Rencontrez l’homme qui a vécu 31 jours sous l’eau

Le petit-fils du Commandant Cousteau a passé un mois par 20 m de fond pour une mission scientifique.
Fabien Cousteau et son sous-marin monoplace Troy
Un sous-marin maquillé en... requin
Par Brooke Morton

Lorsque l’on a passé la majorité de son enfance à bord de la légendaire Calypso, le navire de Jacques-Yves Cousteau, il n’est pas étonnant que la plongée soit devenue une seconde nature. Pour Fabien Cousteau, le petit-fils de l’homme au bonnet rouge, ses premiers souvenirs sous l’eau remontent à ses quatre ans. Plus tard, Fabien Cousteau se fit un nom à lui tout seul également, enfermé dans un sous-marin de sa création en forme de squale, conçu pour frayer au milieu des grands requins blancs, et qui lui a valu un reportage sur la chaîne CBS, “Mind of the Demon”. Mais plus récemment, c’est un autre projet encore plus ambitieux qu’a accompli le jeune Cousteau. Il a en effet vécu un mois entier au fond de l’eau, au large de Key Largo en Floride, à l’intérieur de la NOOAA Aquarius Reef Base, un laboratoire sous-marin de l'agence américaine responsable de l'étude de l'océan et de l'atmosphère. Rencontre avec cet explorateur des océans qu’est Fabien Cousteau.

Fabien Cousteau plonge à côté du laboratoire Aquarius.
Fabien Cousteau délaisse le laboratoire sous-marin © Kip Evans

Même votre propre sœur vous avait traité de fou lorsque que vous aviez construit Troy, le sous-marin requin (en image en haut de page), non ?
L’idée m’était venue en lisant Tintin. Je souhaitais mettre au point un submersible aussi discret et réaliste que possible pour pouvoir observer les grands blancs au naturel.

Qu’est-ce qui vous a poussé à passer tellement de temps en plongée à bord de cet engin ?
Plonger de nuit est la chose la plus dangereuse que j’ai jamais faite, mais il faut prendre des risques pour en savoir davantage. Il aurait pu m’arriver un incident cent fois à bord de ce sous-marin requin, mais ce n’étaient pas les requins qui m’inquiétaient, seulement l’erreur humaine sur l’engin.

Fabien Cousteau plonge à côté du laboratoire Aquarius.
Cousteau devant le labo Aquarius en Floride © KipEvansMission

Vous venez de passer 31 jours d’affilée par 20 mètres de fond. Quelle a été votre rencontre la plus incroyable lors de ce séjour sous l’eau ?
En réalité, nous étions à l’intérieur de la base en plein sommeil lorsque l’une des caméras a filmé un mérou géant de près de 300 kg ; il a fait un grand boom avant d’attraper dans sa gueule un barracuda de près de 1m50. Il y avait des écailles partout. Je n’avais jamais vu un mérou avoir un comportement aussi agressif auparavant. Un jour également, lors d’une plongée, nous avons pu admirer des nuages de plancton phosphorescent en pleine nuit. On aurait dit des tornades ou une tempête de neige.

La plupart des gens ne connaîtront jamais la possibilité de vivre sous l’eau. Cette expérience s’apparente à de la science-fiction, non ?
Oui en effet. De nombreux détails du quotidien diffèrent une fois sous l’eau. Par exemple, vous ne pouvez pas siffler, vos cheveux poussent beaucoup plus vite et l’air devient très épais quand il s’agit de partager la même atmosphère à trois personnes.

Mais grâce à ce laboratoire sous-marin unique au monde, nous avions la possibilité d’effectuer des plongées de 6 à 12 heures chaque jour. Les scientifiques présents ont ainsi pu collecter des données représentant trois années de travail normal en seulement 31 jours.

Fabien Cousteau regarde à travers un hublot lors de la Mission 31.
La maison où Fabien Cousteau a passé un mois © Kip Evans

À aucun moment vous n’avez eu peur ?
Je craignais seulement les effets à long terme. J’avais perdu le sens du goût, à tel point que je mettais de la sauce pimentée sur tout, alors que je n’aime pas ça a priori. J’avais peur que mes papilles gustatives ne refonctionnent plus. Mais heureusement, tout est rentré dans l’ordre.

Vous avez la réputation d’être une personne qui vient secouer l’ordre établi dans le monde de la plongée. Vous confirmez ?
Tout le monde a tellement peur des nouvelles technologies et de la nouveauté en général. À quelques rares exceptions, nous nous servons encore d’une technologie inventée par mon grand-père il y a 70 ans de cela.

Fabien Cousteau en portrait avec un bébé tortue
Projet de réintroduction des tortues de Cousteau

Quels progrès pourraient-être réalisés dans la plongée selon vous ?
Les bouteilles de plongée devraient peser deux fois moins de nos jours. J’imagine des bouteilles en fibre de carbone extrêmement légères. C’est ce que fait la NASA, en inventant constamment du nouveau matériel. La plongée moderne en bouteille consiste à rajouter sans cesse de nouveaux gadgets qui ne font que nous gêner davantage, alors que nous préférerions tous être libres et avoir l’impression de voler dans l’eau.

Le documentaire consacré à la Mission 31 sera diffusé au mois de novembre lors du Blue Ocean Film Festival à St. Petersburg en Floride.

Le meilleur de Red Bull où que vous soyez avec notre application mobile.

read more about
Next Story