Adriatic Circle, Jour 26 : Des nouvelles en images

Suivez Tom de Dorlodot et Paul Guschlbauer sur leur périple "vol et randonnée" à travers l'Italie.
Par Tarquin Cooper

Vendredi 24 juillet, 14h

Tout ce que l'on sait, c'est que Tom et Paul sont actuellement en vol, et c'est donc une excellente nouvelle ! Et comment le sait-on ? Grâce au live-tracking. Si nous ne disposons pas de davantage d'infos, nous sommes enfin parvenus à mettre la main sur quelques images que les garçon avaient des difficultés à envoyer via leur smartphones en raison d'une mauvaise couverture réseau. On y découvre Christian "Chrigel" Maurer, vainqueur du Red Bull X-Alps, qui est allé à leur rencontre, mais aussi une vue en vol à travers les nuages.

Si jamais Tom et Paul donnent signe de vie plus tard dans la journée, nous ne manquerons pas de vous tenir informés et, quoi qu'il arrive, retrouvez le carnet de bord quotidien de leur périple au cours du week-end. Alors qu'ils se dirigent toujours à l'est, croisons les doigts pour que la météo tienne et que les nuages restent bien en altitude.

parapente dans les nuages
Une percée entre les nuages © Tom de Dorlodot
Christian Maurer avec Tom de Dorlodot et Paul Guschlbauer
Christian "Chrigel" Maurer en invité surprise ! © Tom de Dorlodot

Jeudi 24 juillet, 18h

Les soucis techniques sont en partie résolus, Tom et Paul progressent sur le territoire suisse et se dirigent directement ou presque à l'est, en direction de Grossglockner, leur prochain grand virage. Découvrez leur position exacte.

Il leur reste évidemment encore bien du chemin devant eux, mais avec des hauts sommets et de larges vallées devant eux, cela revient à prendre l'autoroute pour des parapentistes. Si la météo est avec eux, ils vont pouvoir accélérer et rattraper leur retard.

Mercredi 23 juillet, 18h45

Oups... Quelques problèmes de live-tracking semble-t-il puisque la balise de Paul indique qu'il se trouve loin derrière Tom, ce qui n'est pas le cas !

Ils sont parvenus à effectuer de longs vols aujourd'hui, en direction de l'est à travers les vallées pour rejoindre leur prochain turnpoint. Ils sont actuellement encore en vol et il faudra attendre qu'ils remettent pied à terre pour nous tenir informés des dernières nouvelles. Mais à en croire leur page Facebook et au vu de leur progression sur le live-tracking, tout se passe au mieux pour Tom et Paul.

Vol en parapente le 23ème jour de l'expédition Adriatic Circle.
En avant dans la vallée ! © Paul Guschlbauer

Mardi 22 juillet, 19h

Des news express de Tom via Whatsapp : "Pas grand chose à raconter. Nous avons une longue marche devant nous entre Charrat et Sierre... J'ai déjà fait deux fois cette distance lors du Red Bull X-Alps, mais dans l'autre sens ! Il s'agit juste de débrancher son cerveau et de marcher sans réfléchir... Mais une fenêtre de vol se présentera peut-être demain. Bientôt le décollage !" Et si Tom a raison d'espérer, c'est qu'il peut compter sur les précieux conseils donnés par l'expert de la région, Chrigel Maurel, le dernier vainqueur du Red Bull X-Alps. "Paul a appelé Chrigel plus tôt dans la journée", raconte Tom, "il doit nous rappeler et nous dire où dormir cette nuit !"

En attendant davantage de nouvelles des deux aventuriers, jetez donc un œil ci-dessous à la seconde vidéo qu'ils nous ont envoyée et suivez leur progression grâce au live-tracking.

