VTT

Comment bien shaper vos virages sur un trail

© Boris Beyer
Écrit par James McKnightPublié le
Parce qu'une bonne piste de VTT n'est rien sans ses virages, on vous dit tout ce qu'il faut savoir pour bâtir les vôtres. À vos pelles.
Le virage est la base dans la construction d’une nouvelle piste. En premier lieu, il sert évidemment à éviter les obstacles naturels, comme un arbre ou une grosse pierre. Mais il peut aussi permettre de suivre le dénivelé d’une colline. Enfin, c’est également une excellente façon de rendre une piste encore plus fun. Et quand le virage est bien construit, il n’y a rien de tel que de s’y lancer dedans à pleine vitesse.
Nikki Whiles, shaper chez Trailcraft Track Construction, vous donne ici ses meilleurs conseils pour construire des virages susceptibles de résister à l’usure du temps et aux caprices de la météo. L’objectif étant d’éviter de les voir se transformer en une montagne de boue.

Quels outils utiliser ?

Une fois que vous avez les bons outils, la construction d'un virage sur une piste de VTT se fait étape par étape.
Quelques outils utiles pour shaper un trail
Une fois que vous avez les bons outils, comme ceux conseillés que conseillait ici Nikki Whiles, la construction se fait étape par étape. Tout d’abord, il faut enlever la couche supérieure de matière organique afin d’atteindre la bonne terre qui permettra de construire un virage solide et durable. Formez ensuite le virage selon la taille et l’angle que vous souhaitez. Vous saurez rapidement si cela fonctionne ou non. Rouler sur le virage lui permettra de prendre une forme parfaite en arc de cercle.
« Enlevez la partie supérieure de la terre en utilisant un râteau ou une houe. Puis prenez une pioche ou la houe pour aérer la terre. Cela vous permettra de la déplacer plus facilement avec une pelle pour la remettre là où vous le souhaitez sur votre virage. Si la terre est trop friable, vous pouvez toujours rajouter des branches cassées dans la terre pour construire un virage plus solide. »

Où shaper un virage ?

La forme d’un virage dépend entièrement de la zone où vous souhaitez le placer. Les arbres, les rochers, les sauts ou d’autres caractéristiques naturelles et artificielles peuvent dicter complètement la forme de votre virage. Si vous pouvez choisir la direction donnée à votre piste, il sera toujours plus judicieux d’imaginer à l’avance pourquoi et à quel endroit vous souhaitez placer un virage.
Plus le pilote de VTT arrive vite sur le virage, plus le virage doit être renforcé lors de la construction de la piste.
En pleine attaque dans un virage
« Essayez de chercher un terrain idéal (peu humide, jamais marécageux, pas trop raide, ni trop plat). Cela vous facilitera grandement la vie lors de la construction. Pensez à toujours pouvoir contrôler votre vitesse. Plus le pilote arrive vite sur le virage, plus ce dernier doit être renforcé et donc travaillé pour permettre au rider de maintenir sa vitesse. Les virages doivent être harmonieux et sans à-coups pour éviter de casser la vitesse dans la pente et engendrer un changement trop brutal de direction. Pour se faire, vous pouvez par exemple imaginer que l’eau coule sur votre piste et anticiper là où elle irait. L’idéal étant qu’elle soit projetée vers la sortie du virage. Par ailleurs, les racines des arbres peuvent représenter un véritable obstacle dans la construction de votre piste. Évitez-les en creusant entre les plus grosses d’entre elles. Votre dos vous remerciera. »

Quel angle ?

Si vous cherchez à construire un trail avec un maximum de flow, vous devrez probablement multiplier les essais avant de trouver le bon angle. Si, à l’inverse, vous préférez construire une piste technique et serrée, vous verrez également que vous serez confrontés à d’autres limites.
En mountain bike dans un virage du circuit Flow Country de Petzen en Carinthie, Autriche.
Un virage serré comme on l'aime
« Au début, j’avais toujours tendance à shaper des virages trop serrés. Ce qui paraissait être bien construit était finalement un virage avec un angle trop fort quand je le ridais sur le vélo. J’essaye maintenant de me limiter à un certain angle que je ne dépasse jamais. Vous devez envisager l’angle de votre virage en fonction de la vitesse à laquelle vous arrivez dessus. Si la piste est rapide, il sera inutile de faire un virage trop serré. Mais si vous souhaitez rallonger la descente, optez alors pour des virages plus fermés. Cela ralentira le rider, qui ne pourra plus s’appuyer sur le virage. C’est une question de goût. Mais je reste persuadé qu’il y a un certain angle à ne pas dépasser car le virage devient alors trop serré pour qu’il soit plaisant à rider. »

Relevez-le

Le Français Loïc Bruni prend un virage en VTT sur la piste de la Coupe du Monde de VTT à Cairns en Australie
Loïc Bruni sur la piste de Cairns en Australie
Les virages n’ont pas toujours besoin d’être relevés, même si beaucoup le sont.
« Parfois, si vous ne relevez pas suffisamment un virage, tout le monde commence à sortir plus large et aller au-delà de la piste. Ca peut être dangereux et rendre le pilotage bien plus difficile. Mais un virage à plat peut également être amusant. En fait, c’est l’œil du shaper qui doit déterminer si un virage doit être relevé ou non au moment de la construction. N’hésitez pas à monter sur le vélo pour tester ce que vous êtes en train de faire. »

Le drainage

Un bon virage peut devenir un virage dangereux si le temps change. Anticipez le drainage et votre virage restera en place, même par mauvais temps.
Michal Marosi roule en VTT dans un virage boueux d'une piste de République Tchèque.
Michal Marosi sur un virage glissant
« Les virages qui prennent l’eau ne sont jamais bons pour une piste. Pour éviter ce phénomène, vous pouvez par exemple poser un tuyau à l’intérieur du virage pour que l’eau s’écoule à l’arrière. Mais il est préférable de construire un virage avec une sortie en descente pour que l’eau coule d’elle-même à l’extérieur. Je préfère cette dernière option car les tuyaux finissent souvent par se boucher et ont besoin d’un entretien régulier. La gestion de l'eau est un élément crucial de la construction d’un trail. Personne n’aime avoir les pieds mouillés. »

Durabilité

Si les lignes droites en pleine descente et les passages plein gaz sur des ornières sont particulièrement amusants, c’est un trail qui tiendra sur le long terme que vous cherchez à construire.
Il faut que les riders de VTT aient suffisamment de soutien dans le virage pour empêcher les glissades et les dérapages.
Une petite montée avant virage permet de mieux contrôler la vitesse
« La clé de la durabilité pour une piste est de toujours penser à contrôler la vitesse des riders. Il faut qu’ils aient suffisamment de soutien dans le virage pour empêcher les glissades et les dérapages et ne pas détruire ainsi ce que vous avez construit. Une petite montée avant un virage permet par exemple de réduire la vitesse et de mieux préserver la piste. Evitez aussi les arrivées trop rapides dans les virages. Cela engendrera des gros freinages et créera forcément des mauvaises bosses et des larges ornières. »
Merci à Nikki Whiles et TrailCraft pour leur aide dans la préparation de cet article.