8 villes fantômes à visiter absolument

D'une ville minière en Californie à un village englouti, jetez un œil à ces endroits désertés.
Par Alison Mann

Les villes fantômes sont un creuset puissant pour l'imagination et cela vous démange sans doute d'en visiter quelques unes. Qu'elles aient été inondées, irradiées, incendiées ou simplement délaisées, voici certaines des plus célèbres des villes fantômes du monde.

Ne manquez surtout pas les maisons envahies par le sable en Namibie, un endroit que vous devriez sans doute mettre tout en haut de votre liste de visite !

1. Allez à dos de chameau jusqu’à Chinguetti, en Mauritanie

La ville antique de Chinguetti, en Mauritanie
Chinguetti, Mauritanie © Getty Images/Robert Harding World Imagery

Fondée à la fin du XIIIe siècle, la cité a été un carrefour caravanier important et un centre religieux musulman de tout premier plan, devenant la septième ville sainte de l’Islam sous le nom de "ville des bibliothèques".

Classée au Patrimoine Culturel Mondial de l'Unesco depuis 1996, la ville n’est pas à proprement parler une ville fantôme, elle comptait un peu moins de 5000 habitants en 2000, mais il s’en dégage assurément une ambiance de grandeur perdue, de gloire décatie. Pour bien vous imprégner de l’ambiance du site, allez-y en chameau et déambulez à travers les rues labyrinthiques.

2. Visitez Pripyat, la ville tout proche de Tchernobyl, en Ukraine

Pripyat, Tchernobyl
Pripyat, Tchernobyl © Getty Images / Lonely Planet Images

Prypiat est une ville adolescente, fondée en 1970 et désertée à peine 16 ans plus tard, lors de la catastrophe nucléaire de 1986 à Tchernobyl. La ville est en effet situé à 3 km de la centrale, et donc dans la zone d’exclusion de 30 km mise en place après l’accident.
La cité est comparable à Pompéi, figée dans son jus, témoin de l’époque révolue de l’Union Soviétique. Le taux de radiation le plus élevé est atteint sur la place centrale de la ville, 72 fois supérieur au taux maximal de sécurité.

Il est possible de visiter la ville depuis plusieurs années, via des agences de tourisme spécialisées. Les seules conditions étant d'avoir au moins 18 ans et d'avoir une autorisation du ministère des Situations d'urgence ukrainien.

Ne vous y risquez pas sans ce sésame, la police ayant déjà abattu plusieurs pillards sur le site. Mais muni de ce précieux laissez-passer, Il n'y a aucun danger à visiter Pripiat et la zone interdite, les visiteurs y passant seulement une journée et toujours accompagnés d'un guide.

3. Allez chercher de l’or à Bodie, en Californie

La ville minière abandonnée de Bodie.
La ville minière abandonnée de Bodie © Getty Images

Construite durant la Ruée vers l'or en Californie, la ville a atteint une population de 10 000 habitants en 1880 (deuxième ville de Californie à l'époque), avant d'être progressivement abandonnée à la suite de deux incendies. À son apogée, 65 saloons ouvraient leurs portes sur la rue principale longue d'environ deux kilomètres.

On considère qu'il reste à l'heure actuelle plus ou moins 5 % des bâtiments d'époque. C'est aujourd'hui un State Historic Park et National Historic Landmark. Aujourd'hui, Bodie est préservée dans un état de délabrement arrêté. Seulement une petite partie de la ville a survécu.

Les visiteurs peuvent arpenter des rues vides qui ont déjà connu une population de presque 10 000 personnes. L'intérieur des bâtiments est laissé tel que lors de son abandon.

4. Errez dans les sables de Kolmanskop, en Namibie

La ville fantôme de Kolmanskop dans le désert namibien
Kolmanskop, Namibie © Getty Images/Lonely Planet Images

Bâtie en 1908 par des colons allemands la ville a connu une prospérité fulgurante grâce à l'exploitation du diamant. Elle a atteint son apogée en 1920 puis s'est éteinte doucement jusqu’à son abandon en 1954.

C'est aujourd'hui un village fantôme, envahi par le sable du désert de Namibie mais l’exploitation diamantifère se poursuit cependant. Quelques mineurs y travaillent et utilisent encore certaines infrastructures comme le théâtre ou la salle de jeu.

5. Évitez de vous faire repérer à Consonno, en Italie

Consonno, Italie
Consonno, Italie © Getty Images/Moment Open

Dans les années 1960, un entrepreneur italien du nom de Mario Bagno rachète tous les terrains de la ville italienne de Consonno, expulse les habitants et rase leurs maisons. Il veut en faire le Las Vegas de la Botte, un terrain de jeux pour les élites de Milan et les touristes.

Les premiers visiteurs affluent dès la fin des années 1960 mais en 1976, un glissement de terrain engloutit la seule route qui mène à la ville et avec elle les rêves de grandeur de Mario. Il a ensuite tenté d’en faire une maison de retraite, mais celle-ci a été fermée en 2007.

L’endroit n’est pas ouvert au public et un gardien veille à déloger les indésirables.

6. Admirez la grandeur fanée de Michigan Central Station, à Detroit

Michigan Central Station, Detroit
Michigan Central Station, Detroit © Getty Images/Flickr RM

Construite en 1913 pour le chemin de fer du Michigan Central Railroad, le dernier train la desservant a quitté ses quais le 6 janvier 1988, la gare subissant de plein fouet l’économie morose de Detroit. Son sort a depuis été le sujet de nombre de spéculations.

Tour à tour, on a voulu en faire un centre international d'affaires et douanier, un palais des congrès, un casino ou le siège de la police de Detroit. La mairie a même voté sa démolition en 2009, projet depuis suspendu. Sa rénovation couterait entre 80 et 300 millions de dollars et il est interdit de la visiter, on peut toutefois passer devant en voiture.

7. Nagez dans un village englouti

Le lac Resia, en Italie.
Le lac Resia, en Italie © Getty Images/Vetta

Le lac de Resia est célèbre pour le clocher en son milieu, seul vestige émergé de l’ancien village. À l'origine, il était composé de deux petits lacs, réunis en un seul lors de la création d'un barrage en 1950.

Lors de la montée des eaux, un village fut englouti, le village de Graun.
Le site constitue désormais une curiosité locale et un site de plongée sous-marine. L’hiver, il est possible d’arpenter le lac gelé.

8. Oradour-sur-Glane, en France

Ourador sur Glane.
Ourador sur Glane © Getty Images/Moment Open

Situé dans le Limousin, le village est une plaie encore visible de la Seconde Guerre mondiale. Le nom d'Oradour-sur-Glane reste attaché au massacre de sa population par la division SS Das Reich le 10 juin 1944.

La petite cité est aujourd'hui divisée en deux entités, dont le centre de la mémoire constitue en quelque sorte le trait d'union : l'ancien village, conservé à l'état de ruine, qui témoigne des souffrances infligées aux hommes, femmes et enfants de cette petite bourgade, et le nouveau village, reconstruit quelques centaines de mètres plus loin.

read more about
Next Story