Lundi 21 juillet, 21h

Trois secondes. À trois secondes près, Tom de Dorlodot prenait un arbre sur le tête. “Il a fait tempête et il a plu toute la journée”, raconte Tom. “Les rafales ont mis à terre cet énorme arbre, il est tombé à l’endroit même où je me trouvais trois secondes plus tôt !” Pour une fois, il est moins risqué de voler que de marcher !

chute d'un arbre
Il n'est pas tombé loin ! © Tom de Dorlodot

En parlant de vol, le duo d’aventuriers n’a pas eu la chance d’y goûter ces derniers jours, cloué au sol en raison du mauvais temps. Après avoir atteint Chamonix, ils ont continué à pied, accompagnés momentanément de quelques amis sur ces chemins boueux épuisants. Mais l’important est d’avancer et ils ont enfin franchi la frontière suisse. Tom et Paul croisent les doigts pour que les averses cessent et éviter de se prendre des arbres sur le coin de la tête !

Dimanche 20 juillet, 11h 

Le texto de Tom est arrivé à minuit: « Dure journée aujourd'hui. Vent fort, et un peu de pluie. Presque à Chamonix. ;-) Demain, c'est sûr! »

Paul nous confirme que les conditions restent les mêmes, humide et délicates pour le parapente. Mais ils sont bientôt arrivé à Chamonix, où ils vont pouvoir se reposer un peu et voir des amis.

Continuez à les suivre sur le live tracking

Samedi 19 juillet, 22h30

Il est l'heure d'aller se coucher, mais sur le le Live Tracker on voit que les boys sont encore en train de randonner, et nous n'avons reçu aucune nouvelle d'eux de la journée ( rien n'a été publié sur leurs pages Facebook aujourd'hui non plus). Ils sont sans doute en train d'avancer dans des zones hors-couverture. Revenez demain pour en savoir plus. 

On continue à marcher

Vendredi 18 juillet, 14h

Après quasiment trois semaines passées à marcher, le duo d'aventurier a fini par profiter d'une amélioration météo pour s'envoler. On n'a pas entendu beaucoup d'eux hier, et puis dans la soirée, nous avons eu des nouvelles : ils ont parcouru 100 kilomètres, la distance la plus importante jusqu'ici ! Vous pouvez voir exactement où ils sont allés (et où ils sont en ce moment) sur le live tracker.

La vue de Tom et Paul à 4.400 sous les nuages !
La vue à 4.400 sous les nuages © Paul Guschlbauer
70's style is cool again
La moustache de Paul © Paul Guschlbauer

Jeudi 17 juillet, 17h

Les orages ont obligé nos deux aventuriers à rester à terre une grande partie de la journée d'hier, mais aujourd'hui, ils ont pu passer pas mal de temps en l’air, comme en témoigne la longueur des lignes bleues visibles sur notre page de suivi en temps réel.

Nous n'aurons pas les chiffres jusqu'à ce qu'ils se posent (et croyez-nous, ils ne vont pas atterrir avant d’y être obligés), mais nous sommes assez confiants pour dire que ce sera une des meilleures journées de l’Adriatic Circle jusqu’ici, ils ont probablement couvert plus de 100 kilomètres entre la randonnée et le vol. Heureusement, ils devraient être en mesure d'envoyer des photos très bientôt, et nous espérons qu’une vidéo sera prête mardi prochain, mais en attendant, vous pouvez regardez celle de la semaine dernière!

Mercredi 16 juillet, 17h30

 « Il y avait des nuages, mais on ne pensait pas que c'était très inquiétant, » dit Tom de Dorlodot « et puis tout d'un coup, ils sont devenus de plus en plus nombreux, il y en avait partout ! »

Notre trio (rappelez-vous, Ferdinand Van Schelven, est toujours avec eux !) est descendu dans les bois, où ils ont construit un abri avec un feu pour attendre que la tempête passe. Après la tempête, le sol était humide et il y avait beaucoup de nuages ce qui ne favorisait pas la formation de vent thermique. Ils ont continué à descendre jusqu'à ce soir. (Apparemment, ces conditions météo ont aussi perturbé le réseau 3G et ils n'ont pas pu nous envoyer de photos. C'est la vie.)

