Vidéo : parapente aux Marquises pour The Search

Pour le projet The Search, Horacio Llorens et Tom de Dorlodot vont d’île en île dans le Pacifique.
Par Josh Sampiero

Prendre un vol en direction d’îles tropicales n’est pas toujours simple, mais voler au-dessus de ces mêmes îles est encore bien plus compliqué.

Loin de leur Belgique et Espagne chéries, Tom de Dorolodot et Horacio Llorens sont actuellement très occupés à explorer les atolls du Pacifique Sud. Après deux journées de voyage vers Tahiti avec tout leur matériel de parapente en soute, le duo d’aventuriers s’est lancé dans un périple d’une durée de deux mois, avec pour objectif d’explorer une douzaine de ces îles du Pacifique.

Un stand-up paddle pour regagner le rivage... © John Stapels

Sauf que voler en parapente au-dessus de ces îles se révèle aussi compliqué qu’il est facile d’y naviguer… Car si le vent est un allié à la voile, il n’est plus possible de voler en parapente dès qu'il souffle à plus de 50 km/h. Leurs parapentes feraient littéralement marche arrière. Et à ce facteur vent s’ajoute la jungle, dont le relief complique grandement les atterrissages.

“Une fois arrivés aux Marquises, nous avons trouvé des vents forts, une forte houle et plus globalement des conditions météo peu favorables au parapente. Nous avons enregistré des pointes de vent jusqu'à 150 km/h. Même si nous avons trouvé des aires de décollage idéales, il n’était pas question de nous envoler. Arrivés au Ua Pou, le point culminant de l’archipel des Marquises, nous n’avons même pas pu effectuer un vol, le vent soufflait beaucoup trop fort !”

Leur maison sur ce périple ? Un voilier amarré. © John Stapels

Ce voyage fut également l’occasion de nouer des relations fortes avec les habitants. “À Nuku Hiva, j’ai offert son premier vol en tandem à un gamin du coin. Je l’ai rencontré sur la plage avec son cheval lors d’un atterrissage ; je m’étais perdu. Il m’a conduit chez lui, présenté à ses parents. Et ils m’ont aidé à retrouver mon chemin jusqu’au bateau. Le lendemain, je suis revenu les voir et j’ai proposé au jeune garçon de faire un vol en tandem. Il me pointait du doigt les requins et raies manta dans l’eau ; je ne fais jamais attention à ce genre de choses car d’habitude je suis concentré sur mon vol !”

Vol au-dessus des champs. © John Stapels

Si l’expérience de la mer sur un voilier est quelque chose de nouveau pour Tom de Dorlodot, il n’en est pas de même pour Llorens, dont le père était capitaine de navire à Majorque. “J’avais travaillé sur son bateau pour gagner un peu d’argent et m’acheter mon premier parapente”, se souvient-il. “Aujourd’hui, c’est le parapente qui me pousse à prendre la mer dans ce coin de paradis. J’imagine que mon père doit être un peu jaloux !”

Jetez un œil aux images magnifiques qu’ils ont rapportées de leur périple et ne manquez pas la dernière étape du projet The Search, à découvrir dans quelques semaines.

Suivez Red Bull Aventure sur Facebook.

read more about
Next Story