Photos : plongées de rêve en apnée

La plongée en apnée n’est pas un sport comme les autres et dégage un mélange de magie et de peur.
Par Tarquin Cooper

Observer les apnéistes plonger à des profondeurs apparemment inatteignables pour l’être humain demeure un objet de fascination. À la fois empreinte de sérénité et d’une grande beauté, cette discipline n’en est pas moins impressionnante.
Ce pouvoir de séduction de l’apnée réside en partie dans notre imagination. Peut-être est-ce tout simplement l’appel des profondeurs qui nous attire vers ce sport… Au-delà de cette dimension fantastique, il convient de rappeler que l’homme est bel et bien conçu pour la pratique de l’apnée. Une fois immergé, le rythme cardiaque ralentit et les extrémités du corps sont moins irriguées alors que le sang afflue en priorité vers les organes vitaux. Sur ce point, nous sommes très proches des autres mammifères aquatiques.
En compétition, la plongée en apnée revient à un seul objectif : descendre le plus bas possible. Le record actuel dans la catégorie la plus pure de ce sport, en CNF (poids constant sans palmes) est établi à 101 mètres et détenu par William Trubridge. EN CNF, il s’agit pour les plongeurs de descendre et remonter à la surface à la seule force des muscles des jambes et des bras, sans palmes. (La liste complète des records du monde en apnée statique et plongée en apnée sont à retrouver sur le site de l’AIDA).
Mais pour la majorité des pratiquants, l’apnée n’est pas affaire de records, il s’agit avant tout de prendre du plaisir en explorant les fonds sous-marins. Plongez à votre tour dans ce monde en images…