Leurs mésaventures durent depuis pas loin de 24 heures. Hier soir, le petit village de montagne où ils sont arrivés à l'improviste n'avait pas grand chose à leur offrir en terme de restauration. Ils se sont nourris avec du fromage et des crackers que leur ont donnés des scouts sur place, mais ils sont allés au lit et se sont réveillés avec la faim au ventre. Ils ont du sortir de leur itinéraire pour aller acheter de quoi manger. Van Schelven sera avec eux pendant quelques jours de plus sur leur route en direction du Mont-Blanc.

En attendant, n'oubliez pas, vous pouvez suivre tous leurs mouvements sur notre Live Tracking. Rendez-vous demain, avec photos si tout va bien !

Mardi 15  juillet, 18h

Les garçons sont enfin arrivés en altitude comme on peut le voir sur cette photo! Tom a également publié sur Facebook qu'ils avaient atterri sur une montagne et qu'ils font pas mal de progrès en haute montagne, mais ils ne sont pas très rapide pour le moment. « Nous avons marché environ 10km aujourd'hui, et fait quelques vols, mais le plafond nuageux était bas et nous n'avons pas été en mesure de parcourir de grandes distances, » a déclaré Tom.

Suivez-les avec le live tracking

Malgré le sourire affiché ci-dessus, le moral n’était pas au top lors de notre appel de 17h30 : « Nous sommes coincés au sommet, en attendant les nuages se dispersent, » a dit Paul. S'ils décollent, et qu’ils réussissent deux vols , ils vont facilement atteindre 40 km par jour. Mais peu importe ce qui se passe, les conditions vont s'améliorer à mesure que la semaine avance, alors continuez de suivre la petite équipe, qui est désormais temporairement accompagnée par leur ami Ferdinand Van Schelven.

#shirtlessselfie?
#shirtlessselfie? On est pas à Jersey Shore, Paul! © Paul Guschlbauer

Lundi 14 juillet, 18h

Sur des trajets longue distance on n'aime pas trop les surprises, mais cette fois-ci, ils ont eu de la chance. Tom et Paul se sont retrouvés en compagnie de leur copain le concurrent du Red Bull X-Alps Ferdinand Van Schelven, qui s'est joint à eux pour quelques jours dans une zone qu'ils connaissent bien. « Nous avons enfin touché un peu d'altitude », dit Paul. « Mais le vent est fort et les nuages sont bas, heureusement le temps va s'améliorer tout au long de la semaine ! » Espérons que leur ami, Van Schelven, leur portera chance, et qu'ils auront de bonnes conditions de vol devant eux.

Paul, Ferdinand et Tom
Ferdinand Van Schelven retrouve ses amis © Paul Guschlbauer

Le plan pour ce soir est d'abord de trouver de quoi se nourrir ; pour cela, ils doivent encore arriver au village qui se situe devant eux, et ce sera certainement une journée de 40 km au total. Après cela, ils seront dans un meilleur endroit pour le décollage du lendemain. Dans le même temps, Paul diminue le poids de son sac. Il vient juste de jeter sa troisième paire de chaussettes. « Je porte une paire, je les lave le soir, et je porte l'autre paire pendant l'autre sèche, et ainsi de suite,» dit-il. On ne sait juste pas combien de temps elles tiendront.

Suivez le Live Tracking ici 

Dimanche 13 juillet, 19h

Vous savez ce qui est génial avec le système de suivi en temps réel de l’Adriactic Circle? Même lorsque Tom et Paul sont trop enfoncés dans les montagnes pour recevoir nos messages pour la mise à jour, nous pouvons encore avoir une idée d’où ils sont. Par exemple, nous savons aujourd'hui qu'ils ont passé du temps en vol (brièvement).

