Une incroyable aventure en kayak au Mexique

Le Michoacán offre des cascades encore vierges, il faut juste éviter les cartels de la drogue.
Le kayakiste Rafa Ortiz passe à travers les rapides dans Tlapacoyan, Mexique en 2013
Rafa Ortiz à Tlapacoyan, Mexique © John Rathwell/Red Bull Content Pool
Par Kevin McAvoy

Le kayak d'eau vive ne se pratique pas dans un gymnase ou dans un stade. Les éléments qui animent l’environnement dans lequel les athlètes poursuivent leurs passions sont incontrôlables et quasiment imprévisibles, et c’est bien pour ça qu’ils ont choisi cette discipline.

Une fois que les kayakistes ont atteint un bon niveau, ils recherchent sans arrêt de nouvelles rivières pour tester leurs capacités. Chaque rivière présente ses propres difficultés, qu’elle ait été descendu avant ou pas. A chaque fois c’est une nouvelle aventure, et ce qui motive les professionnels c’est bien évidemment de faire les premières descentes, et de découvrir des nouveaux itinéraires.

Et c'est précisément ce qui a motivé cette équipe de professionnels pour explorer les rivières de l'État du Michoacán au Mexique, et d’aller pagayer dans des zones encore inconnues. L'histoire de leur expédition sera racontée dans une série de vidéos en cinq épisodes, qui est présentée dans le teaser ci-dessus. Le plaisir de se lancer dans une nouvelle aventure, l’appréhension de descendre une rivière pour la première fois, et l’incertitude liée à la présence des cartels de la drogue dans la région, tout est raconté dans: Première descente: Michoacán.

Nous sommes allé voir le Mexicain Rafael Ortiz, l'un des principaux kayakistes du voyage, pour qu’il nous donne une idée de ce qui va venir dans les prochains épisodes.

Red Bull Adventure : Comment vous est venue l’idée de cette expédition au Michoacan ?

Rafa Ortiz: En tant que kayakistes d'eau vive comme, les rivières sont nos principaux terrains de jeu. Chaque rivière a son propre caractère et ses propres difficultés. Et nous avons toujours envie de trouver de nouveaux terrains de jeu et de nouvelles rivières pour mesurer nos capacités. Nous savons que les chaînes d’information exagèrent la réalité mais d’après mes relations et ma famille je savais qu’il y avait des risques.

Joel [Kowalski] est un obsédé de Google Earth, il est comme un enfant devant un jeu vidéo, il reste assis pendant des heures et il explore le monde entier. Pendant des années, il nous a parlé de l'état de Michoacán, au Mexique, qui possède une géologie similaire à la Mecque des cascades de Veracruz. Le seul moyen de vérifier tout ça, c’était d’aller vérifier de nos propres yeux et de faire la descente nous même.

Il ya deux ans nous avions décidé de commencer cette exploration, mais malgré nos bateaux attachés sur le toit et les sacs rangés dans le coffre, il a fallu faire demi-tour. Les tensions autour des problèmes de drogue rendaient la situation plus dangereuse que les risques encouru dans les cascades. Finalement en décembre 2013, nous avons estimé que le moment était venu pour y aller.

Le kayakiste Rafa Ortiz en expédition au Michoacan en 2013
Rafa Ortiz à Uruapan, Mexico © John Rathwell/Red Bull Content Pool

Aviez-vous des appréhensions avant le départ ?

Contrairement à la plupart des expéditions en rivière, la grande préoccupation de ce voyage n'était pas tant les risques encourus sur l'eau. La partie la plus dangereuse était liée à l’insécurité et au risque de commettre des erreurs à terre dans l’interprétation des cartes ou en prenant une mauvaise décision. Nous savons que les chaînes d’information exagèrent la réalité mais d’après nos relations et nos familles on savait qu’il y avait des risques.

Y a-t-il des choses inattendues qui se sont produites lors de ce
voyage, en positif ou en négatif?


A chaque voyage son lot de surprises. A notre arrivée au Michoacán nous sommes resté très prudents, mais au bout de quelques jours, nous nous sommes rendu compte de l'hospitalité et de la gentillesse des habitants. On se sentait en sécurité. La qualité de la rivière correspondait vraiment à nos attentes. Parmi les imprévus on peut citer, un van tombé en panne, un portefeuille perdu (et retrouvé), et un passage en rappel sur 20 mètres.

Kayakiste Joel Kowalski descend une cascade dans le Michoacan, au Mexique en 2013
Joel Kowalski descend sous les yeux de Rafa Ortiz © John Rathwell/Red Bull Content Pool

Comment comparez-vous cette expédition à celles que vous avez faites auparavant?

Chaque endroit est différent et chaque groupe a sa propre dynamique. On garde un excellent souvenir de ce voyage qui nous a permis de passer d’excellents moments dans notre kayak et de très bons moments entre nous.

Qu'avez-vous appris?

Naturellement, on a plutôt tendance à avoir peur de l’inconnu et à choisir la voie la plus facile. En fin de compte, il ne s'agit pas de prendre des risques inconsidérés, mais d’y aller étapes par étapes. C’est comme pour s élancer dans une grande cascade, ou pour explorer un nouveau lieu, il ne faut pas brûler les étapes. Mais si vous n’y allez pas vous ne saurez jamais ce qui vous attend.

Ne manquez pas l’épisode Première descente au Michoacán, le 11 mars, des nouveaux épisodes suivront chaque mardi, avec des galeries de photos, des vidéos en coulisses et plus encore...

read more about
Next Story