Les 7 marathons les plus étranges du monde

Partez à la rencontre des marathons les plus étranges du monde, sous l'eau ou sur l'Everest.
Par Will Gray

À la base, un marathon n'est déjà pas une chose facile à accomplir, mais il y a des moyens de le rendre encore plus dur. Par exemple, vous pouvez le faire sous l'eau, en vous abreuvant de vin ou à quelques milliers de mètres d'altitude dans les plus hautes montagnes du monde. À l'instar du Wings for Life World Run, qui redéfinit les principes de la course d'endurance, nous avons rassemblé sept des marathons les plus difficiles, les plus étranges et les plus fous de la planète. Des courses où vous ne ferez pas que courir 42 km et des brouettes, mais qui vous pousseront à questionner votre santé mentale. Une chose est certaine, si vous finissez la course, vous voudrez garder le t-shirt.

1. Le marathon de l'Everest

Des concurrents du Tenzing Hillary Everest Marathon proche de l'Everest.
Le Tenzing Hillary Everest Marathon © AFP/Getty Images

Lieu : Gorak Shep, Népal

Difficulté : 8/10

Dangers : vertiges, oedème pulmonaire, hypothermie

Bonus : le marathon le plus haut du monde

Record : 3h40m43s - Ram Kumar Raj Bhandari (Népal), 2013

Les participants doivent faire 15 jours de marche pour atteindre la ligne de départ, située à 5184 mètres d'altitude. Les organisateurs recommandent de gravir au préalable deux montagnes de 5500 mètres sur la route pour s'acclimater.

La course depuis Gorak Shep jusqu'à Namchee Bazaar (3446 mètres d'altitude) est principalement en descente mais comporte aussi deux sections de grimpette abrupte et des dangers inhabituels comme des ponts suspendus ou des meutes de yaks.

2. Le marathon de la Grande Muraille de Chine

Des coureurs au Marathon de la Grande Muraille de Chine.
Marathon de la Grande Muraille de Chine © Klaus Sletting

Lieu : Tianjin, Chine

Difficulté : 6/10

Dangers : chutes, désorientation

Bonus : 5164 marches d'escalier

Record : 3h9m18s – Jorge Maravilla (USA), Dimitris Theodorakakos (Grèce) et Jonathan Wyatt (Nouvelle-Zélande), 2013

Ce marathon est particulièrement brutal pour les jambes, avec plus de 5000 marches à gravir au-dessus, en-dessous, à côté et autour de la Grande Muraille de Chine. 

Couru en grande partie à travers les villages traditionnels de la passe de Huangya, il comporte aussi 6 km sur la Grande Muraille, qui consistent douloureusement en deux passages sur la même portion. Ratez la coupure de six heures et vous ne pourrez pas remonter.

3. Le marathon Safaricom

des coureurs au Marathon Safaricom.
Un marathon au milieu des animaux sauvages © Tusk Trust

Endroit : Lewa Wildlife Conservancy, Kenya

Difficulté : 310

Dangers : attaques d'animaux sauvages, insolations

Bonus : courir à travers une réserve sauvage

Record : 2h18m9s - Philemon Baaru (Kenya), 2014

Les partipants doivent littéralement courir pour leur vie lors de ce marathon, car ils traversent une réserve pleine d'animaux sauvages. La course est d'ailleurs surveillée par des gardes armés.

Intitulée "Run for the Wild", son but premier est de recolter des fonds pour la préservation de la faune du Kenya, ainsi que des projets communautaires. Elle consiste en deux tours sur une boucle de 21 km, le tout à haute altitude.

4. Le marathon de l'Abatross Polar Circle

Conditions extrêmes au Polar Circle Marathon
Conditions extrêmes au Polar Circle Marathon © albatros-adventure.com

Endroit : Kangerlussuaq, Groenland

Difficulté : 8/10

Dangers : engelures, glissade dans une crevasse

Bonus : courir sur une plaque de glace mobile

Record : 2h57m19s – Andrew Shaw (Angleterre), 2005

Ce marathon incroyable est couru par -15° et passe par des énormes langues de glaciers, à travers la toundra et un désert arctique, ainsi que sur une portion de 3 km sur une plaque de glace.

Les coureurs peuvent se retrouver face à des boeufs musqués ou des renards polaires, et les organisateurs préviennent bien de ne pas s'écarter du tracé, "à cause du risque de tomber dans une crevasse".

5. Marathon du Médoc

Des coureurs déguisés au Marathon du Médoc
Des coureurs déguisés au Marathon du Médoc © Getty Images

Endroit : Médoc, France

Difficulté : 4/10

Dangers : coma éthylique, évanouissement

Bonus : un marathon de consommation de vin

Record : non-applicable

Peu de coureurs visent une performance chronométrique sur ce marathon déguisé. Il s'agit plutôt de résister aux 23 dégustations de vin qui émaillent le parcours, ainsi qu'à la dégustation d'huîtres, de foie gras et de fromage dans un temps limité à 6h30.

Le tracé serpente à travers plus de 30 vignobles, notamment le légendaire Château Lafite Rothschild. Notez que la compétition se targue d'avoir le suivi médical le plus important du monde pour un marathon, afin de parer à toute éventualité.

6. Burro Days World Championship Pack Burro Race

Diane Van der Hoeven court avec son âne.
Diane Van der Hoeven court avec son âne © Judys Fithian Photos

Endroit : Fairplay, Colorado, USA

Difficulté : 6/10

Dangers : piétinement par animal, chute sur sol rocailleux

Bonus : Courir hors des chemins avec un âne

Record (pour 46 km) : Tom Sobal et son âne Maynard (USA), 1989

On ne peut pas contrôler son rythme sur cette course de 46 km, les compétiteurs devant mener, ou plutôt se faisant mener la plupart du temps, par un âne de bât portant 15 kg de matériel minier au coeur de la région de la Ruée vers l'or.

L'ascension vers les 4000 mètres de Mosquito Pass est dure, mais le plus dangereux est de se faire entraîner sur des rochers géants ou des buissons épineux par les ânes. Les organisateurs le disent bien  "dès qu'un âne se met à courir, tous les autres suivent."

7. Underwater Marathon

Lloyd Scott fait un marathon sous-marin au Loch Ness.
Quelqu'un pour un marathon sous-marin ? © Lloyd Scott

Endroit : Loch Ness, Écosse

Difficulté : 7/10

Dangers : noyade, hypothermie, désorientation

Bonus : un marathon complet, mais sous l'eau

Record : 12 jours

Il a fallu presque 15 jours à Loyd Scott, marathonien confirmé, pour réaliser ce marathon sous le Loch Ness, portant sur lui une antique combinaison de plongée pesant 55 kg dans cet évènement spécial.

À un moment, il est tombé de 8 mètres dans une faille de 100 mètres et a du être hélitreuillé vers un endroit plus sûr. Il a admis par la suite avoir pris des risques : "à certains moments, la visibilité était nulle, donc c'est très froid et solitaire. Et beaucoup plus difficle que le faire sur terre."

Scott n'est pourtant pas un novice en matière de marathons épiques. Il a couru dans les désert africains et dans la Vallée de la Mort aux États-Unis, et d'autres marathons où il était par exemple déguisé en Saint Georges trainant derrière lui un énorme dragon, Indiana Jones poursuivi par un rocher gigantesque ou en sous-marin jaune des Beatles, rassemblant des millions pour des associations.

Participez au Wings For Life World Run le 3 mai 2015.

Ci-après, les meilleurs endroits pour faire de l'apnée : 

Next Story