Ce timelapse va vous donner envie de faire du kite

La course de snowkite la plus difficile du monde vue d'une façon totalement incroyable. Vidéo !
Par Dominique Granger

Il y a quelque chose de fascinant et de presque magique dans les vidéos en timelapse. C'est comme être invité à pénétrer dans un monde habituellement caché, un pass VIP pour la quatrième dimension.

 

Le photographe Esben Zøllner Olesen faisait partie des quatre personnes chargées de la couverture du Red Bull Ragnarok, la course de kite la plus difficile du monde. Il a échafaudé ce timelapse incroyable que vous pouvez voir dans la vidéo ci-dessus.

"Red Bull Photography m'a approché plus tôt dans l'année avec cette idée de prendre le Ragnarok sous un angle inhabituel. J'avais la tâche précise de prendre des photos techniques et créatives."

Je voulais apporter autant de mouvement que possible dans l'image et marier cela avec le paysage magnifique de l'endroit.

Esben Zøllner Olesen


Apprenez-en plus sur son travail sur le Ragnarok sur Red Bull Photography.

Essen Zollner Olesen au Ragnarok 2016
Essen Zollner Olesen au Ragnarok 2016 © Daniel Tengs/Red Bull Content Pool

Pour le photographe danois, il s'agissait d'un rôle taillé pour lui. Désireux d'aller plus loin que le travail habituel sur la photographie sportive, Olesen a décidé de créer un timelapse, de prendre des photos en infrarouge et à 360°.

Le timelapse donne ainsi naissance à un clip fascinant, qui rend la course presque surréaliste. "Je voulais apporter autant de mouvement que possible dans l'image et marier cela avec le paysage magnifique de l'endroit. J'ai utilisé un patin motorisé pour le mouvement, afin que cela soit plus excitant pour le spectateur."

Une vision infrarouge du Red Bull Ragnarok

Pour ce qui est des images fixes, Olesen ne voulait pas d'un reflex normal, et il a ainsi opté pour l'infrarouge. "L'infrarouge opère en dehors des couleurs que nous voyons normalement avec nos yeux. Je devais constamment penser à comment cela donnerait sur les images. J'ai essayé d'inclure un ciel bleu dès que je pouvais et utilisais des objectifs grand-angle pour être le plus près possible de mes sujets."

Un travail difficile, avec beaucoup de temps passé dans un environnement glacial et un vent mordant, mais Olesen reste tout de même très clair quand on lui demande s'il serait prêt à réitérer l'expérience : "carrément !"

read more about
Next Story