MISE À JOUR: Nous pensions ne pas avoir de message de Paul et finalement voici ce qu'il a à nous dire: « Nous avons quitté le littoral en pensant ne pas pouvoir voler du tout - mais quand nous avons vu un oiseau voler en altitude à 10h30 du matin, nous a décidé de tenter de voler! C’était difficile à cause des nuages bas à seulement 850m, mais c'était une belle surprise pour un jour où nous avions 40 km de marche au programme! »

Faute à une mauvaise connexion téléphonique nous n’avons pu recevoir qu’un selfie de Paul Guschlbauer! Plus d'informations demain.

Paraglider Paul Guschlbauer prend un selfie en vol pendant l'Adriatic Circle
Ça c'est ce que l'on appele un selfie! © Paul Guschlbauer

Samedi 12 juillet, 16h

Ils sont de retour en train de marcher sous les nuages et sur la route à la sortie de Gênes. Mais hier, ils ont réussi deux choses: atteintre le premier check point, et dépasser la barre des 500km parcourus. Et c'est déjà une belle réussite.

 

La voie express vers les Alpes. © Paul Guschlbauer

Vendredi 11 juillet, 15h

On pouvait entendre les voitures passer en trombe en bruit de fond lorsque Tom de Dorlodot a répondu au téléphone, à seulement une heure de la ville de Gênes. Il n’était pas en train de randonner en montagne, mais comme vous pouvez le voir ci-dessous, la vue n'était pas trop mal!

Suivez le Live Tracking ici

The Red Bull Adriatic Circle adventure is close to reaching Genoa, Italy.
Gêne se rapproche © Paul Guschlbauer

« C'était une journée assez courte aujourd'hui », a déclaré Tom. « On a parcouru seulement 30 km! Ici tout le monde est en vacances, les gens sont allongés sur la plage, et nous on marche avec des sacs à dos géants ! ». Heureusement, ils en profiteront pour faire un saut dans la mer quand ils arriveront à Gênes, sans oublier un bon restaurant et une nuit de repos.

Une photo de la côte italienne, près de Gênes prise par Tom de Dorlodot et Paul Guschlbauer pendant leur trip : Adriatique Cercle.
Vue sur l'océan © Paul Guschlbauer

Ils passeront la plupart de la soirée à élaborer un plan pour les deux prochains jours, il y a deux options possibles, soit ils iront tout droit en direction des montagnes en marchant le long de la route, ou alors ils tenteront leur chance et ils essayeront de voler à partir des montagnes à basses altitude dans les environs.

 

The Adriatic Circle hike and fly trek passes by the beaches south of Genoa, Italy.
Très tentant © Paul Guschlbauer

La première option, avec quatre jours de marche, les conduira en France, à quelques centaines de kilomètres au sud de Mont-Blanc, le prochain point à passer, mais c'est aussi un gros avantage, puisqu'ils arriveront dans une zone qu'ils connaissent et ils pourront passer du temps en vol.

Arrivés à Gêne © Paul Guschlbauer

Mais en attendant, il faut se mettre « en mode robot», comme dit Tom. « Il faut brancher le casque, mettre de la musique, et il n'y a plus qu'à marcher pendant 12 ou 13 heures d'affilée. On s'arrête quand on a besoin de manger ou de boire. « Et comment le corps réagit ? Comme une bande en caoutchouc ! » Bien qu'il ait quelques ampoules (nous avons vu des photos, il n'y n'en a pas beaucoup!). Les jambes et le corps fonctionnent plutôt bien après une bonne nuit de récupération. « On s'habitue, et le corps sait ce qui lui reste à faire ! »

Jeudi 10 juillet, 10h

Nous avons reçu une très belle image de Tom et Paul ce matin - une vue sur la mer, au moment où ils terminent la traversé de l'Italie orientale ainsi que leur voyage dans les montagnes des Apennins.

Ils sont actuellement à 700m au dessus du niveau de la mer, et ils espèrent pouvoir prendre l’air rapidement, et faire un long vol pour rallier Gênes demain soir, qui est à environ 100 km de là où ils se trouvent. Ils fêteront sans doute leur arrivée avec un bon repas à l’image des jours derniers. Et n'oubliez pas que vous pouvez les suivre en temps réel sur la page de live tracking.

