Saut à ski

Fabian Bösch et la genèse du projet fou "Hill Size"

© Dean Treml / Red Bull Content Pool
Fabian Bösch n’est pas fait comme tout le monde. Surtout, le double champion du monde de freeski a des idées plein la tête.
Écrit par Laurent Morel / Ski ActuPublié le
Cette fois, c’est un projet monté de toute pièces par son « team » qui a retenu l’attention. L’idée est finalement assez simple. Chez lui à Engelberg, il devait s’élancer du grand tremplin de… saut à ski. Peu commun pour un freeskieur. Mais il en faut plus pour arrêter l’énergique athlète de 23 ans.
Ski · 6 min
Hill Size - Behind The Scenes

L'origine du projet

Mettre en place un tel projet n’a rien d’une sinécure et il faut dire que l’idée ne date pas d’hier. Pour retrouver l’origine de la chose, il faut revenir quelques années en arrière. Dominik « JP » Furrer, ancien sauteur à ski de tradition familiale, devenu adepte du freeski, profite du concours d’été disputé chez lui à Einsiedeln pour s’élancer sur le tremplin de 120 mètres avec ses nouvelles lattes. Son père gère le concours et c’est l’occasion de proposer un show novateur aux spectateurs. Surtout que pour agrémenter le tout, « JP » propose de s’élancer en switch!
Fabian Bösch à Engelberg-Titlis
Fabian Bösch à Engelberg-Titlis
Le public est conquis. Et c’est d’ailleurs à Einsiedeln que Fabian Bösch va s’élancer pour la première fois sur un tremplin de saut à ski. C’était en 2016, aussi pour faire le show, dans le cadre du Grand Prix estival. Un petit kicker est alors installé en amont du tremplin, afin de réaliser un trick. L’objectif est de proposer un frontflip au public schwytzois. Sauf que l’élancoir était trop petit et que « Busch » se crashe… Du coup, rebelote le lendemain juste avant le concours de saut à ski. Cette fois, ça passe! Le projet 2021 est né.
En tout cas, je n'oserais pas m'élancer avec des skis normaux sur un tremplin de 90 mètres et encore moins en switch.
Killian Peier
Sauf qu’entre-temps, les concours s’enchaînent, les bons résultats aussi pour l’Obwaldien, qui décroche notamment 4 médailles aux X Games. « Avec les aléas du Covid-19, j’ai eu un petit peu plus de temps cet hiver et ça nous a permis de mettre en place ce saut, explique Fabian Bösch. Je viens d’Engelberg et il y a ici le plus grand tremplin du pays, je me suis toujours dit qu’il serait cool de pouvoir faire quelque chose. » Mission accomplie donc désormais pour le champion du monde en titre de Big Air.

Les préparatifs du saut

Tout n’a pas été simple pour autant sur le Grosstitlisschanze. « C’est un tremplin de 140 mètres, bien plus grand que celui d’Einsiedeln, rappelle le freeskieur volant. Heureusement, tout s’est bien déroulé. Il faut dire qu’on a tout mis en place et tout calculé pour rendre le saut le moins dangereux possible. Il s’agissait aussi de ne pas se blesser avant les grands rendez-vous de la saison à venir. » Deux jours de préparation ont été nécessaires pour tout installer.
Je viens d’Engelberg et il y a ici le plus grand tremplin du pays, je me suis toujours dit qu’il serait cool de pouvoir faire quelque chose.
Fabian Bösch poses for a portrait during the Get Fit For Skiing shooting in Engelberg, Switzerland on December 3, 2019.
Fabian Bösch
Freeskiing Big Air

Le jour du saut

Quant à « JP » Furrer, il était bien présent, pour soutenir et filmer son ancien protégé au sein de la Swiss Freeski Team. « C’était cool de pouvoir compter sur lui qui m’a longtemps entraîné, assure Fabian Bösch, qui a ressenti une certaine pression au moment de s’élancer. Il m’a fallu deux ou trois tentatives avant d’y arriver et je ne voulais pas décevoir les gens qui étaient là pour m’entourer. »
Quant à la peur, légitime au moment d’atteindre 90 km/h sur un tremplin de saut à ski, Bösch a tenté d’en faire abstraction au maximum: « Bien sûr, c’était flippant. Mais je savais ce que je devais faire alors il ne faut parfois pas trop réfléchir. Et tout s’est parfaitement déroulé, je suis vraiment heureux. »
Voici la séquence photo du Double Frontflip de Fabian Bösch sur le tremplin de saut à ski d'Engelberg.
Le saut de Fabian Bösch en détail
Killian Peier (médaillé de bronze de saut à ski aux Championnats du monde à Innsbruck en 2019): « Ce qu’a fait Fabian, c'est vraiment cool. Je me rappelle l'avoir vu faire ses premières expériences sur le tremplin à Einsiedeln en été il y a quelques années. Mais là, c'est vraiment impressionnant sur la neige! Ils sont fous les gars, mais ils savent ce qu'ils font et il ne faut pas oublier qu'il y a énormément d'entraînement derrière. Et le tremplin est super pour tenter une telle acrobatie, car la piste d'élan est continue, elle n'a pas de petites bosses, comme cela peut arriver ailleurs, et ce n'est pas dangereux de s'élancer en switch. C'est super d'utiliser le tremplin différemment, même si s'y élancer avec les skis n'est pas chose aisée. J'avais essayé une fois sur un tremplin de 70 mètres et cela m'avait demandé beaucoup de courage. Il faut savoir qu'avec une chaussure de ski, nous avons zéro souplesse par rapport à des souliers de saut qui se détachent au talon. En tout cas, je n'oserais pas m'élancer avec des skis normaux sur un tremplin de 90 mètres et encore moins en switch (rires). »