Course au record de vitesse à la voile en Namibie

Les windsurfers et les kiteboarders les plus rapides du monde sont à Luderitz. Un endroit unique...
Windsurf à Luderitz, Namibia
Le masque de ski est une bien utile avec ce vent © Luderitz Speed Challenge/Luderitz-speed.com
Par Josh Sampiero

Dans le Luderitz Speed Challenge, les kiteboarders et les windsurfeurs  rivalisent pour le titre de riders le plus rapide du monde. Chaque année, cette épreuves hors-du-commun se dispute en Namibie, sur un spot que l'on appelle la Skeleton Coast. Certains disent que l'endroit tire son nom des os de baleines qui viennent s’échouer sur la plage. D’autres pensent que l'appellation est liée aux nombreuses carcasses de bateau qui jonchent la côte. Une seule chose est certaine en fait, cette zone a été le théâtre d’une exploitation minière intense dont il ne reste plus grand chose aujourd'hui, sinon une ville fantôme dont les ruines sont battues par le vent et le sable. Et c'est bien ces deux dernières données qui intéressent les fans de vitesse aujourd'hui.

Windsurf à Luderitz, Namibia
La planche à voile de Lena pour aller très vite © Luderitz Speed Challenge/Luderitz-speed.com

“Le spot se trouve à 16 heures de route de Capetown, raconte la windsurfeuse Lena Erdil. C’est une zone vraiment inhospitalière. Il y a tout un tas d’endroits autour de la petite ville de Luderitz où il est interdit de s’aventurer. Il paraît que les collines sont pleines de diamants..." Mais ce ne sont pas les diamants que recherchent les windsurfers et les kiteboarders. Leur défi est différent bien que tout aussi difficile à relever. Ils espèrent arriver à établir un nouveau record du monde de vitesse à la voile. Et Luderitz est le parfait endroit pour inscrire son nom dans l'histoire.

Windsurf à Luderitz, Namibie
Le vent est toujours très fort à Luderitz © Luderitz Speed Challenge/Luderitz-speed.com

Rien ne freine les vents forts qui soufflent à travers le désert. Les rafales longent le canal que ces adeptes de la vitesse ont creusé assez près de la côte pour qu’il puisse se remplir d'eau tout seul. La surface de l’eau reste donc suffisamment lisse malgré le vent qui oscille entre 25 et 50 nœuds pour permettre aux kiteboarders et aux windsurfers d’atteindre des vitesses très élevées sans perdre le contrôle de leur matériel. Leur but est d’arriver à dépasser le record du monde de vitesse à la voile du français Antoine Albeau (52 nœuds).

le canal de vitesse à Luderitz, Namibie
A peine de quoi de freiner après l'arrivée © Luderitz Speed Challenge/Luderitz-speed.com

"Il y a beaucoup de paramètres qui entrent en ligne de compte pour aller vite en planche à voile, ajoute Erdil. Le gréement doit être adapté à la force du vent et au gabarit du rider, les réglages auront pour effet de le rendre plus ou moins souple, pour encaisser au mieux les rafales; on utilise des planches de taille différentes et avec différents shapes. Il faut arriver à trouver la combinaison parfaite, et espérer tomber sur une rafale magique qui soufflera d’un bout à l’autre du canal."

le canal de vitesse à Luderitz, Namibie
Impossible de remonter au vent à pied! © Luderitz Speed Challenge/Luderitz-speed.com

Erdil, qui fait de la planche à voile depuis l’âge de dix ans, et qui participe au tour pro, est déjà détentrice du record pour la Turquie avec 45.74 nœuds (85km/h). Elle a juste besoin de l’améliorer de 0,09 pour aller plus vite que la championne actuelle, la Britannique Zara Davis. 

Le canal de vitesse à Luderitz, Namibie
Attrapez-moi si vous pouvez- Lena Erdil à fond. © Luderitz Speed Challenge/Luderitz-speed.com

Malgré une semaine de vent faible fin octobre, la planchiste turque gardes tous ses espoirs. " Une fois que le matériel est bien réglé, ce n’est plus qu’une question de trouver un vent suffisant, et pour l’instant je n’ai pas eu cette chance. Elle fait partie des sportifs qui espèrent établir un record ces prochaines semaines...

Pour en savoir plus, rendez vous sur le site web de la compétition.

read more about
Next Story