Iceman, un type frais

Wim Hof aime courir pieds nus dans la neige, faire de l'escalade en short et nager sous la glace.
Wim Hof assis sur de la glace
Iceman dans son élément © Boogert Fotografie
Par Tarquin Cooper

Wim Hof possède un talent inhabituel. Juste par l'esprit, il peut réguler sa température corporelle et ainsi courir pieds nus dans la neige, s'asseoir dans un bain de glace pendant presque 2 heures ou courir un marathon dans le désert sans s'hydrater. Mais il est plus qu'un banal briseur de records. Il travaille avec des scientifiques pour prouver que le contrôle de l'esprit est primordial quand on pratique des sports extrêmes.

Comment as-tu commencé à t'intéresser au froid ?

Cela a commencé quand j'avais 17 ans. Je voulais aller plus loin dans l'étude du self-control. Un jour j'étais au parc et je me sentais attiré par l'eau froide. Je suis rentré dedans, juste pour une minute. Je me suis dit que c'était ça, cela à ouvert la voie. 

J'ai changé ma facon de respirer. En deux mois, j'étais capable d'emmagasiner tellement d'oxygène que je pouvais rester 5 à 7 minutes sous la glace sans respirer. Apprendre à respirer différemment, c'est une sensation incroyable.

Tu es resté dans un bain de glace pendant 1h53. Comment ?

Je conserve ma chaleur en pensant et en respirant. Je dirige mon esprit sur le travail de mon système hormonal. Avec le seul travail de mon esprit, mes cellules produisent 300% d'activité métabolique en plus. Cela signifie de l'énergie. C'est comme ça que je reste chaud, grâce au contrôle de mon esprit. Je l'utilise pour influer directement sur la gestion énergétique de mes cellules.

 

Vraiment ?

Jusquà maintenant, les scientifiques nous disaient que le système nerveux ne pouvait être contrôlé volontairement par l'esprit. Mes techniques ont montré, à l'appui d'études scientifiques, que cela était possible.

Dans une étude scientifique comparative, 12 de mes élèves ont été capables de produire plus d'adrénaline allongés dans un lit que des personnes qui faisaient du saut à l'élastique pour la première fois. Ils ont aussi inoculé à mes 12 élèves un microbe qui vous rend normalement malade pendant 8 heures. Le groupe a réussi à supprimer cet état en 15 minutes. C'est du contrôle profond !

Wim Hof pose pour un portrait dans la montagne.
La tendance montagnarde de l'hiver : le short © Boogert Fotografie

Ce sont de bonnes nouvelles pour les athlètes extrêmes ?

Tous ceux qui cherchent des sensations fortes recherchent aussi un meilleur contrôle de leur esprit, et tous les casseurs de records le font déjà naturellement, sans forcément le savoir. J'ai un grand respect pour ces athlètes ; ce sont des personnes qui recherchent une certaine forme de spiritualité et d'introspection à travers une activité extrême. Pour moi, c'est vraiment de la spiritualité.

 

Mais est-ce que tu ressens le froid ?

Non, pas vraiment, si tu le jugules bien. Le système nerveux, comme son nom l'indique, est fait de nerfs. Si tu as le contrôle sur ton système nerveux, tu peux produire beaucoup de dopamine, ce qui réduit le réflexe de douleur. Le corps est entièrement équipé pour être poussé dans les extrêmes, il faut juste apprendre à le contrôler.

Wim Hof apprécie un petit bain glacé
Iceman dans son élément © Boogert Fotografie

T'es-tu déjà blessé à cause du froid ?

Oui, une fois. J'étais pieds nus en train de courir en Laponie. Il faisait plutôt froid et j'ai eu des problèmes de circulation sanguine au bout de 18 kilomètres. Du pied jusqu'au genou, j'avais l'impression que ma jambe était en bois. Je n'avais plus aucune sensation.

Le docteur m'a dit que cela avait occasionné des dommages irréparables. Il m'a dit de revenir dans 4 mois. On m'a donné des médicaments, des pilules, et on m'a conseillé de garder ma jambe au sec. J'ai fait le contraire. J'ai commencé à me soigner tout seul. Je n'ai pas pris les pilules et j'ai juste mis sur ma jambe une graisse qu'on utilise pour les pis des vaches. Je l'ai utlisée pendant un mois et j'étais guéri. C'est la seule fois que je me suis blessé à cause du froid.

Wim Hof se fait tester dans des conditions glacées
Hof travaille conjointement avec des scientifiques © Boogert Fotografie

Comment en es-tu venu au désert ?

Je me suis dit, j'ai fait le froid, pourquoi pas le chaud ? Si tu es capable de gérer le froid alors tu dois être capable de gérer la chaleur de la même manière. Donc je suis allé en Namibie et j'ai couru un marathon sans entrainement particulier et sans m'hydrater. Le physiologiste m'a dit que ce qui était remarquable, c'est que ma température était restée à 37°.

Déshydraté ?

Oui, j'ai perdu 5,2 litres. Après ça, j'ai bu un peu d'eau et quelques bières et j'étais bien.

Wim Hof court un marathon dans le désert sans boire une goutte d'eau.
Hof a aussi utilisé sa technique dans le désert © icemanwimhof.com

Qu'est-ce qui vient prochainement, te concernant ?

Mi-janvier, un groupe de 20 personnes ambitionne d'escalader le Kilimandjaro en portant juste des bottes et des shorts. C'est une façon de montrer que tout le monde peut le faire.

Je veux être capable de courir nu dans la neige. Comment dois-je faire ?

La meilleure astuce, c'est de prendre une douche froide après une douche chaude. Tu sentiras un changement si tu le fais régulièrement. Une autre astuce : inhale plus d'air que tu as l'impression d'avoir besoin.

Si vous voulez vraiment voir ce que le froid peut faire pour voir, téléchargez la méthode de Wim Hof via son site internet.

Next Story