On a testé la plus froide des courses d'obstacles

Ellie Ross a participé au Red Bull Neptune Steps, dans les eaux glacées de Glasgow. Voici son récit.
Un compétiteur plonge lors du Red Bull Neptune Steps 2016
Dernier plongeon © Olaf Pignataro/Red Bull Content Pool
Par Ellie Ross

Je dois sauter de très haut pour retomber dans l'eau mais je n'en ai plus envie. Il faut dire que pour en arriver là, j'ai déjà dû nager des centaines de mètres dans un canal et franchir une écluse. Et d'autres obstacles m'attendent.

Mes jambes tremblent et la foule me crie de sauter, même si c'est contre ma volonté. Alors je ferme mes yeux et me jette dans les airs. Mon cri perçant est stoppé net par mon entrée dans l'eau. Je remonte à la surface et nage jusqu'au prochain obstacle.

C'est ça le Red Bull Neptune Steps. Une terrible course d'obstacles en eau vive organisée aux Maryhill Locks de Glasgow. 200 personnes bravent dans le cadre de cet évènement les eaux glaceés du canal pour 420 mètres de sprint à la nage et des franchissements d'écluses et de bateaux avec l'aide d'échelles en bois, de filets et de crochets sur lesquels escalader.

Un peu d'escalade au Red Bull Neptune Steps
Un peu d'escalade © Leo Francis/Red Bull Content Pool

N'ayant jamais été acceptée au club de natation à l'école, je ne me serais pas naturemment dirigée vers une course à la nage. Mais la folle perspective d'une course qui mêle natation et franchissement d'obstacles a fini par me séduire. Et après quelques cours de natation, des bains glacés et plusieurs séances d'entrainement au mur d'escalade local, me voici en combinaison sous un surprenant soleil à Glasgow.

Les participantes du Red Bull Neptune Steps attendent le top départ
Des nageurs sur la ligne de départ © Ellie Ross

Entourée de 20 femmes athlétiques, concentrées et pleines de confiance, attendant le départ de notre série, je commence à me demander si c'était une bonne idée de m'engager là-dedans. Deux d'entre elles discutent de la meilleure façon de respirer pendant le crawl, d'autres regardent fixement vers l'avant. J'enfile mes lunettes de natation.

Le peloton des nageurs au Red Bull Neptune Steps 2016
Les nageurs en meute © Leo Francis/Red Bull Content Pool

Lors du briefing, on nous a expliqué que les 10 premières filles qui franchissent la ligne doivent prendre une balise : elles sont qualifiées pour la finale. Avec aucune course de ce genre à mon actif, mon seul objectif est d'atteindre la ligne d'arrivée.

Cinq minutes avant le départ, nous sommes mises dans le canal. Le temps de nous acclimater à la température de l'eau. La plupart des autres participantes plongent gracieusement tandis que je saute, pataude, handicapée par mes gants en néoprène et mes chaussures. Seuls mon visage et ma nuque souffrent du froid. Je me dis que je peux endurer ça.

La ligne de départ est noyée sous les brassées au Red Bull Neptune Steps 2016
La course féminine © Ellie Ross

Le premier obstacle, un filet, me parait très loin. Mais avant même d'avoir pu réfléchir sur les 165 mètres qui m'en séparent, le signal sonore retentit et c'est parti. Pendant quelques secondes, mon crawl frontal nouvellement acquis me permet de rester au contact des autres filles. Dans la mêlée, on ne distingue que des coudes et beaucoup d'éclaboussures. Elles sont trop rapides et me distancent très vite. Je fatigue et manque de m'étouffer, la distance entre elles et moi augmente irrémédiablement.

À l'assaut du filet au Red Bull Neptune Steps
À l'assaut du filet © Olaf Pignataro/Red Bull Content Pool

Mon coeur est en branle alors que j'approche du filet. Deux femmes s'agrippent au bas du filet. D'une manière ou d'une autre, je parviens à attraper la corde. Je m'y accroche et les dépasse.

Je me dis que cela fait déjà un obstacle en moins à franchir et cela me donne du baume au coeur. Je saute aussitôt dans le bassin qui suit et m'attaque à la corde. D'une force dont je ne me pensais pas capable, je la grimpe et franchis le pont.

Sur une échelle particulièrement compliquée à franchir, je vois une femme s'écarter et s'adresser à moi : "c'est trop dur, je n'y arrive pas". Elle se dirige vers un bénévole et abandonne. Les eaux autour de cet obstacle sont trop agitées et il me faut puiser dans mes dernières réserves d'énergie pour finalement parvenir à le franchir.

Plus que quelques dizaines de mètres avant la ligne d'arrivée du Red Bull Neptune Steps 2016
Dernière ligne droite © Leo Francis/Red Bull Content Pool

Chaque ascension décuple mon état de fatigue. Mes biceps me brûlent sur chaque corde, la partie inférieure de ma combinaison me gène depuis mon premier saut dans l'eau. Après le saut depuis le bateau (une nouveauté), la ligne d'arrivée est en vue.

Je me jette une ultime fois à l'eau. Je sens mon allure augmenter, ma respiration s'affoler. Mon cerveau déconnecte lentement et je franchis la ligne d'arrivée en plein crawl.

"Félicitations, vous êtes qualifiée pour la finale" me dit un bénévole dans un sourire alors que je remarque tout juste la balise qui a été posée sur ma tête. Après 16 minutes et 51 secondes passées à me mettre dans le rouge et à tester mes limites, je dois tout recommencer. Et bizarrement, je sens l'excitation monter.

read more about
Next Story