Docteur, aventurier et photographe de talent !

Andrew Peacock manie l'appareil photo aussi bien que le bistouri.
Par Josh Sampiero

Si vous deviez mettre sur pied une équipe d'aventuriers pour une expédition, il serait malavisé de ne pas choisir Andrew Peacock. Déjà parce que c'est un photographe de talent, comme vous pouvez le voir dans les photos ci-dessous, mais surtout parce qu'en sa qualité de médecin, il pourrait vous sauver la vie.

En sous-marin en Antarctique

Andrew Peacock, le docteur/aventurier/photographe, sort d'un sous-marin
Andrew Peacock en expédition polaire © Andrew Peacock

Qu'est-ce qui est le plus drôle, la médecine ou la photographie ?

Le truc, quand tu es le médecin d'une expédition, c'est que tu n'es utile que si les choses se passent mal. Et personne n'a envie de ça. Donc, pendant que tout se passe bien, je fais le photographe. Si je ne soigne pas quelqu'un, je prends des photos.

C'est un véhicule de travail ?

C'est un submersible Triton, un sous-marin très cool. On était sur la péninsule Antarctique. Je suis un peu claustrophobe, donc j'étais ravi d'en finir et de sortir de ce petit sous-marin à trois places !

Un pingouin sous les feux de la rampe.
Un pingouin sous les feux de la rampe © Andrew Peacock

Tu as commencé par quoi, la photo ou la médecine ?

J'ai fait un an d'internat en chirurgie à Santa Barba, et à la fin de cette année j'ai participé à une course d'escalade. C'était la fin de ma carrière "traditionnelle". J'ai décidé de devenir un vagabond de l'escalade. Je n'étais pas particulièrement doué mais je me suis focalisé là-dessus. J'avais fait de la compétition en kayak, et le côté physique de la chose était important, sans compter que j'apprenais des trucs marrants. C'est pendant que cette période que j'ai aussi commencé à prendre beaucoup plus de clichés. 

Au sommet du Mont Cook

Andrew Peacock au sommet du Mont Cook
Au sommet du Mont Cook © Andrew Peacock

Et ensuite ?

L'escalade m'a amenée à m'intéresser à la montagne, et j'ai trouvé le moyen de combiner médecine et montagne. J'ai fait du bénévolat au Nepal pour l'Himalayan Rescue Association, où j'ai appris beaucoup à propos du mal des montagnes. Depuis, je continue à faire en sorte de marier la médecine et ma soif de grands espaces, comme donner des cours sur la médecine en milieu sauvage en Australie, en Antarctique, en Nouvelle-Zélande et plus tard cette année aux Îles Galapagos.

Le Glacier Illulissat

Le glacier Ilullisat
L'homme face à la nature © Andrew Peacock

Quel est ton travail de rêve ?

Il y a quelques années, je suis allé en Antarctique, en tant que docteur d'une expédition. C'était intéressant, car l'expédition faisait des recherches sur l'environnement en le comparant à l'expédition originale, un siècle auparavant. Mais une formation de glace inattendue nous a bloqué, même notre puissant bateau était prisonnier des glaces. On ne se rend pas compte à quelle vitesse de grandes zones peuvent êtres bloquées par la glace. On ne peut que s'asseoir, accepter son destin et attendre que la météo change pour que la glace bouge.

De la glace en Antarctique

Des lames de glace en Antarctique
Des lames de glace en Antarctique © Andrew Peacock

Tu es confronté à quelles genres de situation dans ta fonction de médecin ?

La plupart du temps, des éternuements et des coups de froid, des entorses, des égratinures et des érythèmes. Médicalement parlant, ce n'est pas très excitant. Je rentre tout juste d'un trip de 18 jours à travers le Grand Canyon, sur le fleuve Colorado. Je me suis occupé de coups de soleil, de coupures et d'écorchures sur les pieds. Après, le plus intéressant, c'est de s'occuper d'un œdème pulmonaire de haute altitude ou d'un œdème cérébral, ce qui nécessite une évacuation et peut être plutôt dangereux. La médecine en milieu sauvage, c'est de la prévention, pas des soins. Avoir tout le matériel prêt, mais ne pas s'en servir. 

Le Kokoda Track

Enfin une vue dégagée sur le Kokoda Track
En Papouasie-Nouvelle-Guinée © Andrew Peacock

Tu es toujours dans des endroits très froids ?

Non. Un trip que j'ai adoré se déroulait sur le Kokoda Track, en Papouasie Nouvelle-Guinée. Je n'étais pas très excité à l'idée de faire une randonnée dans la jungle, mais au bout du compte c'était génial. La photo ci-dessus montre l'un des rares endroits où il est possible d'avoir une vue dégagée. La plupart du temps, vous êtes dans une forêt dense. 

Soigner le blessé

Andrew Peacock soigne un enfant blessé en Papouasie Nouvelle-Guinée.
Andrew Peacock au travail © Tom Scheid

C'est un endroit plutôt isolé ?

Oui. C'est pourquoi je soigne l'enfant sur place dans la photo ci-dessus. Il avait une vilaine plaie infectée, et quelqu'un me l'a amené pour que je le soigne. Le gouvernement ne fournit pas un très bon système de soins aux villageois. On fait ce qu'on peut pour améliorer la situation quand on est sur place, mais malheureusement on ne peut pas rester longtemps.

La beauté de la Nouvelle-Zélande

Au sommet du Mont Cook
Au sommet du Mont Cook © Andrew Peacock

Tu adores la Nouvelle-Zélande...

Tu peux être sur le lac Queenstown le matin et escalader un sommet pas loin dans l'après-midi, c'est la Nouvelle-Zélande. Une des raisons pour lesquelles j'ai pris cette photo, c'est que je n'étais pas très motivé à l'idée de traverser ce pont alors que le vent était fort. Parfois, la photographie est une bonne excuse pour se défiler ! C'était au milieu de l'hiver et un jour merveilleux malgré le vent.

Je vous ai présenté mon ami ?

Un éléphant de mer
Les éléphants de mer ne ressemblent à rien © Andrew Peacock

Qui est ce petit gars grognon ?

C'est un éléphant de mer. C'est une photo populaire pour de bonnes et mauvaises raisons. Certains pensent que c'est un animal répugnant, d'autres trouvent que cela ressemble à une personne âgée qui vous fixerait. Elle est affichée sur les murs de quelques cabinets dentaires en Australie, je vous laisse deviner pourquoi... 

Mais d'où vient ce kayak ?

Et soudain, un kayak sauvage apparait !
Mais d'où vient ce kayak ? © Andrew Peacock

Ok, dernière question pour la route. Tu peux nous expliquer ce qu'il se passe ici ?

Il n'est pas tombé d'un arbre ! Le kayakiste s'est lancé depuis un tremplin de saut à ski et a posé un aerial, puis est arrivé dans l'eau en une seule pièce. Je le shootais depuis le dessous de la rampe.

Admirez plus de photographies d'Andrew sur sa page Facebook ou sur son compte Instagram. Vous préparez une expédition et avez besoin d'un médecin ? Contactez-le via son site web.

read more about
Next Story