F1

Mais jusqu'où ira AlphaTauri, la « petite Scuderia » ?

© Markus Berger/Servus TV/Red Bull Content Pool
Montant en puissance depuis plusieurs mois, AlphaTauri pourrait troquer son statut de « centre de formation » pour celui de cador de la F1. Explications.
Écrit par Etienne CaillebottePublié le
Il y a d'abord eu l'explosion de joie. Puis les embrassades, la Marseillaise, le champagne et les larmes. Le 6 septembre, Pierre Gasly a écrit une page de l'histoire d'AlphaTauri à Monza en devenant le second pilote, après Sebastian Vettel, à remporter un Grand Prix depuis le rachat par Red Bull en 2005. Un dénouement heureux après une course folle, mais presque logique pour une écurie rebaptisée en début de saison et qui monte en gamme depuis plusieurs mois., en atteste sa 6e place au classement constructeur en 2019 et les podiums au Brésil et en Allemagne. Mais est-ce suffisant pour remettre en question son rôle de porte d'entrée en F1 pour les jeunes pousses du Red Bull Junior Team ?
Les aspirations d'AlphaTauri vont au-delà de ce qu'étaient celles de Toro Rosso.
Christian Horner
« Les aspirations d'AlphaTauri vont au-delà de ce qu'étaient celles de Toro Rosso » confirme Christian Horner, pour qui le changement de nom dépasse le cadre promotionnel et témoigne des nouvelles ambitions de l'équipe. Même son de cloche du côté de Franz Tost, qui dirige l'ex-écurie Toro Rosso depuis 2006 : « Je pense que l'équipe s'est développée ces dernières années, dit-il. Nous avons montré un meilleur niveau de performance, la voiture est plus fiable, la coopération avec Red Bull Technology est très positive, le processus de synergie nous apporte beaucoup d'avantages, tout cela dans les limites de la réglementation. Nous sommes les ambassadeurs de la marque AlphaTauri et devons donc être performants, car sinon, cela n'a pas de sens d'être en F1 pour AlphaTauri ».
F1 · 20 minutes
Open the Doors : dans les coulisses d'AlphaTauri

Star academy

Si les performances en piste sont conformes aux ambitions des dirigeants, AlphaTauri prendrait un virage historique. Née sur les cendres de Minardi, écurie « à l'ancienne » qui n'a jamais décroché un podium en 340 départs, la Scuderia Toro Rosso en a conservé la philosophie : celle d'une école pour les futures étoiles de la catégorie reine. Parmi les pilotes qui ont revêtu la combinaison de l'écurie basée à Faenza, on peut citer Jarno Trulli, Mark Webber et surtout Fernando Alonso, double champion du monde et passée par la « Scuderia », la vraie : Ferrari. Un héritage rapidement gommé par le rouleau compresseur autrichien - dont les moyens techniques et financiers sont incomparables - qui a révélé, entre autres, Sebastian Vettel, Max Verstappen ou Daniel Ricciardo. Des pilotes automatiquement promus chez les A après avoir brillé sur la piste.
Pour le moment, Red Bull est clairement le top team entre les deux, mais je pense que les ambitions d'AlphaTauri sont d'être au même niveau de performance à un moment donné.
Le pilote F1 français Pierre Gasly de la Scuderia AlphaTauri lors du lancement la nouvelle monoplace AT01 à Salzbourg en Autriche en 2020.
Pierre Gasly
F1
"Nous devons être performants, car sinon, cela n'a pas de sens d'être en F1 pour AlphaTauri" explique Franz Tost directeur de l'ex-écurie Toro Rosso depuis 2006.
Le meilleur scout d'Europe

Pierre et le flou

Et c'est d'ailleurs pour cette raison que le projet sportif d'AlphaTauri fut l'un des principaux sujets de discussion après le Grand Prix d'Italie. Car quid de Pierre Gasly, qui n'a jamais semblé aussi épanoui que depuis son retour au sein de l'équipe italienne ? Doit-il être promu chez Aston Martin Red Bull Racing, où il a connu des fortunes diverses, ou rester au sein d'une équipe « soeur » capable de lui offrir une monoplace à la hauteur de ses ambitions ? Le principal intéressé a déjà un avis sur la question : « Il y a une volonté claire d'AlphaTauri, et beaucoup d'ambitions précise Gasly à Motorsport.com. Je crois que c'est une situation différente de celle qu'il y avait avec Toro Rosso et Red Bull auparavant. Je crois que le projet est passionnant. Pour le moment, Red Bull est clairement le top team entre les deux, mais je pense que les ambitions d'AlphaTauri sont d'être au même niveau de performance à un moment donné ».
Que le Français se rassure, la collaboration entre les deux entités se renforcera la saison prochaine. La faute à la nouvelle réglementation technique et au plafonnement des budgets, incitant les écuries à se réorganiser pour rentrer dans les clous et réaliser des économies d'échelles. « Les outils que nous utilisons, la taille du modèle… AlphaTauri va utiliser le même matériel, la même soufflerie, bien sûr dans l'espoir que cela contribue à leur développement, explique Christian Horner. « D'autant que la monoplace 2022 va représenter un changement particulièrement significatif. La réglementation est claire désormais, il n'y a plus de zones d'ombre concernant ce qui est autorisé ou non. Espérons qu'AlphaTauri va désormais en bénéficier. ». Visant à réduire les écarts de performance entre les cadors et le reste de la grille, la réglementation technique devrait permettre l'émergence de plusieurs écuries. Et à ce stade, difficile d'identifier ceux qui en profiteront.
Le pilote français Pierre Gasly d'AlphaTauri raconte sa victoire inattendu du Grand Prix d'Italie de Formule 1 2020 à Monza. Interview avec le meilleur pilote de F1 français depuis 1996.
Pierre Gasly fête sa victoire à Monza

Gasly is the new Schumi

Érigé en véritable modèle de résilience après une année compliquée d'un point de vue sportif comme personnel, le pilote normand est revenu avec de nouvelles intentions : celles d'un grand champion. Au point de devenir le leader naturel de l'écurie ? Pour Graham Watson, ça ne fait aucun doute, Pierre Gasly peut faire passer un cap à AlphaTauri : « La première fois qu'il est arrivé chez nous, il disait 'je veux être pilote Red Bull, je veux être pilote Red Bull' rembobine-t-il à Motorsport.com. Et je lui ai dit […] Écoute, quand tu rejoins notre équipe, fais-en la tienne. Fais ce que Schumacher a fait chez Benetton. Benetton était une écurie qui avait un peu de succès mais pas énormément quand Michael Schumacher l'a rejointe. Mais il a fait de cette écurie la sienne. Et il a fait croire aux gens de cette équipe qu'ils pouvaient faire mieux que ce qu'ils faisaient, qu'ils pouvaient gagner. Et quand ils ont gagné une course, ils ont cru qu'ils pouvaient gagner des titres mondiaux. C'est ce que tu dois faire avec nous, fais de cette équipe ton équipe. » Pour Gasly, il ne reste plus qu'à suivre le même chemin que l'homme qui lui a donné envie d'être pilote.
Télécharge ici et gratuitement l’application Red Bull TV pour profiter de nos vidéos, directs et événements de sports extrêmes sur tous tes écrans !