Une combinaison sous-marine à 1,2 million

Entre James Bond et le Bibendum Chamallow, découvrez une combinaison de plongée futuriste.
Michael Lombardi s'entraine dans un réservoir avec son appareil de plongée exosuit
L'entraînement se fait à 7m de profondeur. © Jim Clark
Par Brooke Morton

Dans le monde de l'exploration des grandes profondeurs, vous pouvez vous acheter un sous-marin, il n’y a qu’à voir celui de James Cameron, mais vous ne pouvez pas vous payer la chance de porter et de piloter une combinaison aux allures de sous-marin comme l'Exosuit, qui vaut 1,2 millions de dollars.

La première immersion à 1000 pieds (330m) aura lieu 160 kilomètres au large de la côte de Rhode Island. L'homme qui sera mis sous pression ? Michael Lombardi, un explorateur du National Geographic.

© Jim Clark

C'est une mission pour laquelle Lombardi a passé des années à s’entraîner. En effet, cet entrepreneur dans le secteur de la plongée commerciale et scientifique bénéficie d’une quinzaine d’années d’expérience sous les mers.

Lombardi a appris tout seul à se déplacer dans cette combinaison métallique de 530 livres (250 kg), qui ressemble à une créature hybride quelque part entre Ironman et le Bibendum Chamallow. Il a écrit lui même le manuel d'instruction de cet engin d’un autre monde.

Michael Lombardi dans une session de formation sur terre.
La combinaison est équipée de caméras high-tech © Jim Clark

« C’est un peu comme si vous aviez revêtu un sous-marin.» dit-il. Jusqu'à maintenant, il lui a fallu beaucoup d’efforts et d’ingéniosité pour arriver à bouger dans un espace extrêmement restrictif. « Vous ne pouvez pas plier le coude comme vous le feriez dans une salle de gym », dit Lombardi. « Au lieu de cela, vous glissez votre bras à travers toute une série d’articulations pour simuler le mouvement. »

C’est un peu comme si vous aviez revêtu un sous-marin.

La mission est sur le point de tester les capacités de la combinaison, la haute définition de la vidéo en streaming et l’excellente qualité des communications avec la surface.

L’expédition s’intéresse aussi à la biologie marine, avec la collecte des animaux bioluminescents qui vivent en eau profonde. Ces méduses et autres organismes vivants contiennent des protéines qui peuvent être utiles en tant que biomarqueurs et qui peuvent être utilisés pour la recherche sur le cancer et la cartographie du cerveau.

Michael Lombardi entre dans sa combinaison
Monter dans la combinaison est déjà une corvée © Jim Clark

C'est une expédition qui comprend beaucoup d’éléments mobiles, mais ce n’est pas ce que l’on pensait qui génère le plus de stress pour Lombardi.

« Ce n’est pas la combinaison qui m’inquiète même si je ne suis pas encore à l’aise à 100% à l’intérieur. »

J'ai répété cette plongée au moins 1000 fois dans ma tête.

« Le défi pour moi, c’est de faire une descente aussi profonde dans l’océan, qui peut être déroutante, » dit-il à propos de cette plongée sans point de repère. C'est une partie de la plongée, qu’il n'a jamais particulièrement aimée. « J'ai répété cette plongée au moins 1000 fois dans ma tête, » dit-il.

Même si Lombardi s’est entraîné à utiliser la combinaison Exosuit sous l’eau, il n’a encore jamais dépassé les 7 mètres de fond du réservoir d’entraînement, l’expédition au large de Rhode Island sera une première.

L'entraînement de Lombardi dans un réservoir
L'entraînement dans un réservoir © Jim Clark

Quels sont les objectifs de Lombardi lors de cette mission ?
« Ce sera déjà très bien si je rapporte des animaux des profondeurs, » dit-il. Au-delà de cela, il ajoute : « Et l’important c’est de rentrer à la maison avec plus de questions que lorsque nous sommes partis. N'importe qui peut grimper l'Everest ou aller faire un safari; pourvu qu’il ait assez d’argent pour le faire, mais pour que ce soit une véritable exploration, vous devez poser des questions. »

Pour plus d’aventure, connectez-vous sur notre page Facebook .

read more about
Next Story