Vol à quatre

Le Suisse Michi Schwery a sauté lors de la 2ème édition du Red Bull Aces et y a pris goût.
Michi Schwery © Balazs Gardi/Red Bull Content Pool
Par Cécile Maurer

Michi, est-ce que le vol en wingsuit seul ne te suffit plus pour que tu affrontes désormais trois autres sauteurs en même temps ?

Le Red Bull Aces n'est pas une course particulièrement extrême. Ce qui le caractérise, c'est de pouvoir se comparer directement aux autres sauteurs et de faire une course dynamique.

Quand tu parles de course dynamique - qu'est-ce que cela veut dire ?

Les portes verticales sont suspendues aux hélicoptères qui sont en vol stationnaire. Mais la course est légèrement différente à chaque manche. De plus, les portes verticales sont placées à des intervalles irréguliers. La première porte nécessite un angle de vol relativement faible, la deuxième porte se franchit après un vol en piqué, la troisième porte se prend après un grand virage à plat et la quatrième et dernière porte se traverse à nouveau en descente rapide. Cette façon de voler est extrêment passionnante.

Le saut depuis l'avion est toujours un moment fort. Qu'est qu'on ressent quand on saute avec quatre concurrents?

Je me suis entièrement focalisé sur moi-même et les deux prochaines portes à passer. Pendant le vol, je faisais attention à ne pas trop me rapprocher des autres et à ne pas les laisser se rapprocher de moi.

Faut-il juste descendre le plus rapidement pour gagner en vitesse ?

Non, une descente verticale n'est pas synonyme de vitesse. Il faut profiter de la poussée dynamique de la wingsuit pour générer de la vitesse. Pendant le vol, il faut constamment adapter l'angle et on remarque tout de suite si l'on perd ou si l'on gagne en vitesse. Si un virage est trop serré, on perd trop de vitesse. C'est la difficulté du Red Bull Aces : l'angle de vol entre deux portes est prédéfini.

Les portes sont tenues par les hélicoptères, vous vous battez donc à proximité des pales de rotor. Ce n'est pas dangereux ?

Cela ne pose aucun problème. Les portes font 30 m de haut et on n'a pas le droit de trop s'approcher des drapeaux sous peine d'être disqualifié. Chaque pilote est équipé d'un GPS qui permet de vérifier qu'il passe bien par la porte prévue. En plus, tous ceux qui participent à cette épreuve sont des pilotes de wingsuit chevronnés.

Est-ce que tu as utilisé une wingsuit particulière ?

Oui, ma combinaison de course. Elle a plus de surface entre les jambes. Lorsque je vole avec ma wingsuit normale, je me redresse légèrement avant d'ouvrir le parachute ce qui me permet de réduire suffisamment ma vitesse. Si je faisais la même chose avec ma wingsuit de compétition, ce serait comme si je freinais très brusquement. Pour éviter cela, je dois freiner pendant cinq ou six secondes jusqu'à ce que j'aie suffisamment décéléré pour ouvrir le parachute.

Quelle était ta tactique lors des premières manches ?

J'ai toujours regardé les deux portes suivantes. Il faut correctement contourner la première porte pour bien passer la deuxième, et la façon de s'y prendre sera décisive pour s'attaquer à la troisième porte et ainsi de suite. En plus, je faisais attention à ne pas voler dans les turbulences créées par les autres pilotes parce qu'on n'est rapide que dans l'air "propre", c'est-à-dire dans l'air exempt de turbulences.

Tu as raté la qualification pour la finale des 32 meilleurs athlètes pour deux centièmes. Qu'est-ce qui s'est passé ?

Après la première course de qualification, j'étais bien placé et j'ai pensé pouvoir me qualifier. Au deuxième tour par contre, je n'ai pas pu améliorer mes performances, contrairement à beaucoup d'autres. Celui qui m'a dépassé de deux centièmes de secondes a finalement remporté la troisième place.

Est-ce que cela a été difficile de regarder les autres ?

J'étais bien sûr déçu mais cela a été extrêmement passionnant d'assister aux autres courses. Au sol, tous les spectateurs vibraient avec les pilotes et encourageaient leurs favoris. C'était un super événement. C'était également cool de pouvoir participer le jour de la finale aux manches de quatre sans être qualifié.

Qu'est-ce que tu ressens maintenant que tout est terminé ?

Même si je ne suis pas satisfait de mon résultat, j'ai passé un super moment. J'espère qu'il y aura d'autres courses de ce genre à l'avenir et que je pourrai à nouveau y participer.

read more about
Next Story