250 pieds sous la glace en maillot

Le plongeur Stig Severinsen a battu un record glacial.
Par Evan David

Pour la plupart des gens, le simple fait de mettre la main dans l’eau glacée d’un lac est impensable. Mais il y a aussi ceux qui vont braver le froid de ces eaux après un sauna, et retourner au chaud juste après.

Et puis il y a Stig Severinsen. Il est un peu seul dans sa catégorie… Le Danois a enfilé son maillot, bien pris sa respiration et a nagé 250 pieds (76,2 mètres) sous la glace pendant une minute et demie avec une seule prise de respiration, pour battre le record du monde.

Quand vous êtes en hypothermie, votre esprit n’est pas clair. Vous avez un jugement altéré !

La vidéo ci-dessus, sortie récemment en octobre, nous fait nous balader avec Severinsen, lors de son record en avril dernier.

Severinsen approche de la surface © Per Hallum

Pour se préparer, Stig s’est entraîné pendant l’hiver au Danemark – complètement nu. « Nous avons un bon club de vikings, alors je vais nager comme un ours dès que je peux. Pour des nages de plus en plus longues, explique Stig. Je passe aussi du temps à m’entraîner dans les lacs gelés de Norvège et de Finlande depuis quelques années. C’est un excellent moyen de découvrir des endroits magnifiques et de communier avec la nature. »

Stig Severinsen plongeant dans des eaux chaudes
Severinsen, multiple recordman de plongée © Morten Bjørn Larsen

Quand on pense qu’une telle nage a dû laisser Severinsen épuisé et stressé, c’est tout le contraire : « Généralement, je me sens très bien après une plongée. Très heureux, avec les endorphines partout dans mon corps. Mais c’est un moment dangereux. Quand vous êtes en hypothermie, votre esprit n’est pas clair. Vous avez un jugement altéré ! ».

Stig Severinsen pose sue la plage
Stig Severinsen pose sue la plage © Discovery Networks / Ben Bhatia

La froideur de l’eau augmente le danger pour Stig et ses plongeurs de secours : « L’eau gelée peut rapidement faire perdre l’air au plongeur en quelques secondes ! ».

Pour Severinsen, plonger n’est rien d’autre qu’un maillot de bain bleu. Ce n’est pas le matériel, ce n’est pas le stress : « Quelque part, je peux contrôler le niveau de stress. Principalement parce que je ne suis pas guidé par la peur, mais par la passion et la curiosité. On pourrait dire que j’essaie juste de garder la tête froide ! ».

read more about
Next Story