Pro tip: use your keyboard to jump between photos
Immersion
Plongueur en apnée dans un Trou Bleu en Égypte
Immersion Les êtres humains sont également des amphibiens, capables de s'adapter de façon surprenante à la plongée. En image, voici un plongeur débutant sa descente dans le célèbre Trou Bleu de Dahab en Égypte. © Jacques de Vos
Danse avec les tortues
Linda Paganelli plonge aux côtés d'une tortue verte
Danse avec les tortues La championne italienne de plongée en apnée Linda Paganelli entre dans une danse sous-marine avec une tortue verte à Dahab en Égypte. © Jacques de Vos
La beauté du silence
Lotta Ericson en plongée en mer Rouge.
La beauté du silence Lotta Ericson utilise une monopalme lors de cette plongée à Dahab en Égypte. Si ce type de palme se révèle bien plus difficile à utiliser que des palmes doubles classiques, il permet de dégager davantage de puissance et ainsi de descendre plus bas. © Jacques de Vos
Sorti des abysses
William Trubridge regagne la surface lors d'une plongée à l'entraînement
Sorti des abysses Le Néo-Zélandais William Trubridge regagne la surface après une plongée d'entraînement sans palmes dans le cénote de Dean aux Bahamas. Le plongeur détient le record du monde en poids constant sans palmes, établi en 2010 à 101 mètres de profondeur et réalisé en 4mn et 8s. © Daan Verhoeven
Un anneau d'oxygène
Ren Chapman passe au travers d'un anneau d'oxygène lors de la compétition Suunto Vertical Blue en 2012
Un anneau d'oxygène L'apnéiste américain Ren Chapman s'amuse à plonger au travers d'un anneau formé par de l'oxygène, en marge de la compétition Suunto Vertical Bleu en 2012. Ren assurait la sécurité avec d'autres plongeurs accomplis qui suivent les concurrents lors des derniers 20-30 mètres lors de leur remontée. © Daan Verhoeven
Une longue descente en perspective
Jesper Stechmann plonge à 71 mètres sans palmes
Une longue descente en perspective Le Danois Jester Stechmann entame une descente sans palmes à 71 mètres de profondeur lors des Championnats du monde à Kalamata. Si Jester dut avorter cette plongée, il parvint par la suite à atteindre le cap emblématique des 100 mètres. © Daan Verhoeven
Retour à l'air libre
Tetsuo Hara plonge à 75 mètres de profondeur
Retour à l'air libre Le Japonais Tetsuo Hara regagne la surface après une plongée à 75 mètres en monopalme dans le Trou Bleu de Dean, lors de la compétition Suunto Vertical Blue. Hara est le troisième meilleur apnéiste au Japon. © Daan Verhoeven
Retenez votre respiration !
william trubridge pratique le yoga pour améliorer son apnée
Retenez votre respiration ! Le yoga fait partie intégrante de l'entraînement en apnée. Non seulement, il permet d'ouvrir les poumons mais il favorise le développement d'un état "zen" pour garder son calme lors de la plongée. Ce calme est vital pour conserver son oxygène et plonger plus bas encore. © Samo Vidic
Plongée dans les abysses
Plongée dans les abysses William Trubridge se laisse flotter l'espace d'un instant dans le cénote de Dean. À 200m de profondeur, cela en fait le trou marin le plus profond au monde. C'est ici que vient s'exercer toute l'année le recordman du monde : "Quand je plonge ici, j'ai l'impression d'être accepté par l'océan." © Agustin Munoz
Saut acrobatique ou plongée ?
Brian Pucella en plongée dans le Trou Bleu de Dean aux Bahamas.
Saut acrobatique ou plongée ? L'Américain Brian Pucella semble littéralement voler dans le cénote de Dean. Au-delà de 20m de profondeur, la poussée d'Archimède n'a plus d'effet et le plongeur coule naturellement. S'il s'agit d'un avantage lors de la descente, cela ne fait que compliquer la remontée, à court d'oxygène. © Daan Verhoeven
Jouer avec les bulles
L'apnéiste Brien Pucella éclate une bulle d'air sous l'eau
Jouer avec les bulles Brian Pucella s'amuse à faire éclater une bulle d'air dans le cénote de Dean aux Bahamas. Il se trouve alors à 9 mètres de profondeur. Une telle bulle d'air peut remonter intacte jusqu'à la surface. © Daan Verhoeven
L'appel des profondeurs
L'appel des profondeurs Cette photo de Rafal Meszka fait partie des finalistes du concours Red Bull Illume. Il s'agit de la première plongée d'Emelia Biala depuis son terrible accident de train. "D'après les médecins, elle ne replongerait probablement plus jamais", explique Meszka. "Mais elle n'a rien perdu de son talent." © Rafal Meszka / Red Bull Illume
Sous la glace
Stig Severinsen en plongée sous la glace
Sous la glace L'apnéiste Stig Severinsen est détenteur du record du monde en plongée sous la glace. Ce Danois avait en effet parcouru 152,4 mètres sous la surface du lac gelé de Qorlortoq au Groenland l'an passé. © Dan Burton
Étreinte avec un béluga
Julia Petrik plongée à côté d'un béluga en mer Arctique, en Russie.
Étreinte avec un béluga La plongeuse Julia Petrik s'offre un calin avec un Beluga dans les eaux russes de l'océan Arctique. On doit cette image au photographe Dan Burton, auteur d'un grand nombre de clichés aux côtés des meilleurs apnéistes sur ces 20 dernières années. © Dan Burton
Le temps d'un songe...
Un plongeur prend la poser du penseur de Rodin
Le temps d'un songe... Si la compétition attire tous les regards s'agissant de plongée en apnée, la pratique est surtout une grande source de plaisir. Ici, un plongeur s'amuse à revisiter la pose du penseur de Rodin à Dahab en Égypte, la Mecque de la plongée. © Aurélie Cottier
Un banc de plongeurs
60 apnéistes en plongée à Bali
Un banc de plongeurs Une soixantaine de plongeurs semblent former un banc de poissons lors de la compétition One Breath Jamboree qui avait lieu à Tulamben à Bali, en octobre 2013. © Aurélie Cottier
"OK !"
Trubridge refait surface lors du Suunto Vertical Blue
"OK !" En compétition, il existe un protocole strict à suivre pour valider une plongée. L'apnéiste doit d'abord ôter ses lunettes, faire le signe "OK" de la main et dire à voix haute "Je suis OK". Pas très compliqué a priori, si ce n'est que les capacités cognitives déclinent lors d'une plongée. © Samo Vidic
read more about
Next Story