Vidéo : Rafa Ortiz s’attaque à 5 chutes d’affilée

Le kayakiste joue de nouveau les téméraires en dévalant cinq chutes d’eau de rang au Chiapas.
Par Tarquin Cooper

On dit souvent qu’une chose insignifiante peut changer notre destin. Pour Rafa Ortiz, cet instant qui a tout changé fut lorsque ses parents lui offrirent son tout premier kayak.

“J’ai toujours aimé passer du temps à l’eau et partir à l’aventure”, se souvient Rafa. “Tous les week-ends, nous partions ramer avec mon père. À l’âge de 14 ans, mes parents m’ont offert mon premier kayak de rivière et je l’ai mis à l’eau immédiatement.”

Depuis cette époque, Rafa en a descendu des cours d’eau et aujourd’hui, à 26 ans, le Mexicain s’est forgé une réputation pour ses descentes extrêmes, faisant preuve d’un style agressif et de sacrées “cojones”.

Dans cette nouvelle vidéo, vous comprendrez peut-être mieux pourquoi il mérite une telle notoriété, alors qu’il s’attaque à une série de cinq chutes d’eau dans les cascades d’Agua Zul, situées dans la province du Chiapas au Mexique.

Rafa Ortiz sur la rivière Veracruz au Mexique
3... 2... 1... Sautez ! © Red Bull Content Pool

Le premier défi était déjà de réussir à parvenir sur place en franchissant une série d’obstacles, dont les plus compliqués n’étaient pas forcément naturels…

“On trouve un premier site pour touristes sur l’Agua Azul, mais si tu poursuis la descente de la rivière, de nombreux nouveaux embranchements s’offrent à toi. Après une heure de rame, tu arrives aux chutes de Bolon Ajaw. C’est là que nous avons dû négocier pour avoir l’autorisation auprès d’un groupe armé affilié au mouvement zapatiste”, raconte Rafa.

Rafa Ortiz sur la rivière Veracruz River au Mexique
Bref instant de calme entre deux sauts. © Red Bull Content Pool

Afin de pouvoir accéder plus loin en aval de la rivière, le kayakiste et son équipe durent négocier âprement trois heures durant face à ce groupuscule bien décidé à défendre son territoire face aux velléités d’expropriation du gouvernement mexicain.

“Les gens sont terrifiés quand tu leur racontes que tu t’es opposé à des Zapatistes, machettes à la main. Mais heureusement, la négociation s’est faite dans le calme et il nous juste fallu lâcher quelques billets pour aller plus loin”, ajoute Rafa.

Rafa Ortiz sur la rivière Veracruz au Mexique
Assis aux premières loges. © Red Bull Content Pool

Ont-ils amorti ce droit d’entrée ? Oui et pas qu’un peu ! Pour notre kayakiste, ces cinq chutes faisaient figure de gigantesque parc d’attractions. Affichant entre 10 et 15 mètres de haut, elles offraient chacune des degrés de difficultés différents. Une fois passé la cinquième chute d’eau, Rafa pu rejoindre le confluent où l’on retrouve la rivière Chumulja, avant de ramer une heure encore pour rejoindre la commune d’Agua Clara, où l’attendait une équipe pour le récupérer.

Lors de cette expédition au Chiapas, Rafa en a également profité pour s’aventurer sur la rivière Lacanja. Si cette dernière ne présente pas vraiment de difficultés (des rapides de deux à trois mètres de haut tout de même), elle mérite le détour pour le paysage qu’elle offre. “En parcourant les pistes à pied avec nos kayaks, nous avons pu voir des empreintes de jaguar dans la boue. Le panorama est splendide là-bas : tout en ramant, tu tombes nez à nez sur des sources qui jaillissent directement de la roche”, explique Rafa. “Découvrir ces nouveaux endroits a constitué les meilleurs moments de l’expédition !”

Suivez les traces de Rafa Ortiz au Chiapas dans la vidéo en haut de page.

Plus de récits d’aventures sur notre page Facebook.