Il bat un record de plongeon de haut vol

Laso Schaller, adepte du canyoning et du plongeon, a établi un record du monde de 58,8 m en Suisse.
Par Josh Sampiero

Vu d'en bas, un plongeon d'un tremplin perché à 58,8 mètres, ça semble plutôt haut. Vu d'en haut? Le pouls s'accélère, la respiration devient irrégulière, et on se demande qui pourrait survivre à pareille chute - même si c'est dans un plan d'eau de huit mètres de profondeur. Mais c'est la vue qu'avait Laso Schaller avait en contemplant le vide. Et il a réussi haut la main - établissant un nouveau record du monde à la clé. Regardez ci-dessous.

Le record du monde de saut depuis une cascade

Le record de monde de Laso, filmé en partenariat avec la télévision suisse SRF, est devenu l'une des nouvelles les plus diffusées en août.

Né au Brésil, l'athlète de 27 ans qui a grandi en Suisse est un expert du canyoning. Il utilise les cordes, le harnais et beaucoup d'autres matériels pour descendre des cours d'eau comme peu d'autres l'ont fait auparavant. Il est le pionnier sur beaucoup de descentes. Bien sûr, dans le canyoning, il y a un autre moyen de descendre sans utiliser tout ce matériel : sauter, tout simplement. Et de ce côté-là, Schaller a eu une réputation pour être le plus téméraire de tous : il saute assez souvent depuis 25, 30, voire 35 mètres sans y réfléchir à deux fois.

Ceci dit, 60 mètres - plus haut que ce que personne n'a jamais tenté? Il faut quand même réfléchir.

Le (très impressionnant) saut depuis la Cascata del Salto

La Cascada del Salto, à Maggia en Suisse : lieu du record de plongeon depuis une falaise.
Cascada del Salto, Maggia, Suisse © Lukas Pilz

Dans la région de Ticino, en Suisse italienne, il y a 150 canyons à descendre, avec autant de chutes d'eau. Mais la reine-mère de toutes, c'est la Cascata del Salto. Située sur les hauteurs de Maggia, à 1h30 de route au nord de Lugano, la cascade prend vie avec l'eau de pluie d'été. L'eau cascade dans un plan d'eau profond, créant une atmosphère naturelle éblouissante.

Le saut en boucle, grâce à la magie du GIF

Laso Schaller voit grand dans le saut en Suisse.
La chute de Laso en 24 images © Lukas Pilz

La magnitude de ce saut a requis plus de préparation que les plongeons depuis la cascade, où il suffit de prendre sa respiration et de s'élancer. Sous un ciel clément et ensoleillé, Schaller et son équipe a d'abord construit un tremplin pour lui donner une sortie maîtrisée et sans bavures, avec assez d'anticipation pour être éloigné de la roche. Ensuite, ils ont exploré les alentours avec du matérial de plongée - et ont installé six tanks pour oxygéner l'eau et atténuer l'impact de la chute. Enfin, ils ont lâché pas mal de cailloux dans l'eau, en chronométrant la chute, voir la trajectoire. Pour Laso, ça s'apparente quand même un peu à un saut normal. "Une fois au dessus de 25 mètres, tout devient et se ressent à peu près de la même manière", explique-t-il. "La seule différence, c'est le temps passé dans les airs."

Plus d'angles dans notre galerie photo

Schaller, qui a plus l'air d'un surfeur que d'un ressortissant suisse à cause de ses origines brésiliennes, est détendu mais prend beaucoup de précautions dans sa préparation. Il sait exactement comment il va entrer dans l'eau - les pieds d'abords, incliné légèrement vers l'avant, le corps bien tendu, avec ses mains repliées devant ses hanches pour encaisser l'impact sur le visage. Il sait qu'il va "pousser" dans les microsecondes en entrant dans l'eau - en stoppant sa vitesse de 120 km/h à zéro avec quelques mètres dans l'eau.

Puisqu'on en parle - seulement 8 mètres de profondeur? Ironiquement, plus le saut est haut et la vitesse grande, plus le ralentissement est grand une fois dans l'eau. Depuis 10 mètres, on a besoin de 3 mètres de profondeur pour être en sécurité. Depuis 50 mètres... on a juste besoin de 4 mètres. Laso connaît ces détails sur le bout des doigts. "Le mieux, c'est quand je suis un peu échauffé", ajoute-t-il. "Si je suis trop détendu, je vais pas assez me raidir quand j'entre dans l'eau."

Les bras assurent le contrôle

Laso Schaller dans les airs après avoir chuté de la Cascata del Salto à côté de Maggia.
Des dixièmes de seconde après le saut © Josh Sampiero

Et, en ce qui concerne la pratique - Schaller est très expérimenté. Sa mère était gymnaste, et il a grandi à la fois en salle de gym et en piscine - deux ingrédients idéaux pour informer sa double profession en tant que guide de canyoning et athlète. Il participe régulièrement à des galas de plongeon de haut vol, et peut faire jusqu'à 20 sauts de 25 mètres en une journée.

Sous les yeux d'une douzaine de caméras, le saut était prévu pour le milieu de l'après-midi le mardi 4 août. Après un jour et demi de soleil et de ciel dégagé, une tempête s'est déclarée l'après-midi, donnant une atmosphère sombre à un saut qui pouvait avoir de sérieuses conséquences, comme le savaient la vingtaine de témoins. Alors que le tonnerre grondait au loin, les nuages ont bloqué le soleil. Le public semblait prêt à partir ; les équipes de tournage protégeaient leurs caméras avec des sacs en plastoc de supermarché.

Et puis Laso a monté la colline, s'est avancé sur le tremplin, et a sauté.

Regardez de plus près...

GIF du canyoner Laso Schaller qui saute depuis la Cascata del Salto à Maggia en Suisse.
Regardez de plus près, et vous voyez Laso sauter © Lukas Pilz

Le bruit était assourdissant, comme un coup de feu. Il a loupé l'eau oxygénée, et a atterri au centre du plan d'eau, dans une eau plus trouble. Son compagnon de canyoning Jörg a volé à son secours, tout comme d'autres qui ont été le voir à la nage. Après quelques secondes sous l'eau, Laso est ressorti triomphalement, et a nagé vers le bord de l'eau pour un rapide examen médical. Même si l'entrée dans l'eau a été réussie, il a sorti son bras droite, et a peut-être disloqué sa hanche droite pour une seconde ou deux. Mais après s'être allongé sur le brancard, un large sourire s'est affiché sur son visage et tout le monde a su qu'il s'en était sorti - et avait réalisé ce que nul autre avait tenté auparavant.

Next Story