VTT

Pauline Ferrand-Prévot et Jordan Sarrou champions du monde !

© Bartek Woliński
Les Français ont été intouchables sur l’épreuve de cross-country des championnats du monde. Pauline Ferrand-Prévot a écrasé la course chez les femmes et Jordan Sarrou l’a emporté chez les hommes.
Écrit par Vincent GirardPublié le

Programme de dimanche

Cross-country / Finale femmes

Ce samedi, Pauline Ferrand-Prévot a tué tout suspens dans la course cross-country des championnats du monde (que vous pouvez voir en replay sur Red Bull TV) en dominant l’épreuve comme elle l’avait fait une semaine auparavant à Nové Město. Cette fois, c’est sur le circuit de Leogang en Autriche que la Française a pris dès le premier tour une longueur d’avance sur la concurrence. La Française a ensuite fait le reste de la course seule en tête en gérant bien les conditions difficiles proposées par le tracé autrichien (malgré deux petites chutes sans conséquence).
La piste était effectivement marquée par la pluie de ces derniers jours et plusieurs passages en descente ont obligé les participantes à descendre de leur vélo. De nombreuses concurrentes de renom n’ont d’ailleurs pas terminé la course à l’image d’Anna Terpstra, de Jenny Rissveds ou encore de Kate Courtney.
De son côté, la championne du monde en titre a progressivement accentué son avance et mis fin aux espoirs de ses concurrentes de lui prendre son maillot arc-en-ciel. PFP a finalement terminé l’épreuve avec trois minutes d’avance sur l'Italienne Eva Lechner qui est remontée progressivement dans les deux derniers tours pour arracher la deuxième place à l'Australienne Rebecca MacConnell lors d’un superbe sprint à l’arrivée.
Pauline Ferrand-Prévot remporte son troisième titre mondial en VTT cross-country au Mondiaux de VTT 2020 de Leogang après ceux de 2015 et 2019.
Casque doré pour Pauline Ferrand-Prévot
Pauline Ferrand-Prévot remporte son troisième titre mondial en cross-country après ceux de 2015 et 2019. Elle visera en 2021 le seul titre qui lui manque dans la discipline, celui de championne olympique. Et à Tokyo, la France pourra compter sur de solides arguments avec PFP et Loana Lecomte qui a été titrée chez les Espoirs lors de ces mêmes mondiaux à Leogang.
PositionRiderPaysTempsMédaille
1.Pauline Ferrand-PrévotFrance1h 27m 33sOr
2.Eva LechnerItalie1h 30m 34sArgent
3.Rebecca McConnellAustralie1h 30m 34sBronze

Cross-country / Finale hommes

Chez les hommes, c’est donc également une Marseillaise qui a été joué lors du podium de la course masculine. Et si on attendait peut-être plus Maxime Marotte (qui termine 6ème), c’est bien Jordan Sarrou qui a été impérial sur cette course pour enfiler le premier maillot arc-en-ciel de sa carrière.
Le Français Jordan Sarrou descend la piste des Championnats du monde UCI de VTT cross-country (XC) 2020 de Leogang en Autriche.
Jordan Sarrou en route pour son premier titre mondial
Le Français a tout d’abord trouvé la force de revenir sur le Néerlandais Milan Vader, parti en tête comme un boulet de canon lors des deux premiers tours. Et Jordan Sarrou n’a pas attendu longtemps avant de déposer son rival pour s’en aller seul devant sur ce deuxième tour et accentuer progressivement son avance sur son rival (finalement 23ème à l’arrivée).
Plus jamais inquiété devant, Sarrou a lui aussi dû gérer le terrain boueux et très piégeux de Leogang. Prudent sur le dernier tour alors qu’il comptait un peu plus d’une minute d’avance sur son plus proche poursuivant, il a coupé la ligne d’arrivée avec 45 secondes de mieux que son second et décroché la plus belle victoire de sa carrière. À l’arrivée, il pouvait sauter dans les bras de Julien Absalon, son team manager sacré six ans plus tôt.
Jordan Sarrou remporte les Championnats du monde UCI de VTT cross-country à Leogang en Autriche.
Six ans après Absalon, Sarrou remporte le titre mondial
Derrière lui, on retrouve le Suisse Matthias Flueckiger qui a su faire la différence dans le dernier tour par rapport à un autre Tricolore. Titouan Carod termine troisième de ces mondiaux et apporte à la France une nouvelle médaille. De son côté, le champion du monde en titre Nino Schurter termine à une décevante neuvième place.
PositionRiderPaysTemps Médaille
1.Jordan SarrouFrance1h 25m 37sOr
2.Mathias FlückigerSuisse1h 26m 22sArgent
3.Titouan CarodFrance1h 26m 32sBronze