Belle vue sur la mer Adriatique © Tom de Dorlodot

Mercredi 9 juillet, 18h

Lorsque vous vous marchez pendant des dizaines de kilomètres, tous les jours, c'est important de bien manger. Tom et Paul n'ayant pas arrêté de marcher ces jours derniers, ils ont dîné deux fois. « Nous nous sommes arrêtés pour une pizza en début de soirée, et puis dans une autre 12 km plus loin, je crois que c'était l'un des meilleurs morceaux de viande que j'ai jamais mangé de ma vie », dit Paul. Ce n'est pas surprenant, car compte tenu du nombre de kilomètres parcourus, de la randonnée et du bushwhacking qu'ils ont fait, ils ont besoin de beaucoup de calories. « Les quatre ou cinq premiers jours, le corps ne demande pas beaucoup de nourriture, mais après il se rend compte combien d'énergie que vous utilisez, et vous commencez à manger de plus en plus souvent! »

Mardi 8 juillet, 18h

Encore un jour de pluie, mais le moral du duo reste bon. « Nous savions dès le départ que ce serait la partie la plus difficile de ce voyage », a déclaré Tom par téléphone cet après-midi.

Bien que les deux pilotes se connaissaient avant de partir sur ce voyage, c’est la première fois qu’ils font route ensemble. Heureusement, tout va pour le mieux. « Paul et moi nous entendons très bien, on travaille ensemble pour analyser la route, la météo et pour prendre les décisions stratégiques. C’est une excellente expérience pleine d’apprentissage. »

A deux on est toujours plus à même de bien réagir fasse à des conditions météorologiques difficiles, comme on peut le voir sur la vidéo de Paul ci-dessous.

 À 17h00, ils ont couvert une distance d'environ 25 km (suivre sur notre page Live Tracking) et Tom indique qu'il a fait plus de 28 000 pas selon son podomètre. Ils espèrent faire encore 10 km de plus vers Gênes plus tard dans la journée. En ce moment, ils vivent un passage difficile psychologiquement, certains jours, ils ont marché 36 km sur la route, ce qui représente seulement 19 km à vol d'oiseau. Et bien que la météo ne semble pas très bonne les prochains jours, les hautes montagnes se rapprochent. « Une fois là-bas, nous serons en mesure de couvrir des grandes distances en volant, » dit Tom.

Lundi 7 juillet, 18h

Comme on le dit souvent, pas de nouvelles, bonnes nouvelles: soit Tom et Paul sont profondément enfoncés dans les montagnes ou si haut dans le ciel que nous n'avons pas été en mesure d'entrer en contact par téléphone ou par SMS pour la mise à jour de cet après-midi! C’est sans doute un signe qu'ils se déplacent rapidement dans la bonne direction. Une note de Tom ce matin (9h30, en Europe) indique qu'ils espéraient passer beaucoup de temps en vol pendant la journée.

Dimanche 6 juillet, 18h

Quand Paul et Tom sont arrivés vendredi soir à Florence, ils étaient sur les rotules : "Nos pieds et nos jambes nous font souffrir pas mal", avait avoué Tom.

Et leur samedi n'a pas été plus reposant alors que le duo a dû effectuer une nouvelle journée de marche pour rallier Pistoia. Seule source de satisfaction : les garçons savaient qu'une fois là-bas, ils trouveraient de bien meilleures conditions de vol.

"La motivation est bien là mais il nous reste encore une longue journée devant nous", avait ajouté Tom. "Nous devons prendre soin de nos organismes pour être au mieux de notre forme avant de pouvoir décoller très bientôt. Nous avons vraiment hâte de pouvoir déployer nos ailes." Sachant qu'ils étaient injoignables dimanche en fin d'après-midi, cela signifie qu'ils ont probablement dû pouvoir s'envoler. Place au parapente... enfin !

