Gatta boucle 1.200 km en trente-quatre jours

Philippe Gatta a effectué un sacré trail dans l'Himalaya, le Great Himalaya Trail.
Par Josh Sampiero

Le Français Philippe Gatta s’est lancé un défi assez extrême : le Great Himalaya Trail. Avec un but en tête : achever le trail de 1.700 kilomètres en quarante jours.

Il n’a pas réussi, des chutes de neige ayant rendu impossible le passage de certains hauts cols. Mais en trente-quatre jours, il a parcouru 1.200 kilomètres de distance et 62.200 mètres de dénivelé, avec une moyenne de 41 kilomètres par jour. Sa femme Anna l’a rejoint sur une large portion du voyage, parcourant 615 kilomètres en seize jours. Voici l’histoire en images.

Pour plus d’aventure, suivez la page Facebook de Red Bull Aventure.

Pro tip: use your keyboard to jump between photos
Vite !
Vite ! « Parfois, au lieu d’être capable de courir 8 ou 9 kilomètres par heure, nous marchions. Les pistes techniques nous ont ralentis. Et parfois nous faisions douze ou quatorze heures par jour, sans se reposer jusqu’au soir. C’est très dur pour le corps. » © Anne Gatta
Cyclone des neiges
Cyclone des neiges « C’est le col de Tillman, après le cyclone Phailin. Je ne m’attendais pas à autant de neige et de pluie, mais ce fut le cas tout au long du trip ! », explique Philippe. La forte neige a forcé les Gatta à revoir l’itinéraire. © Philippe Gatta
Au top
Au top Le sherpa Passang Gumbu gravit le sommet d'Island Peak. Philippe et Anna ont franchi 3 autres sommets les trois jours suivants. Cho La (5.330m), Renjo La (5.340m) et Tashi Labsta (5.755m). © Philippe Gatta
Et au milieu coule une rivière
Et au milieu coule une rivière « J’ai d’abord traversé la rivière. C’était difficile, et nous avons cherché le bon endroit pour traverser. Ça nous a pris presque une heure pour traverser. Le sherpa avait peur. Ça n’était pas très profond, mais l’eau est rapide et elle est froide. Tu ne veux pas tomber ici… » © Philippe Gatta
Chargés comme des mules
Chargés comme des mules Anna descendant du col de Tashi Labsta, à 5.755 mètres. Et elle est chargée. « Nos sacs pèsent généralement entre 8 et 11 kilos, explique Philippe. Nourriture, vêtements, sac de couchage, GPS, appareil photo, une frontale, un couteau… » © Philippe Gatta
Toujours vert !
Toujours vert ! « C’est à mi-chemin du trip. Après la région de Manaslu, explique Gatta. C’est à 1.900 mètres, mais au Népal il fait relativement bon à cette altitude, alors ça a l’air vert. Il faut arriver à 3.500 mètres pour sortir de la forêt ! » © Anna Gatta
La vie à Saldang
La vie à Saldang « C’était le plus gros village en trois ou quatre jours, et j’y ai trouvé un petit magasin où j’ai pu acheter des biscuits, explique Philippe. C’est un endroit hostile, ils sont coupés de tout moyen de communication la majeure partie de l’année avec la neige. » © Philippe Gatta
Seul au monde
Seul au monde « Il n’y a personne sur cette photo car j’étais seul quand je l’ai prise, raconte Philippe. J’ai dû être en autonomie pendant huit jours. » © Philippe Gatta
L'Everest au-dessus
L'Everest au-dessus L’Everest dans le fond alors que Philippe et Anna font le Great Himalaya Trail. Ils ont passé plusieurs jours très proches de l’Everest. Au plus près, à 2 kilomètres, à environ 6.200 mètres d’altitude. © Sherpa Passang Gumbu
Larkya La
Larkya La Philippe au col de Larkya La : « Sur ce trip, j’ai atteint un niveau d’épuisement jamais ressenti auparavant ! ». © Anne Gatta
Anna fait le job
Anna fait le job Anna Gatta a parcouru 615 kilomètres, et 30.000 mètres de dénivelé en seize jours. Sa journée moyenne était à 39 kilomètres, 1.900 mètres de dénivelé et neuf heures de temps. © Philippe Gatta
Un run risqué
Un run risqué Philippe est en sécurité sur cette photo, mais ça n’a pas toujours été le cas : « J’ai risqué ma vie plusieurs jours. C’est plus dangereux que je ne pensais. Des terrains glissants et des chutes de pierres. C’est un peu la loterie, et juste dangereux. Je ne reprendrai plus ces risques ! ». © Anne Gatta
Cho La
Cho La Anna et Philippe au col de Cho La (5.330 mètres) : « Il faut de la chance pour le faire en moins de quarante jours. S’il y a du mauvais temps, ce n’est juste pas possible… ». © Sherpa Passang Gumbu
Island Peak
Island Peak Moment de répit au sommet d'Island Peak. © Sherpa Passang Gumbu