esports

LoL Worlds 2020 : qui sont Suning et DAMWON, les deux finalistes ?

© Riot Games
La finale mondiale opposera les champions de Corée du Sud aux underdogs explosifs de Chine le 31 octobre à 11 heures.
Écrit par Eva MartinelloPublié le
Si vous avez peu suivi la saison régulière des ligues asiatiques cette année, il est possible que les deux équipes finalistes du mondial ne vous parle pas cette année. C’est compréhensible : Suning, créée il y a seulement 3 ans, est entrée dans son premier mondial alors que DAMWON comptabilise sa seconde participation seulement. Quant aux joueurs, une grande partie n’a pas passé leurs 21 ans et certains sont même à leur première saison de carrière professionnelle. Voici tout ce qu’il faut savoir sur les grands finalistes de 2020.
L'équipe DAMWON Gaming, champions de Corée du Sud, est favorite de la finale du championnat du monde (Worlds) 2020 de League of Legends
DAMWON Gaming, champions de Corée du Sud

Les favoris : DAMWON Gaming, champions de Corée du Sud

DAMWON Gaming est, depuis le début du tournoi international, pressentie comme la grande favorite pour soulever le Summoner’s Cup. Et jusqu’ici, les joueurs ont été à la hauteur de leur réputation. L’équipe n’a concédé que deux points à ses adversaires tout au long du mondial : une fois dans la phase de groupes, et en demi-finale contre les européens de G2 Esports, qu’elle a emporté 3 à 1. D’ailleurs, quand G2 a réussi à prendre ce point, une série de 24 victoires d’affilée de DWG sur le blue side a été brisée. Une maigre consolation pour le dernier espoir de l’Europe qui est revenu dans le vieux continent après cette défaite. D’un autre côté, DWG a battu un record : elle a remporté la dernière partie dans un temps record de 19 minutes. Du jamais vu dans l’histoire des mondiaux de League of Legends.
À quoi est dûe cette domination ? Pour l’AD carry de G2 Luka “Perkz” Perković, l’une des forces de DWG dans cette compétition est la meta qui favorise leur style de jeu, avec les junglers qui farm plutôt que de faire des ganks, ou encore l’importance cruciale des objectifs sur la Faille avec les dragons élémentaires. « Ils se sont aussi beaucoup mieux préparés ces derniers mois », a-t-il ajouté dans la conférence de presse post-match. Les joueurs et le coach de G2 ont raconté se rendre compte d’un retard énorme des équipes européennes sur la lecture de la meta en arrivant à Shanghai, ce qui s’est constaté dans leurs résultats. Mais cela ne retire rien au mérite des joueurs de DWG qui ont tous brillé sur leur rôle cette année en Corée du Sud, puis sur la scène internationale.
L'équipe esport League of Legends, DWG a remporté le Summer Split de la ligue sud-coréenne (LCK) 2020.
DWG a remporté le Summer Split de la ligue sud-coréenne (LCK)
Pourtant, l’équipe était très loin de ce niveau en début d’année. « L’histoire de DAMWON est une histoire d’évolution », le coach YamatoCannon expliquait sur l’analyst desk avant la demi-finale. « Si quelqu’un m’avait dit au Spring que ce serait une équipe qui avait le potentiel de devenir championne du monde, je l’aurais traité de fou ! ». En effet, DWG est une structure jeune. Elle a rejoint la ligue sud-coréenne (LCK) en 2019 avec quatre joueurs qui font encore partie de cette équipe, l’AD Carry Ghost l’ayant rejointe pendant le début du Spring Split cette année. Elle s’est qualifiée au mondial l’année dernière, mais avait été éliminée par G2 Esports en quarts.
Même si cette équipe est presque entièrement au complet depuis presque deux ans, les joueurs sont très jeunes : leur moyenne d’âge n’est que de 20,8 ans et le plus jeune n’a que 19 ans, le jungler Canyon. Ce dernier a vécu une ascension phénoménale en 2020 : très convoité avant-même d’atteindre sa majorité, il a été recruté par DWG en attendant qu’il soit assez âgé pour se lancer dans la ligue pro régionale. Il est donc passé de son arrivée en LCK en 2019 aux Worlds, puis au sommet de la ligue en août dernier avec le titre régional, et enfin, une finale mondiale pour sa seconde année. Il a aussi raté de peu le titre de MVP (Most Valuable Player), qui a été remporté par le midlaner de l’équipe, ShowMaker (avec le KDA moyen monstrueux de 16 points).
Après un Spring Split terminé en milieu de classement avec 50% de taux de victoire, ce qui était à la hauteur des attentes modérées des experts, l’équipe s’est transcendée au Summer Split : elle a pris la première place de la saison régulière avec 89% de victoires, puis a mis fin aux derniers doutes en remportant le Split dans une finale sans faute, remportée 3 à 0 contre DragonX. Toujours pas certains qu’il s’agit de la meilleure équipe de la Corée du Sud ? DWG a battu DRX une nouvelle fois en quarts de finale du mondial, avec un nouveau 3-0.
Les rookies inattendus de Chine Suning sont les underdogs de cette finale 2020 des World Championship de League of Legends.
Suning, les underdogs de l'Empire du Milieu

