Les 5 aventures de Tom de Dorlodot

Explorateur, parapentiste et pêcheur. La vie de Thomas de Dorlodot définit à elle seule l'aventure.
Vol au-dessus de... la Nouvelle-Zélande © SEARCH Productions
Par Thomas de Dorlodot

Thomas de Dorlodot est l’un des meilleurs parapentistes au monde. Nous lui avons demandé de partager ses trips les plus mémorables.

De toutes les aventures que j’ai vécues dans ma vie, il me semble impossible de choisir ma préférée. Je suis en l’air avec mon parapente depuis six ans, à voyager au-dessus de paysages incroyables, tous uniques à leur façon. Ç’a été une balade incroyable. Mon goût de l’inconnu et la recherche de nouveaux challenges nous a amenés, mon team et moi, sur les plus beaux sites du monde. Voici certains de mes meilleurs souvenirs.

 

Au-dessus du Machu Picchu – Février 2009

Ça n’a pas été facile de faire rentrer mon parapente dans le parc et de trouver un point d’envol tout en évitant les gardes. Mais finalement, j’ai pu décoller de la terrasse surplombant la ville sacrée. J’ai survolé les vestiges, la vue était à couper le souffle. Je n’arrivais pas à réaliser que je volais au-dessus de ce qu’avaient construit les Incas il y a des milliers d’années. J’ai atterri vingt-cinq minutes plus tard dans la vallée, et je croyais que j’avais échappé aux ennuis. Mais la police locale a débarqué avec ses chiens pas très amicaux qui me courraient après, et j’ai été arrêté. Ils m’ont gardé en prison un jour et m’ont relâché quand ils ont compris que mes intentions n’étaient pas mauvaises.

Vol risqué © SEARCH Productions

Traversée de l’île sud de la Nouvelle-Zélande – Février 2013

Ferdinand Van Schleven et moi avons mis vingt-six jours pour traverser l’île sud de la Nouvelle-Zélande, à la façon du Red Bull X-Alps – à pieds et en volant. Nous avons évolué en totale autonomie et parcouru plus de 800 kilomètres. Équipés de notre matériel de vol, de nos sacs de couchage, de nos cannes à pêche et de nourriture basique, nous avions le minimum vital pour relever le défi. Mais ce qui nous attendait était au-delà de ce que nous aurions souhaité : forêts, montagnes, glaciers et rivières. Je pense que Le Seigneur des Anneaux au cinéma n’a même pas montré la vraie beauté de ces lieux.

En tout, nous portions environ 23 kilos chacun. Nous avons fait des vols de plus de 100 kilomètres, pour l’une de nos plus belles aventures.

Marche aquatique © SEARCH Productions

Le Karakoram – Juillet 2012

J’ai volé et marché 340 kilomètres du Karakoram, traversant certains des plus gros glaciers du monde avec mes amis Ramon Morillas et Simon Elias. Nous avons voyagé vingt-cinq jours, dormi dans des grottes, grimpé des sommets vierges, et volé à une altitude de plus de 7.000 mètres. J’ai aussi volé du glacier Baltoro au K2, deuxième plus haute montagne au monde. La vue à 7.300 mètres était de loin la plus impressionnante que j’ai vue de ma vie. Ça semblait unique, hors de prix. J’ai passé les quatre derniers étés à voler au Pakistan – c’est devenu ma deuxième maison.

Col d'Hispar © SEARCH Productions

SEARCH Afrique – Hiver 2012

Mon ami Horacio Llorens et moi avons traversé l’Afrique de l’Égypte à l’Afrique du Sud. Nous avons traversé 10 pays différents en quatre mois avec notre équipe de production. Sur le chemin, nous avons inauguré des sites incroyables. Je n’oublierai jamais nos vols au-dessus des Pyramides au Soudan, du volcan actif en Tanzanie, des Chutes de Victoria au Zambie, du delta d’Okavango au Botswana… nous avons découvert les cultures locales, et vécu des tonnes d’aventures en route. C’est une expérience qui change la vie.

Chute aquatique © SEARCH Productions

Traversée des Pyrénées – Août 2013

Ma dernière aventure m’a emmené dans les Pyrénées. Je suis parti d’Hondarribia, sur la côte atlantique de l’Espagne, vers le Cap de Creus à 440 kilomètres de la côte méditerranéenne. J’ai voyagé seul pendant treize jours avec mes jambes et ma voile comme seuls moyens de transport. J’ai porté 17 kilos (matériel de vol inclus). J’ai voulu ne prendre que l’essentiel. Le plus dur était la solitude. Après quelques jours, sans même m’en rendre compte, j’ai commencé à parler tout seul à voix haute juste pour me sentir moins seul. Mais être en autonomie était super, car peu importe où tu es, tu dois compter sur toi. J’ai aussi conclu que voyager léger est top. C’est une nouvelle philosophie de vie que j’essaie d’appliquer : me concentrer sur l’essentiel.

Parapente dans les Pyrénées © SEARCH Productions
read more about
Next Story