B-girl Kimie danse à l'intérieur du Stade Roland-Garos, à Paris, où se tiendra la finale mondiale de Red Bull BC One 2023.
© Ghosto/Red Bull Content Pool
Breaking

Les secrets d’entraînement de B-girl Kimie

Quand la jeune du star du breaking français nous dévoile les coulisses de son entraînement de danseuse, qui est aussi celui d'une athlète.
Écrit par Red Bull France
Temps de lecture estimé : 6 minutesPublié le
Elle n’a pas encore 17 ans mais fait déjà partie des meilleures danseuses de l’hexagone. B-girl Kimie, qui a notamment fait résonner son nom aux quatre coins de la planète breaking en intégrant le top 8 de la finale mondiale de Red Bull BC One 2022 à New York, vient de remporter le cypher Ouest de Red Bull BC One 2023 en France et participera à la finale nationale de Montpellier le 9 juillet prochain. À la clé ? Un potentiel billet pour la grande finale internationale de la compétition, qui aura lieu au Stade Roland-Garros le 21 octobre (vous pouvez d'ailleurs prendre vos billets ici).

1 minutes

Cap sur Paris pour Red Bull BC One 2023 !

La 20ème édition de la finale mondiale de Red Bull BC One aura lieu au Stade Roland-Garros, à Paris, le 21octobre 2023.

Anglais

Mais alors, comment se prépare une jeune B-girl qui est aussi une athlète et écumait déjà les battles à l’âge où ses camarades de classe se contentaient de la cour de récré ? On lui a tout simplement demandé pour le savoir.

À quoi ressemble une journée d’entraînement type ?

Kimie: Le matin, après le lever, je m’étire et je travaille les bases pour qu’elles soient bien solides, mais aussi les choses qui me posent le plus de difficultés. Ça permet de bien réveiller le corps et de préparer la suite. Je vais par exemple travailler les étages, en haut, sur le coude, en bas, les freezes, des séries de coupoles ou d’envolées… Je perfectionne tout ça. Ensuite, l’après-midi je fais un entraînement spécifique. Je travaille mes passages et mes codes mais je fais aussi un peu de recherche pour trouver de nouvelles choses. Et je fais mes devoirs, aussi (rires) !

Combien d’heures t’entraînes-tu par semaine ?

J’ai souvent des battles le week-end, mais je dirais 4 à 5 heures par jour du lundi au vendredi.

La danseuse de Nîmes, B-girl Kimie (15 ans) représentera aussi la France en tant que Wild Card lors de la finale mondiale du Red Bull BC One 2022 à New York.

B-girl Kimie

© Baptiste Fauchille/Red Bull Content Pool

Tu fais aussi du cardio et du renforcement musculaire ?

Oui, mais pas tous les jours. Disons une à deux fois par semaine en fonction de mon planning. Pour faire du break, il faut quand même un minimum de capacités physiques. Pour ce qui est du cardio, je vais par exemple aller courir, mais je le travaille aussi en dansant, même si ce n’est pas la même chose. C’est un effort physique différent, mais très important aussi. Le week-end, en battle, on ne peut pas aller courir !

Que fais-tu en running ? Des petites sessions avec du fractionné ou de grosses sorties ?

Ça dépend de ce que je recherche… et de ma forme ! Il faut que je préserve mon corps.

Et niveau musculation ?

Je vais beaucoup travailler au poids du corps et je fais surtout beaucoup de gainage. C’est hyper important en break ! Si ta souplesse, ton cardio et ton gainage sont au max, c’est parfait pour danser.

Et l’important, c’est donc surtout de danser tous les jours…

Ça dépend des gens, je pense. Certain(e)s n’ont pas besoin de s’entraîner énormément. Une seule session par semaine leur suffit pour être très fort(e)s. Moi, j’ai besoin de m’entraîner tous les jours, oui. Ça me fait progresser plus vite, et si je ne le fais pas, j’ai l’impression d’avoir raté quelque chose.

B-girl Kimie à New York.

Kimie dans la Grosse Pomme

© Little Shao/Red Bull Content Pool

Comment gères-tu les blessures et les autres petits traumatismes ?

