Comment Valery Rozov a sauté du Kilimandjaro

Retour sur l’exploit de Valery Rozov qui a dompté le Kilimandjaro en wingsuit !
Par Etienne Caillebotte

Valery Rozov se réveille tous les matins en écoutant Ain’t No Mountain High Enough. Pas de doute là-dessus. La face nord de Everest, Le Mont Blanc… Le BASE jumper collectionne les exploits comme on collectionne les timbres. Il y a deux ans, Valery Rozov a une nouvelle idée : dompter le Kilimandjaro, la plus haute montagne d’Afrique et l’un des sommets les plus isolés du monde. Personne n’avait jamais réussi à faire de B.A.S.E jump depuis son sommet. Jusqu’au 6 février 2015. Décryptage.

Pour réaliser cet exploit, le Russe s’est préparé pendant un an. Il a étudié les lieux et attendu que les conditions soient idéales. Il lui a fallu 5 jours pour gravir le pic Uhuru, le plus haut point d’Afrique (5895m), mais il était encore loin d’atteindre son but. Au Kilimandjaro, les nuages s’emparent naturellement du sommet dès le lever du soleil. Le wingsuit ne peut se pratiquer que si les conditions météo sont parfaites. Le créneau était donc court même après avoir trouvé le point de décollage. « Le problème principal c'était de trouver le spot idéal, avec une pente bien verticale. Nous avons passé une journée entière à chercher cet endroit. Comme on ne l'a pas trouvé le premier jour, nous avons passé la nuit dans le cratère du Kilimandjaro, à 5 750 mètres. Le jour suivant c'était trop venteux et nuageux, nous n'avons donc pu sauter que le troisième jour. » expliquait-il à l’époque.

Valery Rozov est accueilli en héros par les locaux après son vol historique.
L'accueil du héros par les locaux © Thomas Senf / Red Bull Content Pool

Le jeu en valait la chandelle. 126 ans après la conquête du Kilimandjaro, Valery Rozov devient le premier homme à dompter la montagne de Tanzanie en wingsuit. Pendant sa chute libre, le Russe parcourt une distance de 3 kilomètres. "Quand j'ai touché terre, il y avait des centaines de personnes pour m'accueillir. Les locaux avaient entendu parler de mon projet et étaient relativement impressionnés !" racontait-il. "J'ai préparé ce saut pendant un an (…) c'est donc un sentiment particulier quand vous y parvenez, comme vous pouvez l'imaginer. Je suis très excité de l'avoir fait !". Désormais âgé de 52 ans, le BASE jumper continue de repousser les limites de sa discipline. Le 5 octobre dernier, après une expédition de 21 jours à l'assaut du sixième plus haut sommet de la planète, Rozov a battu son propre record (établi sur la face nord de l’Everest) en sautant à plus de 7700 mètres d’altitude. Et il ne risque pas de s'arrêter en si bon chemin.

Le monde de Redbull.com où vous voulez, quand vous voulez, en téléchargeant l'application mobile Red Bull pour iPhone et Android sur Redbull.com/app.

En savoir plus sur
News suivante