Samedi 5 juillet, 19h

Tard dans la nuit d'hier, Tom et Paul sont parvenus à rejoindre la ville de Florence en Italie, alors qu'il ne s'agissait pas de leur plan initial. Le choix était en effet de soit rester sur les sommets et prendre le risque de ne pas pouvoir décoller (comme lors des jours précédents) ou opter pour un itinéraire vers le sud - sans relief - mais qui menait plus directement aux plus gros massifs montagneux suivants. Le pari a payé. "Nous comptons arriver une journée plus tôt sur les hauteurs grâce à ce chemin", explique Paul. En contrepartie, leur choix signifie qu'ils devront à nouveau progresser à pied, à moins qu'un vent de sud-ouest favorable ne leur permette de prendre les airs. "Nous sommes impatients d'accélerer le rythme une fois que nous aurons atteint un peu plus d'altitude", rajoute Paul. Mais d'ici là, l'avancée de l'expédition demeure laborieuse.

Paul Guschlbauer pointe Florence à l'horizon © Paul Guschlbauer

Vendredi 4 juillet, 18h

Après avoir patienté un moment pour décoller depuis Pietraplana, Tom et Paul sont enfin parvenus à prendre les airs. Leur objectif ? Firenze. Mais avec un solide vent contraire, ils n'ont probablement pas pu effectuer plus de 10 km sur les 25 km qui les séparent de Firenze. "C'est l'enfer de se frayer un chemin à travers ces montagnes", lance Paul. "Vraiment dingo !"
Retrouvez à tout moment leur position sur l'espace de live tracking.

En attendant de savoir jusqu'où Paul et Tom réussiront à voler, nous vous proposons de retrouver un sujet évoquant le matériel qu'ils ont emporté pour cette expédition entre parapente et randonnée. Compte tenu de l'énorme distance à parcourir, aussi bien dans les airs qu'à pied, leur objectif a été de réduire le poids au maximum. Ils n'ont ainsi pas hésité à enlever des morceaux de toile superflus sur leur harnais de parapente. Et vous, qu'emporteriez-vous si vous deviez passer un mois entier en montagne ?

Jeudi 3 juillet, 17h

"Les jambes tiennent", affirme Paul Guschlbauer, "mais nous avons un peu l'impression de tourner en rond !" Sur ce relief compliqué qui n'offre que peu d'aires de décollage avec suffisamment de visibilité, les deux aventuriers doivent redoubler d'efforts pour trouver un spot d'où s'envoler (voir l'image ci-dessous). Après un décollage plutôt délicat mais réussi, ils ont pris le risque de survoler les arbres plutôt que la vallée. Erreur ! Ce n'était pas une bonne idée et les voilà de nouveau à terre pour retrouver le bon itinéraire.

"Ce n'est qu'une histoire de mental, le plus important est de positiver", lâche Paul. Pour l'instant, leur objectif est d'arriver à se sortir de ce "labyrinthe sans décollage possible" et de retrouver un terrain plus familier dans les Alpes.

N'oubliez que vous pouvez suivre à tout moment la position de Tom et Paul grâce au live tracking, et connaître les distances qu'ils ont parcourues, tout comme le temps passé en l'air.

Mercredi 2 juillet, 18h

De nouveau sur la route. Tom et Paul sont cloués au sol en raison du vent et du mauvais temps, et doivent progresser à pied kilomètre après kilomètre. “Au final, nous devrions avoir marché 40 km aujourd’hui”, avance Paul. “Mais ça va. Du moment qu’on avance, on devrait y arriver. Et puis les paysages sont magnifiques. Nous sommes plutôt convaincus de pouvoir accélérer le rythme une fois les Alpes atteintes, car nous les connaissons très bien.”

Leur souci ? Tous les sommets rencontrés sont recouverts d’arbres et n’offrent aucune aire de décollage convenable. Pas moyen d’en trouver sans perdre un temps considérable en cherchant.