Les underdogs : Suning, les rookies inattendus de Chine

DAMWON Gaming et Suning partagent un style de jeu similaire, agressif et centré sur les objectifs, qui est plus populaire dans la ligue chinoise que coréenne. Les deux équipes ont un autre point commun : leur histoire au cours de la saison. Si DWG a fait une ascension fulgurante au cours de l’été dernier, elle est encore plus impressionnante du côté de Suning, notamment car l’équipe partait d’encore plus bas. L’équipe n’a été au complet qu’au milieu du Spring Split avec l’arrivée du toplaner Bin, un talent de 18 ans qui a fait une arrivée très remarquée. Une fois qu’il a pris ses marques, Bin s’est fait connaître comme le maître des duels en toplane, avec le plus grand nombre de solokills du Summer Split.
Pourtant, quand ce dernier a rejoint l’équipe, les attentes pour Suning étaient basses. L’équipe était pressentie comme une équipe de milieu de classement. Certes, elle possédait de bons joueurs, comme deux vétérans reconnus : le vietnamien SofM à la jungle et le taiwannais SwordArt en support, mais elle ne parvenait pas à construire une bonne synergie. Ce problème a pris fin au Summer Split : les joueurs sont devenus très bons pour sécuriser les objectifs en early et en teamfight. SofM, considéré comme un “jungler carnivore” avec un style bien à lui, s’est vite imposé comme l’un des meilleurs junglers de Chine. Et maintenant, avec sa performance aux Worlds, l’un des meilleurs au monde.
Suning a déjoué tous les pronostics en terminant le Summer Split avec 75% de taux de victoire et une place en playoffs. Les joueurs y sont arrivés comme underdogs, puis ont été éliminés 3-0 par les futurs champions Top Esports en demi-finale. Personne ne s’attendait à ce qu’ils prennent leur revanche dans la demi-finale du World Championship quelques mois plus tard… où Top Esports a été éliminée du tournoi le week-end dernier, 3 à 1. Cette victoire était tellement inattendue que les pronostics des fans, les Pick’Ems, sont passés de 193 prédictions parfaites dans le monde à seulement 12.
Le joueur Huanfeng a été repéré par Invictus Gaming en 2019.
Huanfeng a été repéré par Invictus Gaming en 2019
L’équipe de Suning regorge de parcours inspirants, que ce soient les 5 participations aux mondiaux de SwordArt ou la transition de la scène vietnamienne à chinoise par SofM. Celle de l’ADC Huanfeng mérite aussi d’être racontée. Le joueur chinois s’est fait repérer avant sa majorité par le club réputé Invictus Gaming, où il a fait office de remplaçant pour l’ancien champion du monde JackeyLove avant d’être recruté chez Suning cette année. Pourtant, son parcours a été ponctué de nombreux obstacles : issu d’une famille très pauvre dans un village au sud de la Chine, il a vécu seul de ses 12 à 15 ans, en se servant de son PC comme seule source à la fois de lumière et de divertissement.
C’est à ce moment-là qu’il a décidé de s’entraîner pour devenir meilleur sur League of Legends, et devenir joueur professionnel. À ses 16 ans, il avait atteint le niveau Master, tout en ayant des bonnes notes. Il a finalement choisi la voie de l’esport en rejoignant une équipe locale d’un cyber-café au salaire très bas, mais cette expérience s’est révélée infructueuse. Il aurait pu abandonner à ce moment-là, mais il a décidé de persévérer et a réussi à se qualifier à la première saison de la LDL, la ligue académie chinoise qui s’est lancée en 2018. C’est là qu’il a pu faire ses preuves et intégrer l’équipe académie d’Invictus Gaming. Et deux ans plus tard, du haut de ses 19 ans, il va bientôt monter sur la scène du Pudong Football Stadium de Shanghai et jouer pour le titre mondial devant plus de 6 000 fans.
Worlds 2020 : L’équipe SK Telecom T1 est la plus titrée au monde sur League of Legends, et elle est coréenne.
SK Telecom T1 est l’équipe la plus titrée au monde, et elle est coréenne

Une bataille pour la meilleure région

Une finale mondiale Chine-Corée du Sud n’a pas eu lieu depuis des années sur League of Legends : c’est arrivé deux fois, en 2013 et 2014. À chaque fois, ce sont les équipes sud-coréennes qui l’ont emporté, privant la Chine de son premier trophée mondial : SK Telecom T1 en 2013, qui prenait alors son premier titre suprême (l’équipe en possède 3 aujourd’hui), et Samsung White en 2014.
Il a fallu attendre des adversaires européens pour que la première équipe chinoise ne soulève la Summoner’s Cup. En 2018, Invictus Gaming a été la première à ramener la Coupe dans sa région en battant Fnatic à plate couture sur le sol coréen. L’année suivante, même scénario : les chinois de FunPlus Phoenix ont soulevé le trophée à Bercy après avoir vaincu les européens de G2 Esports. Cette seconde victoire prestigieuse a donné un boost à la réputation de la ligue chinoise. Désormais, à chaque World Championship se pose la question suivante : la Corée du Sud est-elle toujours la meilleure région au monde sur League of Legends ?
Sur les neuf World Championships, cinq ont été remportés par la Corée du Sud. Pour les équipes de la ligue chinoise, l’objectif est clair : rattraper son record. Et cette année encore, une équipe chinoise aura la chance de combattre pour le titre suprême en finale, et cette fois à domicile, puisque le tournoi se déroule à Shanghai. Pour couronner le tout, un public de plus de 6 000 fans sera au rendez-vous pour soutenir Suning, la représentante de Chine. La cérémonie d’ouverture et le match de finale se dérouleront le 31 octobre prochain à 11 heures, à suivre en anglais sur Riot Games ou en français sur O’Gaming.