Les 8 tribus les plus isolées de la planète

Les traditions de ces 8 tribus isolées vont éveiller votre curiosité.
Par Will Gray

Ces tribus sont cachées dans les plus profonds et les plus sombres recoins de notre planète ou bien peuplent les vastes plaines isolées d'Afrique. Elles sont formées de petits groupes de gens dont les coutumes, les façons de se vêtir et les traditions sont restées imperméables à la marche du monde.

Certes, ils ne se vêtissent plus comme les anciens et ne chassent de façon traditionnelle que pour des occasions spécifiques, mais il va sans dire que leur mode de vie reste profondément connecté a des traditions millénaires.

Partez à la rencontre de 8 tribus parmi les plus isolées au monde.

Les Huli, Papouasie-Nouvelle-Guinée

Des Huli de Papouasie Nouvelle-Guinée.
Des Huli de Papouasie Nouvelle-Guinée © Wolfgang Kaehler

Localisation : Tari, Papouasie-Nouvelle-Guinée

Les incroyables couvre-chefs qu'arborent les membres de cette tribu sont réalisés avec leurs propres cheveux. Les hommes de ce groupe fort de 40 000 individus récoltent leurs chevelures pour leur usage personnel ou pour les vendre à d'autres moins touffus. En plus de cela, ils se peignent le visage en jaune, se munissent d'une hache, d'un tablier de feuilles et d'une ceinture faite de queues de cochons pour intimider leurs ennemis. Traditionnellement, ils réalisent la danse de l'oiseau, mimant les oiseaux de paradis qui se trouvent sur l'île.

Perspectives d'avenir : réussir à marier vie traditionnelle et moderne. Beaucoup d'entre eux portent désormais des habits occidentaux et comptent sur le tourisme pour conserver leurs traditions vivantes.

Les Dogon, Afrique de l'Ouest

Des Dogon sur la falaise de Bandiagara.
Des Dogon sur la falaise de Bandiagara © Aurora Photos

Localisation : Mali, Afrique de l'Ouest

Bien aidés par leurs cordes faites d'écorce de baobab, les hommes de cette tribu affrontent la falaise de Bandiagara pour chercher du guano de pigeon ou de chauve-souris, qu'ils vendent ensuite comme fertilisant. Les collectionneurs d'art occidentaux sont aussi friands d'artefacts Tellem. Ils sont plus de 400 000 à vivre parmi les 700 villages disséminés sur les 200 km de la falaise. 

Perspectives d'avenir : la tribu a prospéré sur les dollars du tourisme mais la récente agitation dans le pays a réduit le nombre de visiteurs et les maigres récoltes leur rendent la vie bien plus dure.

Les danseurs squelettes Chimbu, Papouasie-Nouvelle-Guinée

Des danseurs squelettes Chimbu.
Des danseurs squelettes Chimbu © Getty Images

Localisation : province de Chimbu, Papouasie-Nouvelle-Guinée

Cette tribu est si isolée qu'on en sait très peu sur son mode de vie, à part qu'elle vit dans un climat tempéré et dans des vallées encaissées entre 1600 et 2400m d'altitude. Les hommes et les femmes vivent dans des maisons séparées mais créent des cellules familiales. Leur danse et leurs décorations morbides sont destinées à impressionner les tribus voisines, dans une région où les territoires sont très contestés.

Perspectives d'avenir : comme la tribu est lentement mais sûrement confrontée à l'augmentation du tourisme, les danses sont réalisées comme des shows par des personnes intégrées à la communauté plutôt que par les indigènes purs et durs.

Les Nenets de Sibérie

Les Nenets de Sibérie.
Les Nenets de Sibérie © Getty Images

Localisation : péninsule de Yamal, Sibérie

Ce groupe d'environ 10 000 nomades s'organise en campements qui restent rarement plus d'une semaine au même endroit. Ils emportent avec eux 300 000 rennes auxquels ils font parcourir 1100 km sous des températures proches de -50°. Ils voyagent sur des traîneaux rendus glissants grâce à du sang de renne fraîchement abattu, en formant des caravanes qui peuvent atteindre 8km de long. Après la découverte de pétrole et de gaz sur leur territoire dans les années 1970, ils s'ouvrent de plus en plus au monde extérieur.

