Amazonie: 9000km à pied, en vélo, et en bateau

A la rame dans un petit bras de L'Amazone
A la rame dans un petit bras de L'Amazone © Colton Whittle
Par Will Gray

Une équipe d'aventuriers britanniques et américains se sont fait prendre pour des passeurs de drogue et ont failli être déchiquetés par les hélices d'un porte-conteneurs transatlantique sur la première étape de leur expédition « Brasil 9000 », une épopée de 9000 km pour faire la première traversée du Brésil de haut en bas, à la force des bras et des jambes.

Ils sont arrivés à Belém à Noël après une traversée à la rame en kayak et en marchant pendant 158 jours, du fond du bassin de l'Amazone jusqu'à l'océan Atlantique.

«On a vécu une aventure incroyable », a déclaré Aaron Chervenak, tout juste sorti de l'hôpital où il a passé Noël pour se faire traiter contre les parasites et les vers. «On repense encore à notre dernière traversée d’un bras de l’Amazone, on se demande vraiment comment on a fait pour ne pas rencontrer de pirates. »

Gareth Jones et Aaron Chervenak posent pour un portrait.
Gareth Jones et Aaron Chervenak © Skeeto Lounge Productions

Chervenak et son camarade Gareth Jones, 32 ans tous les deux, ont quitté leur travail l’un dans le cinéma à LA, l’autre dans la finance à Londres en septembre 2012.

Leur voyage a commencé avec une descente en raft à partir de la source du Rio Mau dans les régions éloignées de la jungle montagneuse du Brésil à la frontière avec le Venezuela et la Guyane. Ensuite c’est un canoë pliable en aluminium de 4 mètres qui leur a permis de descendre le Rio Branco, le Rio Negro et le Rio Amazonas jusqu’à Belém.

Le feu de camp pour la nuit
Le feu de camp pour la nuit © Skeeto Lounge 2014

Un aussi long voyage comporte évidemment des surprises, bonnes et mauvaises.

«A Manaus, il fallait que nous ramions encore 25 miles à travers un port industriel," raconte Jones. «Une violente tempête a éclaté et les conditions sont devenues très difficiles, mais nous avons décidé de continuer à ramer jusqu’au bout.»

«Arrivés à quelques mètres d'un énorme navire porte-conteneurs à l'ancre dans le port, ses hélices se sont mises à tourner et nous nous sommes fait aspirer par le courant. Nous avons tenté de nous extraire de là en ramant de toute nos forces et heureusement ses hélices se sont arrêtées juste à temps.»

Un peu plus loin sur la rivière, juste en dehors d’Obidos, les deux rameurs ont fait la rencontre de la police locale. 

Portrait de l'équipe
Prêt pour l'aventure © Skeeto Lounge 2014

« Un bateau est sorti de nul part et on s’est retrouvé avec cinq armes pointées sur nous. Ces gens nous hurlaient de nous arrêter, » ajoute Chervenak. «On tremblait de peur. On a rangé nos rames et on a mis les mains en l’air.»

« Cette unité de la police locale avaient été avertie par un village plus haut sur la rivière que nous transportions de la cocaïne depuis la Colombie. Obidos est un endroit connu et fréquenté des contrebandiers. Mais une fois qu’ils ont déballé nos affaires, ils se sont rendus compte de la nature de notre voyage et on a même échangé nos contacts sur Facebook.» 

Au jour le jour, cette aventure s’est révélée particulièrement épuisante. Il fallait ramer toute la journée en prenant des petites pauses de 15mn pour faire des petites sieste le matin et l’après midi. Le soir on passait notre temps dans la tente pour essayer d’échapper aux moustiques très voraces dans cette région.

«Chaque soir il fallait que l’on trouve un coin de jungle à l’abris des regards pour poser notre camp pour la nuit. On dégageait l’endroit à la machette, on faisait un feu à manger, on en profitait pour recharger nos batteries, filtrer de l’eau, étudier les cartes et ensuite on sautait dans nos hamacs,» dit Chervenak.

«Quand il se met à pleuvoir, c’est important d’avoir bien attaché la bâche au dessus du hamac, sinon l’eau s’infiltre partout, inutile d’essayer de réparer une fuite pendant un averse. Au matin nos vêtements et nos hamacs ne faisaient plus qu’un, trempés et rouge du sang que les moustiques nous avaient volé pendant la nuit.»

Toutes ces aventures ont été récompensées par une expérience inoubliable dans un milieu naturel préservé.
Ils ont passé pratiquement un mois seul dans la jungle, partageant leurs repas avec des tribus, et ils ont participé à une chasse au crocodile et sont tombé sur un spécimen de 4 mètres.

 

La chasse au crocodiles © Skeeto Lounge 2014

Leur voyage continue ce mois-ci à pied et en vélo. Il leur reste 5,638km à parcourir, et ils espèrent arriver à la frontière avec l’Uruguay d’ici 15 mois.

L’expédition Brazil 9000 est filmée par Skeeto Lounge Productions, une société de production de films d’aventure montée par Chervenak et Jones en 2010.

Pour en savoir plus sur cette expédition, vous pouvez les suivre sur Facebook et Twitter. Et n’oubliez pas d’aimer la page Red Bull Adventure sur Facebook!

Partage d'histoires avec les habitants d'un petit village
Les premiers signes de civilisation © Skeeto Lounge 2014
read more about
Next Story