L'homme qui a réalisé 4000 sauts en BASE jump

Miles Daisher raconte ses sauts les plus fous, notamment celui à l'intérieur d'un hôtel !
Par Kevin McAvoy

Miles Daisher est un vétéran de la Red Bull Air Force, avec plus de 20 ans de parachutisme derrière lui. Récemment, il a posé un jalon plutôt impressionnant : son 4000ème saut en B.A.S.E. jump. Voici ce qu'il en dit.

La vidéo du 4000ème saut de Daisher en vue subjective : 

 

De quand date ton tout premier saut en B.AS.E. jump ?

C'était le 27 juillet 1997. Je me suis dit : "c'est la chose la plus cool qu'il est humainement possible de faire, il faut que je trouve un moyen de continuer à faire ça". J'ai noté mes sauts comme un pilote note ses heures de vol, afin d'apprendre de ce que je fais. C'est pourquoi je connais le nombre exact, et le 4000ème a été fait à Moab. C'était une bonne façon de marquer le coup, parce que je saute beaucoup depuis Perrine Bridge, dans l'Idaho, j'ai sans doute fait 3000 sauts là-bas, donc je voulais que le 4000ème soit fait dans un endroit différent. C'était magnifique, sans oublier qu'il est légal de faire du B.A.S.E. à Moab.

Comment tu te compares avec tes collègues du club des 4000 ?

Il n'y a qu'une seule personne au monde à avoir fait 4000 sauts, et c'est moi. Le deuxième est Mauritzio De Palma avec 3600 sauts et ensuite il y a Christopher MacDougal à 3400.

C'est grâce au Perrine Bridge que tu as pu faire tellement de sauts ?

Oh oui, c'est grâce au pont ! Y faire du B.A.S.E. est autorisé, tu peux sauter toute la journée et tous les jours. J'ai déménagé dans le coin pour le pont, ainsi que pour ma femme et ma famille. Elle est née et a grandi ici. Tout le monde est content, et je peux juste me rendre sur le pont, me munir de mon plus grand sourire et simplement apprécier la vie.

Miles Daisher alors qu'il vient de se jeter dans le vide à partir du toit de l'hôtel Riu à Guadalajara, Mexique, 2011
Miles Daisher - né pour voler © Alfredo Martinez/Red Bull Content Pool

Comment tu prépares un saut ?

Eh bien, tu ne veux pas seulement savoir si tu as assez d'altitude pour sauter et déployer ton parachute, mais aussi trouver une zone sûre pour l'atterrissage. On ne parle pas assez de l'atterrissage en B.A.S.E à mon avis, pour moi c'est la partie la plus importante du saut. Les tricks que les mecs font en l'air sont géniaux, mais si tu ne te poses pas proprement, comment vas-tu progresser ? Donc, je considèère chaque saut à l'envers, en commençant par l'atterrissage pour ensuite penser au départ. Je visualise ma trajectoire en tout premier lieu.

Daisher saute depuis un hôtel :

Quels sont tes meilleurs moments parmi tes 4000 sauts ?

J'ai sauté depuis 200 endroits différents. J'ai eu l'opportunité de sauter depuis le Troll Wall, en Norvège, avec Shane McConkey. C'était le spot le plus inspirant depuis lequel j'ai sauté. Le plus cool, c'était un saut en indoor, au Gaylord Hotel, à Washington D.C. Il y avait 50 mètres jusqu'à l'impact et 65m jusqu'à la zone d'atterrissage. Il fallait tourner autour d'un atrium en verre pour l'atteindre. J'ai fait 86 sauts au Perrine Bridge pour le préparer. On a lancé le National Red Bull Flugtag avec ce saut. 5 ou 6 mois d'entrainement pour 19 secondes en l'air.

Pour ma part, je préfère sauter depuis des immeubles, parce que j'ai eu la chance d'en faire de vraiment incroyables. L'année dernière, j'ai sauté depuis la Princess Tower à Dubaï. C'est plus grand que l'Empire State Building et on avait même fait installer des tyroliennes depuis le sommet !

Daisher et ses amis sautent depuis la Princess Tower :

Qu'est-ce que tu réponds quand les gens te parlent du danger ?

Tout le monde meurt, n'est-ce pas ? Mais est-ce que tout le monde vit ? Dans ta vie, tu peux choisir la sécurité ou le danger. Je ne veux pas faire de trucs fous ou irréfléchis, mais je veux pimenter ma vie. Je dis toujours qu'il faut expérimenter la peur, parce qu'elle vous aide à survivre. Si tu n'as pas peur, tu te mens à toi-même et tu n'es qu'un trompe-la-mort. Il faut savoir pourquoi tu as peur. Mon objectif, c'est de me mettre dans un rocking chair sous un porche quand j'aurai 80 ans et de raconter mes histoires puis de montrer le DVD quand personne ne me croira. Tu peux faire quelque chose de dangereux en toute sécurité si tu fais bien attention et arrive suffisamment préparé. Il faut toujours se laisser une porte de sortie.

Après 20 ans de parachutisme, il te reste des trucs à apprendre ?

Oh oui. Même sur le pont, quand tu sautes depuis le même endroit encore et encore, les gens me demandent : "mais ça ne devient pas lassant ?" Non. Il y a tellement de choses à faire, tellement de choses qu'on a pas encore pensé à faire. Il faut s'impliquer totalement et toujours s'entrainer. Je continue d'apprendre, et c'est ce qui est magnifique.

read more about
Next Story