Descente / Finale femmes

Les conditions météorologiques compliquées en Autriche ont laissé planer le suspense sur la tenue des finales dimanche (de la neige était annoncée dans la nuit de samedi à dimanche). Finalement, ces dernières ont bien eu lieu et les femmes ont précédé les hommes sur un tracé ultra boueux et piégeux. C’est simple, toutes les rideuses sont tombées, sauf une, Camille Balanche. La Suissesse a maintenu une vitesse suffisamment élevée sur la descente autrichienne pour aller décrocher la plus belle victoire de sa carrière en remportant ce titre mondial, le premier pour la Suisse en DH.
Deuxième, Myriam Nicole est longtemps restée sur le hot seat. Mais la Française a elle aussi chuté, mettant plusieurs secondes à remonter sur son vélo dans la partie la plus technique et défoncée du tracé, dans la forêt. Au final, la rideuse Commencal accuse un peu moins de quatre secondes de retard sur celle qui lui succède au palmarès. Sans sa chute, Nicole était devant, mais le mérite en revient à Camille Balanche, qui a su rester sur son vélo, contrairement à Tracey Hannah (quatrième), partie en dernière position et tombée elle aussi à plusieurs reprises.
La Française Marine Cabirou (9ème) est arrivée frustrée à l’arrivée (et a disputé la première partie de sa course sous les flocons), de même que Tahnee Seagrave (seulement 11ème). Les contre-performances des favorites profitent à la Slovaque Monika Hrastnik qui décroche une belle médaille de bronze. Enfin, la grande favorite de cette finale Valentina Höll n’a pas pris part à cette finale après s’être blessée au pied lors des entraînements du dimanche matin.

Descente / Finale hommes

Chez les hommes, la piste n’a évidemment pas eu le temps de sécher, 30 minutes après la fin de la course des femmes. C’est donc dans conditions similaires qu’a eu lieu la finale. Et à l’image du titre mondial de Camille Balanche chez les féminines, la victoire de Reece Wilson est là aussi une énorme surprise, qui doit évidemment beaucoup aux conditions. L’Anglais fait partie des rares riders à ne pas être tombé sur son run.
Parti au cœur du peloton, le pilote Trek n’a alors pas fêté son temps à l’arrivée, sachant qu’il restait encore 31 concurrents à passer. Autant dire qu’il aurait eu du mal à croire que son temps n’allait finalement jamais être battu par la suite. Tous se sont cassés les dents sur ses 3’51’’. Seul l’Autrichien David Trummer, qui connaissait parfaitement la piste pour évoluer à domicilie, a imaginé un temps faire mieux que Wilson. Mais le pilote YT a échoué à un peu plus de trois secondes alors que le Français Remi Thirion a été solide pour aller chercher la troisième place.
Ce n’est d’ailleurs pas ce rider tricolore que l’on attendait à pareille fête. Loris Vergier (vainqueur des qualifications) a terminé à la dixième place a 10 secondes du temps de référence quand Loïc Bruni (parti en dernier en tant que champion du monde en titre) a rapidement compris qu’il ne pourrait pas faire grand-chose dans ces conditions qu’il n’apprécie pas. Tombé dès les premiers mètres dans la partie technique en sous-bois, le quadruple champion du monde a accumulé un retard improbable de presque une minute à l’arrivée et terminé à la 62ème place. On notera également la 13ème place de Danny Hart (pourtant réputé à l’aise dans ces conditions), la 26ème d’Aaron Gwin, la 27ème de Greg Minnaar et la 34ème de Finn Iles.