la base ?

Je n'avais pas nagé depuis 14 ans. L'an passé, j'ai parcouru 26 000 km en vélo à travers six continents en 116 jours, pour boucler la première course au tour du monde en vélo, malgré un accrochage avec un véhicule qui m'a provoqué une fracture au niveau du dos.

Sean Conway nage avec un phoque
Un phoque et... un drôle de mammifère marin. © Owain Wyn-Jones

Vous pouvez nous donnez quelques statistiques sur votre traversée à la nage ?

88 jours et 1 046 km parcourus à la nage.
725 000 coups de bras dans une eau entre 12 et 16°.
Piqué 11 fois par des méduses, dont 4 fois au visage.
9 jours à nager parmi les dauphins, 20 avec les phoques.
9 journées de mauvais temps, vomi deux fois, et seulement 5 douches prises.

À quoi ressemblent vos journées en mer ?

Pour optimiser les deux marées quotidiennes, je débute généralement en pleine nuit, entre 2h et 5h du matin. Je me prépare pendant que le bateau rejoint le point GPS où j'ai achevé ma session précédente. Puis, je me lance pour quatre heures de nage, en m'alimentant toutes les 90 minutes. Au changement de marée, nous trouvons un point de mouillage, et on remet ça lors de la marée suivante.

Sean Conway nage à côté d'une méduse
Conway s'est fait piquer 11 fois par des méduses © Owain Wyn-Jones

Quel équipement utilisez-vous ?

J'ai emporté six combinaisons Tri Super Elite de Speedo. Je perds du poids au fur et à mesure et je dois descendre en taille de combinaisons. Je porte des gants, des chaussons et trois tops thermiques sous la combinaison. Porter des sous-couches n'est pas vraiment idéal, mais à 62 kg, il ne me reste presque plus de matière grasse dans le corps et j'ai besoin d'une isolation thermique supplémentaire. Pour les lunettes, j'utilise des Speedo Aquapulse qui se révèlent excellentes. Et enfin je me passe le visage à la vaseline pour me protéger des méduses.

Bientôt la terre à l'horizon ?
Il me reste encore 322 km à parcourir. Vous pouvez suivre ma progression sur swimmingbritain.co.uk.

read more about
Next Story