Rencontre avec le vrai Forrest Gump

Il n'a pas fait le Vietnam ni appris à danser à Elvis mais il a traversé l'Amérique en courant.
Par Evan David

Clarifions tout de suite un point de détail : au contraire du célèbre personnage joué par Tom Hanks, Patrick Sweeney est totalement sain de corps et d'esprit. Mais même s'il ne dirait jamais "je ne suis pas un homme intelligent", on peut tout de même questionner sa santé mentale. Le coureur de 36 ans est parti pour une aventure depuis Los Angeles jusqu'à Boston. À pied. Souvent sans chaussures. Et depuis le samedi 9 mai, il a fini.

Ça ne ressemble pas vraiment votre petit footing du dimanche...

L'ultra-runner Patrick Sweeney avec la carte de sa traversée de l'Amérique, de Los Angeles à Boston en 114 jours.
Un long jogging © Stan Evans

Bon, évacuons cela tout de suite, est-ce que tu en as marre des références à Forrest Gump ?

Je m'y fais. J'ai rasé ma barbe le premier jour de mon périple (vous auriez dû voir comme j'avais l'air ridicule sans elle), et je me suis arrêté pour des photos devant le Washington Monument. Je reçois beaucoup de "cours, Forrest, cours !". Mais j'aime bien ce film, donc ça va.

Ce n'est pas le banc du film

Patrick Sweeney fait une pause à New-York
Ce n'est pas le banc du film © Stan Evans

Gump était-il une inspiration ?

En fait, non. J'ai rencontré une fille qui a marché à travers l'Amérique pieds nus et je voulais faire quelque chose pour lever des fonds pour une association, 100 Mile Club. C'est un programme qui encourage les jeunes à courir un total de 100 milles pendant toute une année scolaire.

Jogging urbain en sandales de cuir

Patrick Sweeney court à travers New-York
Patrick sur Rossevelt Island © Stan Evans

Ce que tu fais en un peu plus de deux jours...

Oui, a peu près. J'ai commencé en faisant un marathon par jour, puis j'ai augmenté à 40 milles par jour (environ 65 km). C'est lent - je peux faire un marathon en 2h37 - mais je peux tenir ce rythme indéfiniment. Aujourd'hui, je sens relativement bien mes jambes, et j'ai trouvé deux bars qui s'appellent Sweeney's, donc c'était cool.

Au trot sur Times Square

Patrick Sweeney, le nouveau Forrest Gump.
Au trot dans Times Square © Stan Evans

Tu as vu des trucs cool, sur la route ?

On trouve tellement de déchets, mais j'ai aussi vu des petits trésors, littéralement. J'ai trouvé une bague de fiançailles avec un diamant dans un écrin. Ma théorie, c'est que le gars s'est vu refuser sa demande et a jeté le tout par la fenêtre de sa voiture.

Encore un État...

Comment tu choisis ton trajet ?

Avec Google Maps, que je mets en mode piéton. Selon Google, j'ai fait 3 233 milles (5200 km) et plus de 1000 heures.

Sérieusement ?

Oui. J'ai commencé depuis ma maison, dans la région de Los Angeles, là où je fais mes joggings quotidiens sur la plage, et le plan était de finir à Boston, là ou j'ai fait le marathon ces trois dernières années. Je n'ai pas réussi à arriver à temps pour le marathon de cette année (j'ai commencé trop tard, le 16 janvier, jour de mon anniversaire) mais je serai heureux d'arriver à Boston !

Le trajet de 5400 km de Pat ci-dessous :

Et comment tu te sens ? Tu le referais ?

Honnêtement, mes jambes se portent bien, et je suis ravi de cette expérience. Si je le faisais à nouveau, je commencerais avec 40 milles par jour. J'aimerais aussi soutenir quelqu'un qui fasse la même chose. Ce serait cool.

Au sprint dans Central Park

Patrick Sweeney pendant sa traversée des USA
En sprint sous les gratte-ciels © Stan Evans

Parce que tu n'étais pas tout seul tout le temps ?

J'ai une super équipe pour me soutenir. Mon amie Vanessa et son petit ami Shacky, tous les deux des coureurs. Elle vient tout juste de sortir un livre sur des femmes qui font de la course de très grande distance, appelé Daughters of Distance.

C'est vrai que tu ne portes pas toujours de chaussures ?

Non. Je l'ai fait occasionnellement, mais je cours beaucoup avec mes sandales Luna. Ce sont des chaussures minimalistes, calquées sur celles qu'utilisent les Indiens Tarahamura dans le livre Born to Run.

Des pieds usés...

Les pieds meurtris de Patrick Sweeney
Les pieds qui ont traversé l'Amérique © Stan Evans

Où dormais-tu ?

Partout. Mon équipe de soutien avait un van et après une longue ou rude journée, c'est un bon endroit pour se reposer. L'endroit le plus bizarre ? Un abri anti-tornade. Mon équipe a appelé le maire d'une petite ville pour savoir si je pouvais dormir dans une cellule de prison. Il nous a offert l'abri à la place. C'est mieux que d'être en prison !

Le vrai Forrest Gump !

Portrait de Patrick Sweeney © Stan Evans

Mais quelqu'un aurait dû être en prison...

Ouais. Le gars qui m'a tiré dessus. Pour être honnête, je sais pas s'il m'a vraiment visé ou si c'était un tir de semonce. Je courais dans un jardin, j'ai entendu la détonation, j'ai regardé et il y avait ce type avec une arme qui me regardait.

Quel a été le jour le plus long ?

52 milles (83km). C'était vraiment long. Mais la plus grosse série ? 10 jours sans prendre de douche. Quand j'ai enfin pu en prendre une, j'étais heureux mais je suis sûr que mon équipe l'était encore plus.

Ca y est, tu as fini ?

Oui. Je suis arrivé à Boston le samedi 9 mai, après 5 400 km en 114 jours.

read more about
Next Story