La Suisse à la conquête de NYC avec une carte

La génération Y américaine rêve de la carte de membre noire d'un jeune Zurichois.
Magnises 2 ans party © ZVG
Par Palomino Tango

Martin Howell, 23 ans, fait actuellement fureur avec ses partenaires commerciaux dans le monde des start-up américaines. Non pas avec une nouvelle appli de média social ou avec une nouvelle idée de produit high-tech, mais avec une simple carte de club. Que ce soient les artistes, modèles ou banquiers, la carte de membre Magnises noire est actuellement un must-have pour tous les New-Yorkais qui se respectent. «Nous avons débuté à New York début 2014, l'an passé Washington DC est venu s'y ajouter, et d'ici à la fin de cette année, nous voulons proposer notre prestation de service dans dix autres états américains» explique Howell, qui a grandi à Zurich. San Francisco, Boston et Chicago feront déjà partie de l'offre Magnises au cours des prochains mois. 

Le projet a débuté avec une idée du CEO de Magnises et du co-fondateur Billy McFarland. Un génie de la technologie, qui à 13 ans déjà créait sa première entreprise pour la revendre un an plus tard en enregistrant un bénéfice. L'idée de McFarland: Transformer une carte de débit ou de crédit appréciée d'un institut financier en une carte neutre et plus élégante. Nous voulions mettre au point quelque chose qui ait une plus-value pour le client en partant de cette idée, et non pas proposer uniquement une carte» explique Howell, co-auteur de l'idée décisive. À 14 ans, j'ai quitté Zurich pour aller à un internat non loin de New York», explique ce jeune de 23 ans, qui possède un passeport américain. Ces dernières années, il a passé beaucoup de temps dans les soirées, et a ainsi intégré la jeune scène new-yorkaise. 

Magnises Card New York © ZVG

Je suis devenu un genre de tour opérateur new-yorkais pour mes amis d'Europe et leurs amis, et les amis de leurs amis», explique Howell. La ville est gagnée par la fébrilité et a mille et une facettes. Pour les personnes étrangères qui y emménagent, il est souvent difficile de rencontrer des gens intéressants en dehors du travail. Elles ne savent bien souvent pas non plus quel établissement est actuellement dans le vent et comment entrer dans cet établissement sans réservation. «Bien qu'il n'existait pas encore de carte de membre de ce genre, j’étais sûr que ce genre de communauté susciterait un intérêt monstre», explique Howell. 

Et il a eu parfaitement raison : Au bout de deux ans seulement, Magnises avait déjà 28 employés à temps plein, et plus de 15000 membres, avec plus de 100 nouvelles candidatures arrivant chaque jour, dont une infime partie seulement est acceptée. «Pour nous ce n'est pas le compte en banque ou la notoriété de chaque membre qui importe, nous voulons en premier lieu des gens jeunes, qui veulent atteindre quelque chose de spécial dans leur vie ou qui l'ont déjà fait» déclare Howell. Avec des frais annuels de 250 dollars, on est d'ailleurs dans le bas du panier. «On a des artistes et musiciens très talentueux, qui espèrent percer ainsi que des dirigeants financiers dont la moyenne d'âge se situe entre 24 et 28 ans parmi nos membres."
Ce groupe cible éveille également l'intérêt des grandes entreprises. «Des entreprises comme Tesla, Samsung ou Uber veulent travailler avec nous pour mettre au point des offres et évènements spéciaux pour nos membres», déclare Howell. Il explique également : «Divers restaurants et hôtels se manifestent également et souhaitent mettre leurs locaux gratuitement à la disposition de nos membres. Ce sont des situations Win-Win, qui sont cependant strictement contrôlées pour répondre à toutes les exigences». Un jour normal d'un membre Magnises peut ainsi bien vite devenir inoubliable. «On peut travailler le matin dans l'un de nos Memberspaces et prendre des rendez-vous, participer à une conduite test d'un nouveau modèle Tesla l'après-midi, et le soir notre équipe Concierge organise ensuite un dîner dans un établissement branché, suivi d'une fête members-only dans un club branché Up & Down» explique le jeune Zurichois.

Martin Howell © ZVG

L'avenir semble plus que prometteur pour Magnises et Howell. Rien que l'an passé, le chiffre d'affaires a augmenté de 75 % pour passer à 2,1 millions. Des milliers de personnes intéressées se sont déjà manifestées pour les nouvelles villes et on a également de grands projets avec la nouvelle appli. «Actuellement tous les membres disposent d'une vue d'ensemble sur les clubs, restaurants et évènements les plus populaires. Une équipe Concierge est également disponible 12 heures par jour pour toute question ou tout souhait. À l'avenir, l'appli deviendra une communauté entière, et ainsi le premier interlocuteur lorsque l'on arrive dans une ville» explique Howell. Magnises pourrait également bientôt prendre forme à l'international. «Je serais très heureux d'avoir une Magnises-Community à Zurich.»

C'est là qu'il voit également son avenir. «Démarrer un tel projet de Suisse n'aurait certainement jamais été possible, mais Zurich est mon chez-moi et pour moi c'est la plus belle ville au monde» explique Howell. Il a pour le moment l'intention de continuer à se concentrer sur Magnises outre-mer et Howell n'exclue pas non plus un projet futur dans le secteur de l'énergie alternative Il s'appuie sur des valeurs telles que le respect, l'honnêteté et la pensée à long terme, qu'il a apportées de Suisse. Aux Etats-Unis, beaucoup de gens ne travaillent que pour le succès à court-terme et pour leur propre intérêt. Les rapports respectueux ne sont pas vraiment monnaie courante à NYC.

Fais la connaissance de ce jeune Suisse, qui fait les choses à sa façon à l'étranger. Tout a commencé par un rêve. Ils l'ont transformé en réalité. Nous les avons rencontrés en pleine aventure.

read more about
Next Story