Ces deux Anglais font le tour du monde en tandem

Rencontrez les deux hommes qui veulent battre un record du monde en traversant le globe en tandem.
Photo de profil de George Agate et John Whybrow : The Tandem Man
Voici George (à gauche) et John (à droite) © The Tandem Men
Par Matt Maynard

George Agate (23 ans) et John Whybrow (24 ans) sont des aventuriers britanniques qui ont l’espoir d’établir un nouveau record du monde. Il y a 7 mois, ils sont partis de Canterbury (Angleterre) sur un tandem. L’objectif ? Faire le tour du monde. Ils ont déjà parcouru plus de 16 000 kilomètres.
Ils ont roulé à quelques mètres des dauphins en Turquie, esquivé des conducteurs qui voulaient absolument prendre des selfies avec eux
en Inde, et atteint une vitesse maximale de 85 km/h en Autriche. Nous les avons rencontrés à mi-parcours pour comprendre leur démarche.

D’où vous est venue cette idée de faire le tour du monde en tandem ?

Les Tandem Men démarrent le voyage à Canterbury
Canterbury: la ligne de départ et d'arrivée © The Tandem Men

John : L’idée est venue en procrastinant à l’Université du Kent. On parcourait le site du Guinness Book. On avait envie de battre un record, mais on savait qu’on serait incapables de rouler aussi vite que les cyclistes professionnels.

Je me suis rendu compte que personne n’avait fait le tour du monde sur un tandem

John

Tout s’est accéléré quand on a vu la série où John Bishop traverse l’Australie. A l’origine, on voulait partir de Canterbury (Angleterre) et rejoindre Canterbury…en Nouvelle-Zélande.

George : Mais ensuite on s’est dit : « Si on est prêt à traverser la moitié du globe, autant faire le tour complet ! »

Comment vous répartissez-vous les rôles sur le tandem ?

Les Tandem Men George Agate et John Whybrow en Australie
C'est l'heure de la pause © The Tandem Men

John : Je suis assis à l’avant. Mon rôle est de nous diriger, d’éviter les nids-de-poule et s’assurer qu’on n’ait pas d’accident. Je suis ce qu’on appelle communément le « capitaine ».

George : Moi, je suis le « chauffeur ». Je suis assis à l’arrière et je fais des blagues, je chante et j’essaye de déchiffrer la carte. Quand on arrive en fin de journée, je dis souvent des trucs genre « Wow, les paysages étaient absolument somptueux aujourd’hui ! ». Mais John est tellement concentré sur ce qu’il y a devant lui qu’il ne remarque même pas.

John : Malheureusement, c’est vrai. Mais quand on s’élance dans une descente, je suis bien content d’être à l’avant. Avec la vitesse, George est obligé de me faire confiance aveuglément.

Comment avez-vous préparé ce record du monde ?

L'un des Tandem Men montent quelques marches
Porter un tandem, un défi de tous les instants © The Tandem Men

George : On a préparé ce voyage pendant 18 mois. Obtenir les visas, préparer les bagages et construire le vélo avec Orbit Tandems, c’était un peu comme avoir un deuxième boulot. On s’est fixé une limite de 300 jours pour terminer ce défi. Ça nous laisse assez de temps pour voir du pays, tout en établissant un nouveau record.

On a envie que d’autres personnes tentent de battre notre record

George

John : Avant de se lancer là-dedans, on n’avait jamais roulé plus de 80 kilomètres ensemble. Au début, on parcourait à peine 640 kilomètres par semaine. Ces dernières semaines, on a fait entre 1045 et 1125 kilomètres. En ce moment, on est à fond. Battre ce record, c’est ce qui nous motive à planter la tente sous la pluie à 5h du matin. C’est ce qui nous donne envie de continuer même quand le soleil ne brille pas. On parviendra à battre ce record, quoi qu’il arrive.

Le tandem a éveillé la curiosité des gens dans certains pays ?

Les Tandem Men ont participé à un festival pendant leur voyage
Le chaos en Inde © The Tandem Men

John : Oui, en Inde ! On a crevé pas mal de fois en plein milieu de nulle part. Mais au bout de 10 minutes, il y avait déjà 15 hommes autour de nous, qui nous fixaient sans dire un mot. Je suis loin d’être le meilleur mécanicien, donc la pression était à son comble !

On doit être sur plus de 1000 photos de profil Facebook en Inde !

John

George : Ouais, l’Inde c’était dingue. Quand on s’installait au restaurant en fin de journée, on avait pour habitude d’écrire ce qu’on avait fait pendant la journée. Les serveurs ont tenté plusieurs fois de nous piquer notre carnet pour lire ce qu’il y avait à l’intérieur. Les gens s’amassaient autour de notre table pour nous regarder manger en lycra. Enfin, plusieurs conducteurs ont tenté de prendre des selfies avec nous tout en empiétant sévèrement sur la piste cyclable.

Quel est le plus beau lieu que vous avez visité ?

Les Tandem Men plantent leur tente pour la nuit
Un hôtel 5 étoiles ? © The Tandem Men

George : J’ai adoré la Turquie et la côte de la Mer Noire. Les dauphins nageaient à quelques mètres de nous, le long du littoral. Le soir, les personnes âgées nous invitaient à jouer au rami avec eux dans des salons de thé. Même si on ne connaissait pas un seul mot en turque, ils ont été très accueillants. On s’asseyait à leur table et on tentait de répondre à leurs questions avec Google Translate.

John : L’Australie c’était vraiment génial. On a aperçu des kangourous et des émeus. Mais le pays que j’ai préféré, c’était la Thaïlande. On débarquait d’Inde (le Guiness Book autorise les cyclistes à prendre l’avion entre les différentes étapes du trajet) et on était soulagé en arrivant sur les autoroutes de Bangkok, où tout le monde respecte le code de la route. C’était vraiment cool de rouler sur la côte ouest de la Thaïlande et de camper sur la plage le soir.

Comment parvenez-vous à rester amis après 6 mois sur la route ?

Les Tandem Men font un arrêt devant un champ de tournesol.
Un break devant un champ de tournesol en France © The Tandem Men

John : Malgré la fatigue, on essaye de rester soudé au maximum, et c’est moi qui m’occupe de faire à manger le soir. Ça fait tellement longtemps qu’on rêve de faire le tour du monde en vélo qu’on est capable de laisser nos différents de côté. On se connaissait déjà bien avant le début du voyage, mais rouler sur un tandem a renforcé nos liens.

George : C’est vrai. Ma copine est presque jalouse du temps que je passe avec John !

Les Tandem Men éveillent la curiosité des passants
Le tandem éveille la curiosité © The Tandem Men

Suivez leur progression sur TheTandem.com. N'hésitez pas à les suivre sur Facebook et Twitter. Les deux hommes lèvent des fonds pour les associations Porchlight Canterbury, Great Ormond Street et Water Aid.

En savoir plus sur
News suivante