Amerrissage forcé en parapente lors de The Search

À force de vouloir survoler le Pacifique en parapente, Horacio Llorens a fini par se mouiller !
Par Josh Sampiero

Si les archipels du Sud Pacifique sont un régal pour les yeux, surtout vus du ciel, les survoler est une autre paire de manches. La force des vents associée aux rares zones d’atterrissage en font un endroit réservé aux meilleurs parapentistes, des pilotes tels que Horacio Llorens. Mais cette fois, le recordman du monde de vol acrobatique l’a échappé belle alors qu’il a terminé son vol dans l’océan, forcé de patauger jusqu’à l'arrivée d’un bateau de secours, soit un sacré bout de temps.

Llorens et son partenaire sur le projet The Search, Thomas de Dorlodot, éprouvaient pas mal de difficultés depuis quelques temps pour boucler leur aventure, alors que des vents forts et le mauvais temps s’étaient invités. La moindre opportunité devait alors être saisie et il leur arrivait souvent de dormir à même les sites de décollage pour être certains de prendre l’air aux premières lueurs du jour, quand le vent est encore faible.

Du vent dans la baie © Tom de Dorlodot/Search Projects

Mais lors d’une journée en apparence normale, les deux pilotes se sont fait surprendre par un orage et des vents qui les rabattaient en direction de l’île à proximité. Ils décidèrent alors de prendre de l’altitude pour survoler l’île. Mais pris dans l’humidité d’une telle masse nuageuse, le signal GPS décroche parfois. C’est ce qui est arrivé à Horacio.

“Au départ, j’avais surtout peur de heurter la face de la montagne, cachée derrière les nuages”, explique Llorens. “J’étais totalement perdu. Alors, j’ai décidé de grimper pour espérer passer au-dessus du sommet. Je suis monté si haut que je voyais de la neige tomber ! Mon aile a commencé à s’effondrer, c’était le début de la fin."

C’était le début de la fin.

Plutôt que de poursuivre ainsi contre le vent, il décida de changer de stratégie et de voler sous le vent, mais cela signifiait un aller sans retour… “C’était vraiment terrifiant, je n’avais plus aucune idée d’où je me trouvais”, raconte le pilote.

Quand Horacio parvint enfin à redescendre sous la masse nuageuse, il était déjà loin de l’île. Grâce à son altitude, il put s’en rapprocher, réduisant la distance de 8 km à 5 km de l’île.

“J’ai failli larguer une partie de mon matériel en me disant que je pourrais ainsi parcourir ces 5 derniers kilomètres. Mais au bout de 15 minutes, Thomas parvint à récupérer une ligne radio.”

Par chance, le parapente de Llorens lui a offert une embarcation de fortune et ainsi de rester hors de l’eau. “Heureusement que le parapente est suffisamment grand pour effrayer les requins quand ils s’en approchent !”

Au final, Horacio est resté deux heures en mer avant d’être secouru, non sans un sentiment de soulagement clairement visible sur son visage !

De retour en Europe, les deux pilotes sont d’ores et déjà en préparation de leur prochaine aventure. En espérant cette fois qu’une nage forcée ne sera pas au programme.

Pour ne rien rater de leurs prochains projets, rendez-vous sur notre page Facebook.

read more about
Next Story