Vidéo : Eneko et Iker Pou à Montserrat

Les frères Pou réalisent la première ascension en escalade libre de la voie Tarragó en Catalogne.
Par Toby Archer

Par une froide journée de novembre en 2013, les grimpeurs espagnols lker et Eneko Pou, ont inscrit un nouveau chapitre dans l’histoire de l’escalade. Ils se sont attaqués aux faces mythiques de Montserrat en Espagne, en escalade libre, optant pour la voie Tarragó, une ascension de 240 mètres en 6 longueurs, cotée jusqu’à 8b+, soit parmi les plus difficiles. Eneko a bien voulu partager avec nous le récit de cette aventure sur leur “super-voie”, détaillant les difficultés techniques qu’elle représentait. Pour Eneko, cette ascension permettait avant tout de rappeler à quel point Montserrat demeure un haut-lieu de la grimpe.

À proximité de Barcelone en Catalogne, Montserrat (à ne pas confondre avec l’île de Monserrat dans les Caraïbes) peut se targuer d’un riche passé dans le monde de l’escalade, qui remonte aux tout débuts de l’alpinisme en Espagne. Les faces traditionnelles - des dalles et parois verticales - n’ont que peu en commun avec la voie Tarragó, qu’Eneko décrit comme “avant-gardiste en comparaison”. Il s’agit en effet de suivre tout un passage, suspendu dans le vide par les mains, sous l’une des tours de Montserrat.

Et ce passage ne mesure pas que quelques mètres seulement, mais plusieurs centaines, sur une face aux zones exposées, dont les cotations parlent d’elles-mêmes pour les spécialistes, l’une étant classé 8b+, deux autres 8b et enfin une qui varie de 7c à 8a. En dehors de ces passages suspendus, deux autres portions plus “faciles” sont à gravir, oui mais les voies ne sont pas assurées et elles sont à emprunter en escalade trad, soit avec des protections amovibles.

Eneko et Iker Pou à Montserrat. © Filmut.com

Si les passages les plus techniques sont à la portée de nombreux grimpeurs de haut niveau, quatre longueurs se succèdent verticalement et doivent être gravies d’un trait, exigeant à la fois beaucoup de talent et un engagement certain. Tout cela n’empêche pas Eneko d’éclater de rire lorsqu’il nous raconte cette ascension. Car à la difficulté du défi, venait s’ajouter le fait qu'Eneko n’avait pas encore tout à fait récupéré d’une blessure au moment où il s’est lancé dans cette aventure avec son frère.

Pour gravir cette voie avec succès, il leur a fallu plusieurs tentatives, sur six jours : “L’hiver était déjà là et le vent de nord était particulièrement froid”, raconte Iker. “Lors des cinq premières journées, nous avons échoué à chaque fois, principalement à cause de la rupture d’un point d’ancrage crucial sur l’avant-dernière longueur. Mais la sixième tentative fut la bonne !”

Un aperçu de la voie Tarragó. © Filmut.com

Le premier à réussir cette voie s’appelait David Tarragó, un local de Montserrat. C’était il y a douze ans. À l’époque, des polémiques surgirent à propos de la légitimité de cette ascension, empruntant une voie disposant à l’occasion de points d’ancrage, alors qu’elle traversait d’autres voies préalablement assurées. À leur tour, les frères Pou ont fait face à quelques suspicions.

Pour laver leur performance de tout soupçon, Eneko et Iker décidèrent de réaliser de nouveau l’ascension à la fin du mois de novembre et cette fois d’être filmés lors des passages les plus délicats. Mais quelle ne fut pas leur surprise lors de leur descente en rappel de découvrir que presque tous les points d’ancrage avaient été enlevés. Personne ne sait exactement qui en est l’auteur, ni pourquoi, mais toujours est-il que les frères Pou se déclarent attristés de voir une si belle voie désormais inaccessible, du moins temporairement.

Pete O’Donovan, auteur de nombreux guides d’escalade sur la Catalogne et spécialiste de l’endroit, nous a révélé que David Tarragó avait d’ores et déjà annoncé qu’il viendrait de nouveau sécuriser cette voie. Quant aux frères Pou, leur regard est désormais tourné vers l’Himalaya et ils s’estiment étrangers aux polémiques, eux qui ont toujours fait leur possible pour respecter les pratiques locales et chercher le consensus. S’agissant de la voie Tarragó, Eneko rappelle simplement que “nous ne sommes pas d’ici, ce n’est pas à nous de décider ce qui doit être fait”. Mais une chose est sûre, cette voie demeure un sacré challenge, comme aime s’en souvenir Eneko : “Il s’agit sans aucun doute d’une des voies les plus avant-gardistes de Montserrat.”

Pour plus d’histoires d’escalade et d’alpinisme, rendez-vous sur la page Facebook de Red Bull Aventure.

read more about
Next Story