“Mais la vie est cool”, balance Tom. Et pas seulement pour le panorama de la campagne en Toscane : la Belgique a battu les États-Unis la veille en Coupe du monde. Après 14 heures de marche, ils sont tout de même parvenus à voir la fin du match.

“La prochaine rencontre sera un Belgique-Argentine. Ma petite-amie est originaire d’Argentine, cela devrait être marrant à suivre !”

Mardi 1er juillet, 18h

Décollage ! Le feu vert a enfin été donné, c’est Tom lui-même qui l’annonce succinctement sur Facebook : “En vol actuellement”. Même si ce premier vol n’a pas duré très longtemps, le duo est heureux d’avoir enfin pu prendre les airs. Leur position se situe à mi-chemin entre Ancône et Florence, comme vous pouvez le découvrir sur l’espace de live tracking.

"Ces débuts n'ont pas été faciles", a commenté Tom alors que le duo était la recherche d'eau et de ravitaillement en nourriture. "Nous avons passé beaucoup de temps à marcher le premier jour et hier il n'a pas arrêté de pleuvoir. Mais nous sommes parvenus à trouver un bon site pour décoller aujourd'hui. C'était bien parti, mais nous avons eu du mal à trouver les bons thermiques en volant contre le vent."

Malgré ces quelques difficultés, Tom et Paul profitent à fond de ces instants et prennent leurs marques dans la joie. "Le vue est magnifique d'où nous sommes", ajoute Paul, "et les gens rencontrés sont super sympas avec nous."

Mais tout semble indiquer que la journée de demain sera une journee au sol, à marcher de nouveau. “Plus que” 1670 km avant de boucler leur périple...

Lundi 30 juin, 18h

Les averses règnent toujours en maître ! Les garçons avaient bon espoir de décoller ce matin malgré la présence de nuages bas, mais la météo en a décidé autrement. C’est à pied qu’ils progressent, sous la pluie et un temps haché, comme pour vous pouvez le découvrir sur l’image menaçante de Tom ci-dessous. Mais la bonne nouvelle est qu’ils ont atteint la chaîne de montagnes et, dès que les cieux se dégageront, le feu vert sera donné pour s’envoler !

Des orages sur les sommets mettent en stand-by le projet de parapente
Orage au rendez-vous pour le périple en Adriatique © Tom de Dorlodot

Dimanche 29 juin, 18h

Le coup de départ est donné, pas vraiment en grande pompe mais toutes les grandes aventures débutent de façon modeste. Paul nous a envoyé ce selfie (ci-dessous) pris ce matin alors qu’ils quittaient Ancône avec Tom, pour cette première journée de leur expédition. Prochain objectif : prendre les airs. Mais d’ici là, il va falloir progresser à pied…

Paul Guschlbauer en selfie pour marquer ce Jour 1 © Paul Guschlbauer

Samedi 28 juin : Nous venons de parler à Tom et Paul. Ils espéraient pouvoir partir à 19h30 mais le train pour Ancône avait du retard. Et ils espèrent arriver vers 21h00.

"Nous allons commencer simplement et quitter la ville en marchant pour trouver un endroit pour dormir dans les champs", explique Tom.

"Nous sommes à environ 45 km des premières montagnes", ajoute-t-il. "Nous espérons pouvoir faire le premier vol demain (dimanche) mais la météo n’a pas l’air très favorable. Il va y avoir 15-20 nœuds de vent venant du sud-ouest, ce qui est la bonne direction, mais nous ne sommes pas sûrs que ce sera jouable en parapente."

Nous mettrons à jour cette page tous les jours avec les dernières nouvelles du voyage. Vous avez une question pour Tom et Paul? N’hésitez pas à nous demander, nous la transmettrons au deux aventuriers.

Le monde de Redbull.com où vous voulez, quand vous voulez, en téléchargeant l'application mobile Red Bull pour iPhone et Android sur Redbull.com/app.

read more about
Next Story