Chassé par les éléphants et attaqué par des crocos

Découvrez les aventures du colonel John Blashford-Snell, un explorateur anglais à l'ancienne...
un vrai aventurier
Ce sont des histoires vraies! © Scientific Exploration Society
Par Josh Sampiero

Il y a des gens qui partent à l'aventure une fois dans leur vie, et puis il y a ceux qui en font leur métier. Le Colonel John Blashford-Snell fait partie de la deuxième catégorie, et peu importe l'histoire que vous allez lui raconter, il a en probablement une encore plus incroyable.

Né en 1936, l'ancien officier de l'armée britannique a descendu le Nil Bleu, a traversé le célèbre Darién Gap, il a conduit de l'Alaska à la Patagonie, et il s'est retrouvé dans des situations pas possibles aux quatre coins du monde. Nous l'avons appelé sur son téléphone (comme au bon vieux temps) pour qu'il nous fasse partager certaines de ses aventures.

Col Blashford-Snell pose pour un portrait.
Col Blashford-Snell avec son fameux chapeau © Tarquin Cooper

Parlons un peu des animaux.
Oh, je me suis fait charger par un éléphant, un buffle, des gros chats... Je me suis seulement fait attaquer par un crocodile. Il n'était pas très grand, trois mètres de long, mais il était rapide! Il est venu et a attrapé la pointe de mon fusil dans ses mâchoires. Heureusement, j'ai eu la présence d'esprit d'appuyer sur la gâchette.

 

Vous avez rencontré des animaux sauvages ... mais vous dites que l'homme est encore plus dangereux.
Bien sûr! Un animal ne va vous attaquer que pour se protéger ( mis à par les buffles d'Afrique du Sud qui sont des créatures vicieuses). L'homme est plus méchant. Lors de notre descente du Nil Bleu, un groupe de bandits nous a capturés et a demandé une rançon pour nous libérer. On a du se battre pour sortir de ce coup là.

 

Vous êtes de retour de Chypre. On dirait des vacances ...
Je suis dans le nord de Chypre. C'est un peu de vacances, et un peu de reconnaissance. Je travaille avec une organisation caritative qui cherche à installer des puits d'eau douce en profondeur dans les zones où ils ne peuvent pas obtenir d'eau potable.

 

un vrai aventurier
John Blashford-Snell, portrait au Congo. © Scientific Exploration Society

Quelle est votre partie du monde préférée?
J'aime la Nouvelle-Zélande. Ma mère et mon père ont vécu là-bas, mon père y a lancé les Boy Scouts et elle les Girl Guides. Dans les années 20, c'était un endroit vraiment sauvage. Ces jours-ci, la zone est bien connue, mais ça reste encore un endroit sauvage merveilleux à explorer. C'est comme une version géante de l'Ecosse.

 

un vrai aventurier
Plus récemment au Pérou © Scientific Exploration Society

La descente du Nil Bleu reste la chose la plus dangereuse que vous avez jamais faite?
Oui, le Nil Bleu était probablement mon voyage le plus dangereux. Nous n'avions pas la moindre idée de ce que nous faisions, nous avons essayé de naviguer à travers les rapides en eau vive avant l'invention du rafting. Il y a quelques années, Steve Fisher [Red Bull athlète] est venu me parler du Nil Bleu, et en particulier de la partie que nous n'avons pas fait, les rapides du Grand Inga. Je lui ai donné des cartes et quelques séquences en 8mm provenant de mes archives, qu'il a mis dans son film. C'est un garçon sympathique, mais il n'a jamais enlevé sa casquette Red Bull! On a commencé à se demander s'il avait un problème à la tête.

 

un vrai aventurier
Pardon, avez-vous des Grey Poupon? © Scientific Exploration Society

Et vous avez vu son film ?
Le mois dernier! Un film vraiment dramatique. Je me souviens de ces grands tourbillons, nous avions perdu toute une embarcation dans l'un de ceux là, et nous avions eu du mal à sauver l'équipage.

 

Quel est le plus grand avantage des explorateurs d'aujourd'hui selon vous?
Le GPS. Lorsqu'il fallait s'arrêter au milieu de la journée pour essayer de déterminer sa position,  ça prenait beaucoup de temps. Et les vêtements légers et imperméables sont aussi très bien, les anciens explorateurs auraient donné beaucoup pour une paire de chaussures de randonnée d'aujourd'hui!

 

un vrai aventurier
Blashford-Snell à la recherche de l'éléphant géant © Scientific Exploration Society

Vous avez encore des rêves de voyage?
Je voudrais aller dans la péninsule du Kamatchka en Russie orientale pour voir le tigre de Sibérie. Maintenant c'est le bon moment de l'année pour aller, il y a beaucoup de moustiques, mais c'est quand même beaucoup plus facile à supporter que l'hiver. Et plus facile que lorsque le KGB m'escortait à travers le lac Baïkal en Russie, il y a 20 ans, lorsque nous avons construit un village de vacances pour les enfants évacués de la catastrophe de Tchernobyl. J'ai dû guider les gars du KGB à Londres un peu après. Ils sont allés à Harrod, et sont repartis avec de quoi remplir cinq taxis londoniens.

 

un vrai aventurier
Un aigle se pose sur son chapeau © Scientific Exploration Society

Vous aimez aussi encourager de nouveaux explorateurs?
Nous voulons que la prochaine génération de jeunes explorateurs parte à l'aventure et qu'ils fassent quelque chose d'amusant et stimulant, à condition qu'ils fassent quelque chose pour l'humanité en même temps, et nous donnons de l'argent pour le faire. C'est le gros de mon travail désormais. Mais je n'ai pas tout arrêté pour autant. Je pars pour le Pérou le mois prochain pour voir l'ours à lunettes, qui est, comme je suis sûr que vous le savez, le seul ours en Amérique du Sud!

Envie du meilleur de Redbull.com où que vous soyez ? Téléchargez l'application mobile sur RedBull.com/app.

Next Story