Plongez dans les puits sacrés du Yucatán

Pénétrez dans les cénotes mexicains engloutis et découvrez leurs merveilles insoupçonnées.
Par Will Gray

La plongée spéléologique est l'une des activités de loisir les plus dangereuses du monde. Mais en prenant les bonnes précautions, il s'agit aussi de l'une des expériences les plus incroyables qu'un être humain puisse expérimenter. Et le meilleur endroit pour explorer le monde aquatique enterré ? La péninsule du Yucatán, au Mexique, où les cénotes attirent des plongeurs comme Luis Leal, qui y découvrent un monde immergé de reliques anciennes, de lumière et de noirceur.

Qu'est-ce qu'un cénote ? 

C'est une ouverture, un gouffre causé par l'effondrement de la roche karstique et partiellement ou totalement rempli d'eau. Le mot vient du maya dz'onot signifiant "puits sacré qui connecte le monde extérieur avec le monde souterrain de Xibalba".

Plongée dans les puits sacrés du Mexique
Dans la lumière © Luis Leal

Où peut-on en trouver et quelle taille font-ils ?

Ils peuvent mesurer de quelques centimètres à cent mètres ou plus et on les trouve surtout dans la péninsule du Yucatán. On ne peut pas les compter, il y en a des centaines.

 

Luis Leal explore les puits sacrés du Mexique.
La lumière vient d'au-dessus

Comment as-tu commencé à plonger dans les cénotes ?

J'ai fait la première plongée de ma vie dans un cénote et ce sentiment de voler, d'absence de gravité...ces 45 minutes ont changé ma vie. On pourrait appeler ça une épiphanie. Depuis ce moment, j'ai assumé la responsabilité de devenir un gardien de ces fenêtres vers le monde souterrain.

Plongée dans les puits sacrés du Mexique
À la recherche du prochain mystère © Luis Leal

Qu'est-ce que ça fait de plonger dans un cénote ?

C'est une sensation de paix absolue. C'est comme être à l'intérieur de vous-même, mais vous avez aussi le sentiment d'appartenir à quelque chose de plus grand, comme être à l'entrée du système circulatoire d'une planète. C'est un voyage dans les veines de la terre. Il n'y a pas de place pour les machos ou les plongeurs en quête d'adrénaline. Les meilleurs plongeurs spéléologiques que je connais sont des femmes disciplinées, respectueuses et très talentueuses.

Entre stalactites et stalagmites
Entre stalactites et stalagmites © Luis Leal

Qu'est-ce qui est le plus dangereux quand on plonge dans un cénote ?

Sans doute le voyage pour y parvenir. Conduire sur une route sinueuse pleine de conducteurs fous, c'est dangereux. Une fois que vous arrivez au cénote et que vous êtes en phase avec la vraie nature, tout prend du sens à nouveau.

La chambre verte © Luis Leal

A quelle fréquence explores-tu de nouveaux cénotes ?

Pas aussi souvent que je le voudrais, comme mon temps est pratiquement entièrement dévoué à l'entrainement de plongeurs sérieux pour aller sur ceux qui sont innondés. Quand j'explore un nouveau cénote, je fais une étude approfondie. J'ai l'impression d'être l'homme le plus heureux du monde, à pouvoir explorer ces endroits pour la première fois. 

As-tu déja trouvé des objets au cours de tes explorations ?

Oui, j'ai trouvé des reliques de la civilisation Maya, mais les objets les plus importants que j'ai trouvé sont encore plus vieux. Ils datent des hommes préhistoriques. Je fais toujours état de ce que je trouve et certains objets ont été estimés comme vieux de 13 000 à 15 000 ans. Ils sont désormais au Musée Anthropologique de Mexico.

Luis Leal explore les puits sacrés du Mexique.
Slalom dans les cavernes © Luis Leal

De quoi as-tu le plus peur quand tu plonges dans un cénote ?

Je n'ai pas peur dans un cénote. J'ai peur quand je vois un bulldozer en train de travailler près d'un cénote. J'ai peur de la destruction par l'homme de ces merveilles de la nature.

Next Story