Danser, ce n’est pas normal pour le corps, donc on souffre toujours d’un petit quelque chose ici ou là. Alors, quand j’ai mal quelque part, j’essaie tout simplement de ne pas trop forcer pour ne pas aggraver le problème.

Tu travailles avec un(e) coach ?

J’avais quelqu’un, oui, mais là j’ai enchaîné pas mal de battles et je rentrais surtout à la maison pour me reposer. En ce moment, mon entraînement est très spécifique break, donc je n’ai pas besoin d’accompagnement.

Comment tu t’entraînes en amont d’une compétition ?

Une semaine avant une compèt, je retravaille les codes déjà acquis. Je les répète pour être sûre de les passer, et je répète aussi mes passages. Je ne travaille pas de nouvelles choses. L’idée, c’est de se concentrer uniquement sur ce que je vais faire lors du battle pour que tout soit plus facile et que je sois moins stressée.

Comment on travaille sa créativité en breaking ?

Là aussi, ça dépend des gens. Certains ont besoin de chercher des mouvements sans le son, par exemple. Moi, ça vient un peu naturellement. Je me laisse aller et je trouve des nouveaux moves… mais je regarde aussi mes vidéos pour voir ce que je pourrais ajouter de cool. J’essaie de mettre un peu de créativité durant tout l’entraînement, en fait, même lorsque je répète des codes.

Kimie en action

Kimie en action

© R

Et tu penses à la danse lorsque tu ne t’entraînes pas ? Il peut t’arriver d’avoir une idée de move, par exemple ?

Oui, souvent ! Donc j’écris rapidement mon idée pour l’essayer lors de l’entraînement. Et là, je vois si elle est bonne ou pas (rires).

Est-ce que tu t’inspires des athlètes d’autres disciplines ?

Leur motivation et la façon dont ils voient leur art peuvent m’inspirer, oui. Mais pas leurs entraînements. Le breaking, c’est quand même particulier.

Tu t’entraînes seule ?

Non, je le fais avec mon frère Marlone ! Je suis tout le temps avec lui. Certains vont s’entraîner avec les potes de leur crew, moi c’est avec lui. Et c’est important : ses mouvements peuvent m’inspirer et il me donne des conseils, mais l’inverse est vrai aussi. Et il m’accompagne toujours sur les compèts.

B-girl Kimie et b-boy Marlone à New York.

Kimie et Marlone

© Little Shao/Red Bull Content Pool

Et tu fais attention à ton hygiène de vie, ce fameux entraînement invisible ?

Je trouve que c’est hyper important, oui. Ça se ressent quand on danse. Et il faut penser à l’avenir. C’est comme ça qu’on va durer dans le temps, alors je fais attention à ce que je mange, par exemple, même si je me fais plaisir comme tout le monde.

Tu travailles la préparation mentale, aussi ?

Certains danseurs ont un préparateur mental, mais pas moi. Je pense que l’entourage joue beaucoup sur le plan mental. Moi, j’ai ma famille autour de moi, donc je pense que c’est aussi grâce à ça que j’y arrive.

Tu es jeune, et tu as donc vu ton corps changer en dansant. Comment t’es-tu adaptée ?

Ça ne m’a jamais posé de problème. Grandir m’a aidée à gagner en force et en muscles. Ça m’a permis de passer plus de mouvements. Mais la croissance peut mettre certains danseurs en difficulté. Ils perdent leurs repères. Bon, après, moi, je n’ai pas trop grandi non plus (rires).

Fait partie de cet article

Red Bull BC One

Le Red Bull BC One est la plus grande compétition de B-Boy et B-Girl du monde. Chaque année des milliers de danseurs tentent de décrocher une place pour la World Final..

1 Étape

Red Bull BC One World Final Paris

Regardez la 20ème édition de la finale mondiale de Red Bull BC One au Stade Roland-Garros, à Paris en direct live vidéo le 21 octobre 2023 !

France

Red Bull BC One Cypher France

La plus prestigieuse compétition de breaking 1vs1 au monde, Red Bull BC One, est de retour en 2023 ! Rendez-vous à Montpellier le 9 juillet pour le savoir.

France

Kimie

Passée sud de la France au plus haut niveau, Kimie est une véritable surdouée du breaking.