NBK, SmithZz, Ex6TenZ, RpK et kennyS, malheureux habitués des 2èmes places
© VaKarM.net
esports

La retraite dans l'esports

Après l’annonce de la retraite de Cédric ‘RpK’ Guipouy, Maniac nous parle du lien entre âge, performance et carrière sur CS:GO.
Écrit par Mathieu ‘Maniac‘ Quiquerez
Temps de lecture estimé : 5 minutesPublié le
Dans cet article

Esports Unfold

Take an in-depth look at the lives and careers of …

0
Voir les épisodes
Le 2 septembre, Cédric “RpK” Guipouy mettait un terme officiel à sa carrière de joueur, une des carrières les plus prolifiques et pérennes de l’esports français, sans le moindre doute. A 32 ans, le joueur emblématique tourne une page de sa vie et nous incite à nous poser la question du lien entre âge, performance et retraite.
Je constate souvent qu’il existe un savoir populaire, une idée établie, qu’au-delà d’un certain âge, assez jeune d’ailleurs, l’on estime qu’un joueur n’est plus capable d’être performant et que se retirer semble le meilleur choix. Je ne renie pas totalement l’argument mais j’aimerais présenter ici le problème sous un autre éclairage qui tourne autour de la motivation, l’investissement de temps et les priorités.

Une motivation à l’épreuve des années

Le premier élément à considérer est celui de la motivation et son évolution au travers du temps. Si on s’intéresse aux chemins de vie des professionnels actuels sur CS:GO, la majorité des individus qui ont plus de 27-28 ans ont plusieurs années à leur actif encapsulant des dizaines de milliers d’heures de jeu. Vous pouvez me faire confiance, lorsque j’étais jeune et que j’espérais progresser et me faire remarquer, mon énergie était quasiment infinie.
Games · 6 min
Unfold huNter
Avant l’école, après l’école, les week-ends, j'investissais alors tout le temps que je pouvais, tout en gardant un équilibre social aussi sain que possible, dans le but de m’améliorer. Même passé la vingtaine, j’ai fait l’effort de combiner études universitaires et esports, ce qui m’a demandé, à l’époque, des sacrifices et une volonté d’acier pour allier les deux mondes et leurs exigences. Pourtant, à l’exception de quelques périodes spécifiques, je l’ai fait avec le sourire aux lèvres et sans jamais broncher parce que j’étais empli d’une envie et d’une motivation faramineuses.
L'équipe française Counter-Strike Source, Epsilon, remporte la victoire à la The eXperience en 2008.
RpK, Happy, Ex6TenZ, Shokkk et crZ
Avec les années et l’accumulation des heures, cette motivation s’effrite pour la plupart d’entre nous. Cette envie de toujours progresser aide chaque joueur à rester “dans le coup”, peaufinant ses capacités mécaniques, affûtant ses connaissances théoriques et sa compréhension du jeu. Sans ces efforts, tout professionnel peut rapidement se retrouver largué. Que ce soit par sens de la répétition, par fatigue mentale ou par l’envie, se développant gentiment, d’aborder de nouveaux challenges, rares sont les individus qui après plus de dix ans de carrière professionnelle maintiennent le feu sacré intact dans leur cœur.

Une vie, un temps limité, des priorités

Qu’on se le dise, être professionnel sur Counter-Strike est exceptionnel, une expérience de vie fantastique et je serai éternellement reconnaissant d’avoir pu vivre ces moments. Cependant, on aime un peu moins parler du côté chronophage de ce style de vie. Cela demande un temps fou. Une équipe passe en moyenne 5 à 8 heures par jour à travailler en groupe, tactiquement ou dans des matchs amicaux. A ça s’ajoute l’entraînement individuel dont chaque joueur est responsable du maintien et de l'efficacité.
Maniac
Maniac
On peut également mentionner les bootcamps, les éventuels déplacements, les devoirs marketings, interviews, etc. Pour réussir dans l’esports, inutile de dire que les sacrifices sont nombreux et inévitables. Avec l’âge, notre perception de notre temps, notre façon de l’utiliser et nos priorités peuvent varier. Les rêves et les aspirations peuvent progressivement changer et les sacrifices deviennent de plus en plus lourds à porter. Certains décident de libérer plus de temps pour d’autres activités ou pour passer plus de temps avec leurs proches. Il n’y absolument rien de mal à cela. J’ajouterais aussi que cela ne veut pas du tout dire que ces joueurs ne sont pas “conscients de la chance qu’ils ont” ou prennent leur situation pour acquise. Nous évoluons tous avec les années et nos désirs se modifient à nos côtés. Il n’est pas simple de maintenir un niveau professionnel optimal et une baisse d’effort se paie cash.

Une relève qui pousse continuellement

Finalement, comme dans toutes disciplines sportives, pour chaque joueur professionnel, il existe des milliers de candidats qui n’attendent qu’une chose, l’opportunité de prouver qu’ils méritent leur place au soleil. La beauté d’un esports comme CS:GO, qui fascine tant, est que le pool de talent qui se développe est démentiel. Cette pression est ressentie constamment et si une faiblesse se ressent chez un individu, il risque d’être remplacé rapidement. Les éléments dont nous avons parlé avant, motivation, priorités, temps investi sont à mettre bout à bout pour comprendre pourquoi, petit à petit, le niveau d’un joueur peut stagner, voire diminuer.
Chaque détail compte et à talent relativement égal, un joueur qui s’entraîne plus, qualitativement et quantitativement, va toujours nous dépasser. Même si l’expérience, accumulée avec les années, est une denrée rare et de valeur sur CS:GO, lorsqu’un joueur commence à être dépassé tactiquement, mécaniquement, psychologiquement, sa date de péremption approche et s’il n’est pas prêt à redoubler d’efforts pour mériter sa place, perpétuellement, alors la retraite peut sembler la meilleure solution. En résumé, il existe une question primordiale que tous joueurs devraient se poser constamment; “Suis-je véritablement prêt et motivé à mettre les efforts, que je considère nécessaires, pour continuer à m’améliorer et améliorer mon niveau de jeu?”. Lorsque j’ai décidé de prendre ma retraite, j’ai compris que je n’avais plus cette hargne et j’ai préféré laisser ma place à quelqu’un d’autre. Je suppose qu’RpK est passé par la même réflexion. Il ne s’agit pas uniquement de capacités, mais surtout de travail.
Dans cet article

Esports Unfold

Take an in-depth look at the lives and careers of …

0
Voir les épisodes