Canyoning pour débutant : Voici les conseils d'un guide de canyonisme ou de descente de canyon.
© Getty; Cavan
Canyoning

Les règles d'or du canyoning

Plus hype que jamais, le canyoning ne cesse de se développer. Voici donc ce qu'il faut savoir avant de vous lancer dans les gorges.
Écrit par Stuart Kenny
Temps de lecture estimé : 5 minutesPublié le
En quelques décennies, le canyoning s'est progressivement transformé, passant d'une activité estivale pour touristes à une véritable discipline exigeante, pratiquée par des passionnés.
Ce sport permet aux amateurs de plein air de sortir de leur zone de confort lorsqu’ils explorent les rivières, les gorges et autres spots naturels souvent inaccessibles dans d'autres circonstances. Qu'il s'agisse de sauter d'une cascade ou de prendre un toboggan naturel, il y en a pour tous les goûts.
Descente en canyoning dans les chutes du canyon de Dollar Falls en Écosse.
Dans le canyon de Dollar Falls en Ecosse
Pour en savoir plus sur ce sport, nous avons rencontré George Yates guide de canyoning qualifié et cofondateur de la société "The Canyoning Company", basée en Grande-Bretagne. Yates est également impliqué dans ICOPro (International Canyoning Organisation for Professionals).

En quoi consiste le canyoning ?

"Le canyoning était considéré au départ comme un sport d’exploration, à l'image de la spéléologie ou de l’alpinisme. C'est une pratique encore jeune, qui n'existe réellement que depuis 15 ou 20 ans.
Il s'agit principalement de descendre une rivière ou une gorge en utilisant diverses techniques et méthodes. Il est possible de descendre en rappel des cascades, de sauter et de glisser. C'est un mélange de natation, de marche et d'escalade."
Le canyoning mélange natation, marche et escalade. Des canyoneurs dans les gorges de Wanaka.
Des parois creusées par l'eau au fil des siècles

Tout le monde peut-il faire du canyoning ?

"Oui, le canyoning peut convenir à tous. C'est un sport que l'on peut ajuster en fonction des capacités de chacun. Certaines personnes le pratiquent pour de l'aventure pure. Pour découvrir des lieux reculés.
Mais il y a aussi des parcours de canyoning très simples pour les débutants, sur lesquels les portes de sortie sont nombreuses au cas où un participant souhaiterait arrêter. À l'inverse, les plus passionnés pourront descendre des cours d'eau pendant six jours d'affilée avec des cascades de plus de 200 mètres de hauteur.
Il y a toujours un peu d'adrénaline dans le canyoning. Si vous avez un minimum de condition physique et n'êtes pas sujet au vertige, vous pouvez vous lancer."
Dans un canyon au Monténégro
Dans un canyon au Monténégro

Et si on n'est justement pas vraiment fan des grandes hauteurs ?

"C'est évidemment mieux de ne pas avoir le vertige. Ces 10 ou 15 dernières années, le canyoning était simplement une activité amusante pour le week-end : sauter très haut et essayer de se faire peur au maximum. Aujourd'hui, il y a d'autres options pour ceux qui n'apprécient pas vraiment les hauteurs.
Nous permettons toujours à une personne qui ne veut pas sauter d'un endroit de passer en rappel ou d'éviter le saut en question. C'est d'ailleurs la crainte d'une bonne part de notre clientèle. Nous ne leur obligeons évidemment jamais à sauter."
Descente en canyoning dans les gorges de Mont Aspiring à Wanaka en Nouvelle-Zélande.
Le plus court chemin reste encore de sauter !

De quels équipements a-t-on besoin ?

"La première chose à emmener est une combinaison. D'ailleurs, il existe maintenant des combinaisons spécifiques. Elles sont généralement en deux parties : un pantalon et une veste. C'est essentiel pour réguler votre température. Car même si l'air peut-être chaud, la faible température de l'eau en été peut surprendre.
Les combinaisons sont dotées d’un rembourrage supplémentaire aux genoux et aux coudes et disposent également souvent d'une cagoule. On est donc parfaitement protégé et au chaud à l'intérieur. Ensuite, il faut penser aux chaussures, dont on trouve là aussi des paires spécifiques pour le canyoning avec une bonne adhérence, un bon maintien de la cheville et résistantes à l'eau. Elles sont essentielles."
Exploration dans des gorges en Nouvelle-Zélande
Descente en rappel et à l'aveugle
Vous avez également besoin d'un baudrier, également appelé harnais de canyoning, sur lequel vous pouvez mettre tout le matériel supplémentaire dont vous avez besoin. Enfin, il ne faut évidemment pas oublier le casque. Quand on part en groupe, il faut également emporter un sac avec une trousse de premiers secours et deux cordes assez grandes. La plupart des guides vous fourniront du matériel mais il n'est pas inutile d'en parler avant avec eux.

Qu'est qui fait qu'une session de canyoning sera mieux qu'une autre ?

"En premier lieu, il ne faut pas que ce soit trop difficile d'y accéder. Le type de roche est aussi important. Une roche bien lisse permettra évidemment de mieux glisser. Enfin, il faut qu'il y en ait pour tous les goûts, entre des sauts de tailles différentes, des toboggans naturels ou des parties de nage…
Les canyons les plus fascinants sont aussi ceux dans lesquels ont ressent un véritable sentiment d'exploration. Ce sont des canyons profonds avec des murs de roche de chaque côté qui montent très haut. Ceux-ci sont particulièrement appréciés.
Des mètres et des mètres de corde...
Des mètres et des mètres de corde...

Est-il possible de faire du canyoning en hiver ?

"Oui, mais une sortie en canyoning dans ces conditions, avec une température qui frôle zéro degré, un froid glacial et en plein hiver n'est pas une partie de tout repos. À cette saison, le froid est extrême, en particulier dans l'eau.

Quelle est l'étape suivante après une première expérience de canyoning?

Si une personne apprécie vraiment l'expérience, ce qui est le cas d'une majorité d'entre elles, il est possible de revenir pour une séance canyoning de niveau intermédiaire ou avancé avec de plus grands sauts et des rappels plus importants. Il est aussi envisageable pour les plus passionnés de suivre une formation.
Nous organisons des formations sous le label ICOPro. C'est une organisation internationale qui donne des formations pour tous les niveaux. Qu'il s'agisse d'une personne qui souhaite en faire ponctuellement le week-end ou de quelqu'un qui envisage de devenir guide professionnel comme moi."
"La troisième option, c'est de tenter une expérience à l'étranger. Comme à Madère, par exemple."

Quels conseils donneriez-vous à quelqu'un qui veut tenter l'expérience pour la première fois ?

"Il faut déjà trouver une structure qui a une bonne réputation. Et évidemment se lancer dans le canyoning encadré par des instructeurs professionnels.
Ensuite, il y a beaucoup d'options. Mais si les gens veulent faire du canyoning et s'entraîner en toute sécurité avec leurs amis, je leur suggère fortement de suivre une formation qui leur permettra d'acquérir la confiance et les connaissances nécessaires pour pratiquer au mieux. "
Exploration en canyoning dans des gorges en Nouvelle-Zélande
Une progression lente et difficile