Perspectives d'avenir : les Nenets n'ont pas à craindre l'extinction (leur population va grandissante) mais plutôt l'assimiliation. Beaucoup abandonnent la dure tradition nomade au contact de la civilisation. Et la présence des plus grands champs pétrolifères mondiaux sur leur territoire attise les convoitises.

Les Hommes de boue d'Asaro, Nouvelle-Guinée

Un groupe d'hommes de boue d'Asaro pose en masques traditionnels.
Des Hommes de boue d'Asaro © Danita Delimont/Getty Images

Localisation: Goroka, Papouasie-Nouvelle-Guinée

Ces hommes se couvrent de boue non pas pour illuminer leur teint mais parce qu'ils pensent que ça les fait ressembler à des esprits, et ce afin de terroriser les tribus voisines. Isolés par un terrain très difficile d'accès, ils ont été découverts il y a tout juste 75 ans.

Perspectives d'avenir : les Hommes de boue d'Asaro sont devenus des panneaux publicitaires, apparaissant dans des campagnes pour Benetton, Pepsi ou Toyota. Pour autant, ce dévoiement mercantile fait de la tribu un emblème national, utile au développement du pays.

Les Himbas, Namibie

Des Himbas dans le désert.
Des Himbas dans le désert © Jimmy Nelson Pictures BV, www.beforethey.com

Localisation : Namibie, Afrique

Semi-nomades, les Himbas vivent éparpillés au nord-ouest de la Namibie et au sud de l'Angola. Quand il sont sédentaires, ils vivent dans des structures ressemblant à des tipis, mais construites avec de la boue et des excréments. Fait étonnant, ils gardent un feu ancestral qui brûle perpétuellement en hommage au dieu Mukuru. Au sein de cette tribu, la fortune s'estime au nombre de têtes de bétail et la chèvre est la nourriture ordinaire.

Perspectives d'avenir : il reste environ 20 à 30 000 membres de la tribu mais ils sont constamment menacés par l'avancée de la civilisation. Ils réussissent pourtant à conserver un mode de vie traditionnel. 

Les Kazakhs fils de l'aigle, Mongolie

Des kazakhs fils de l'aigle.
Des kazakhs fils de l'aigle © Jimmy Nelson Pictures BV, www.beforethey.com

Localisation : province de Bayan-Olgii, Mongolie

Ils utilisent des aigles pour chasser le renard, la marmotte et le loup, puis portent les fourrures de leurs proies. Les garçons commencent à chasser dès 13 ans, dès qu'ils se montrent capables de porter un aigle royal. Semi-nomades, ils voyagent parmi les montagnes de l'Altaï depuis le XIXème siècle. Ils sont environ 100 000 mais il ne reste que 250 chasseurs.

Perspectives d'avenir : comme les jeunes hommes rejoignent les centres urbains, les femmes commencent à investir la chasse, activité jusque-là exclusivement masculine.

Les Aka, République centrafricaine

Des cueilleurs Aka en quête de nids d'abeilles.
Des cueilleurs Aka en quête de nids d'abeilles © Getty Images

Localisation : les forêts du sud de la République centrafricaine

Vivant selon les règles du "Jengi", l'esprit de la forêt, les Aya ont une connaissance étendue des herbes médicinales et ont un langage et une tradition propre. Ils ne sont qu'une des tribus vivant dans cette partie isolée de l'Afrique, dénombrant une population de 500 000 individus. Cependant, les anciens rapportent qu'ils ne peuvent plus enseigner les savoirs traditionnels car il est impossible désormais de s'enfoncer très profond dans la forêt.

Perspectives d'avenir : beaucoup de communautés de pygmées ont perdu leurs habitats, devant abandonner des terres aux bûcherons et aux programmes de conservation.

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez celui ci-dessous, sur d'incroyables aventuriers indigènes : 

read more about
Next Story