Le tour du monde sur un catamaran de plage

Faire le tour d'une monde est une chose, mais sur un petit catamaran sans cabine c'est autre chose!
© Pauce
Par Will Gray

Le navigateur suisse Yvan Bourgnon a troqué son catamaran géant pour faire le tour du monde sur un modèle beaucoup plus petit dont on se sert généralement à la plage en été. Il estime que ce voyage de 50 000km devrait lui prendre presque une année. Et pour corser un peu plus l'aventure, Bourgnon a renoncé au GPS et à la navigation assistée par ordinateur pour naviguer à l'ancienne avec un sextant et un compas, « la voile au feeling », comme il appelle ça.

Où est-il maintenant?
Après une pause suite à un accident dévastateur au Sri Lanka, il continuera son périple un peu plus tard cette année. Le bateau d'Yvan Bourgnon est actuellement au Sri Lanka, et il doit recueillir des fonds pour le réparer afin de pouvoir terminer son voyage. Vous pouvez participer au financement en allant sur la page de son crowdfunding.

Une question: pourquoi?
Dans la plupart des aventures, les gens ont quelque chose pour se protéger: une tente, un igloo, une cabine, peu importe. Sur ce petit catamaran il n'y a rien de tout ça. J'ai dû dormir avec les vagues qui se brissent sur mon visage toute la nuit, tous les soirs pendant des mois.
 

Vous avez chaviré au début du parcours dans l'Atlantique, c'était un message d'alerte?
Oui. J'étais très proche de la noyade. Le bateau était sur le côté, il avançais à 10 noeuds, et ma ligne de sécurité me tirait en dessous. C'était terrifiant parce que je ne savais pas si je pourrais redresser le bateau. Nous l'avions modifié deux jours avant le départ, parce que lors du premier essai, je n'avais pas réussi à le redresser. Mais je n'avais pas refait le test.

Le marin et explorateur français Yvan Bourgnon poses habillé comme l'explorateur portugais du 15ème siècle Ferdinand Magellan.
Yvan Bourgnon sur son catamaran © Yvan Bourgnon

Vous avez traversé l'Atlantique, le Pacifique et l'océan Indien, et puis vous vous êtes échoué dans les eaux calmes du Sri Lanka. Comment est-ce arrivé?
Je n'avais pas dormi pendant quatre jours et j'étais à deux heures de port. J'étais très fatigué. J'avais des hallucinations. Je suis presque rentré dans un cargo et il fallait que je dorme sinon j'allais m'échouer près du port.

J'ai mis le pilote automatique, mais quand je me suis réveillé, j'étais dans les vagues déferlantes, et le bateau s'est fracassé sur les rochers. Je me suis fait expulser du bateau et je me suis retrouvé coincé dessous. Je pensais que j'allais mourir sous le bateau. Je ne pouvais plus respirer. Mon bateau était complètement cassé, mais c'est ce qui m'a gardé en vie. J'étais très ému!

Portrait du marin français Yvan Bourgnon, qui a fait le premier tour du monde sur un catamaran sans l'aide du GPS ni aide extérieure.
Autoportrait © Yvan Bourgnon

Comment dormez-vous?
Rarement plus de 15 minutes à la fois! En général je dors cinq, six, sept ou 10 minutes, et je me réveille, ensuite je me rendors, tout ça pendant une année entière! J'ai appris à dormir avec l'écoute dans la main sous tension, et c'est une raison pour laquelle je n'ai pas chaviré beaucoup parce que j'étais vraiment prêt à relâcher la voile en une seconde.

Le marin et explorateur français Yvan Bourgnon poses habillé comme l'explorateur portugais du 15ème siècle Ferdinand Magellan.
Bourgnon, le Magellan moderne! © Pauce

Quelle est la pire tempête que vous avez rencontrée?
La tempête de la mousson dans l'océan Indien, au large de Sumatra, a été intense. Je n'avais jamais vu autant de pluie, 15 heures non-stop, c'était dur. Le vent soufflait jusqu'à 120 km/h, avec une telle brise, le bateau a tendance à s'envoler. Même sans les voiles, il est montait à 25 nœuds! La direction du vent pouvait changer de 180 degrés en quelques secondes de manière totalement imprévisible et sans visibilité. J'ai presque chaviré 30 fois cette nuit.

Portrait du navigateur français Yvan Bourgnon
Bourgnon a l'habitude de se mouiller © Pauce

Comment vous faites dans ces moments-là?
Il faut éviter de paniquer. Je me suis toujours dit à moi-même qu'il faut arrêter avant de faire quelque chose que l'on ne maitrise pas. Je me souviens de quatre ou cinq moments difficiles, si j'avais paniqué, je serais mort.

Quel a été le moment le plus incroyable à ce jour?
Quand j'ai quitté les Vanuatu, j'ai eu un problème de gouvernail et il fallait que je m'arrête. Il n'y avait qu'un seul endroit où aller, une île de sable minuscule, 400m de large et un mètre de haut. Il n'y avait rien d'autre dans un périmètre de 3 000 km. J'ai fini par passer un jour et demi là-bas. C'était incroyable.

Le marin français Yvan Bourgnon, qui a fait le premier tour du monde sur un catamaran sans l'aide du GPS ni aide extérieure.
Par temps calme © Yvan Bourgnon

Vous avez passé pas mal de temps à terre, comment allez-vous?
C'est terrible. Ce voyage a bouleversé mon esprit et mon corps. Je suis devenu plus sauvage. Vraiment plus sauvage. Quand je suis revenu à Paris, j'étais désorienté. J'ai perdu mon sac, laissé mes chaussures dans le restaurant, j'ai perdu beaucoup de choses.

Comment vous faites dans ces moments-là?
Il faut éviter de paniquer. Je me suis toujours dit à moi-même qu'il faut arrêter avant de faire quelque chose que l'on ne maitrise pas. Je me souviens de quatre ou cinq moments difficiles, si j'avais paniqué, je serais mort.

Vous serez de retour sur l'eau en novembre, la galère va reprendre?
Non! Les premiers obstacles seront la mousson et les pirates dans le golfe Persique. Aucun petit bateau à voile n'y est allé depuis six ans, donc nous ne savons pas si c'est un problème ou pas, mais je suis rapide et je n'ai rien à donner, rien à bord du bateau, ça me permettra peut-être de passer, enfin je l'espère.

Yvan Bourgnon - marin explorateur
Sur une coque © Yvan Bourgnon

Et si tout se passe bien, vous avez des projets pour la suite?
Je pense vraiment qu'il est possible de faire le tour de l'Antarctique sur un petit catamaran. C'est plus court, mais très froid, avec beaucoup de glace, beaucoup de tempêtes. Je ne pourrais pas le faire seul, mais avec un nouveau bateau, un équipage et des prévisions météos, je pense que oui ...

Le monde de Redbull.com où vous voulez, quand vous voulez, en téléchargeant l'application mobile Red Bull pour iPhone et Android sur Redbull.com/app.

read more about
Next Story