Jurassic World Evolution
© Universal
Games

Dinosaures et jeux vidéo, la sélection croquante

Les dinosaures, c’est votre truc ? Les jeux vidéo aussi ? Alors retrouvez une sélection de titres qui ne manquent pas de crocs.
Écrit par Kere
Publié le
Depuis des générations, les dinosaures sont les rockstars de l’immense catégorie des innombrables espèces animales malheureusement disparues. N’en déplaise au majestueux condor. Rares sont les gamins qui n’ont jamais eu un regard débordant de fascination pour ces reptiles des temps anciens. Leur taille, leur férocité, les mystères qui les entourent, Jurassic Park, les raisons de ce culte reptilien sont multiples et peu importe, c’est un fait. Mais les gamins grandissent et passent à autre chose. Tous ? Non ! Pour certains, le dinosaure n’est jamais bien loin, toujours aussi fascinant et pourtant irrémédiablement absent malgré les promesses de John Hammond. Puisque nous n’en verrons malheureusement jamais, faisons confiance au cinéma, aux livres et aux jeux vidéo pour nous les ramener.
« Avez-vous prévu de montrer des dinosaures dans votre article sur les dinosaures ? » Ian Malcolm
Allez-vous montrer des dinosaures dans votre article sur les dinosaures ?
Arrêtons nous justement sur ces derniers, tous ces jeux qui vous permettent, manette en main, d’admirer ces majestueuses créatures, de les gérer ou plus souvent, de les chasser, tel Roland Tembo dans The Lost World. Les dinosaures inspirent le monde du gaming depuis toujours. Nous ne parlerons pas ici des plus anciens, Turok ou Dino Crisis par exemple. Ces titres ont marqué notre enfance, mais point de regard dans le rétro. Notre sélection se concentrera sur des jeux actuels, sortis ces dernières années ou encore en early access. Mais trêve de blabla, « quand il faut y aller, il faut y aller ».

ARK Survival Evolved, si près des sommets

Débarqué sur Steam en accès anticipé en juin 2015, le jeu du Studio Wildcard s’est vite fait un nom sur la plate-forme de Valve, malgré une première version loin d’être finalisée. Il faut dire qu’ARK envoie du rêve sur le papier : seul sur une étrange île avec votre slip et vos mains, le jeu vous promet de devenir un puissant dompteur et collectionneur de dinosaures, parqués dans votre base construite mur par mur. Les animaux sont multiples dans ce jeu multijoueur diablement chronophage, proposant un mode PVP intense (et cruel) : toutes les races les plus célèbres de dinosaures sont de la fête et elles peuvent toutes être montées ou presque. À vous la parade sur le dos d’un T-Rex. Le jeu n’a pas oublié les reptiles marins (comme l'immense Liopleurodon) ou volants, ainsi que des animaux ayant vécus sur notre planète bien plus tard, à l’image du mammouth ou du loup. Le bestiaire affiché est impressionnant.
Sorti sur Steam en 2015, le jeu vidéo de dinosaure ARK Survival Evolved du Studio Wildcard s’est vite fait un nom sur la plate-forme de Valve.
ARK Survival Evolved
Les premiers mois de ARK avaient des allures d’idylle avec sa communauté toujours plus grosse. On construisait nos bases, on se faisait des potes, on apprivoisait de nombreuses créatures, on les faisait se reproduire, se battre, on faisait de la culture, on rangeait nos coffres, on partait en guerre contre d’autres joueurs et ceci jusqu’au douloureux reset du serveur. Puis, on recommençait, encouragé par les développeurs et leurs très nombreux ajouts de contenus. Le jeu ne manquait pas de défauts pendant son early access. Le configurer correctement était une plaie, tout comme son interface. Certains animaux, dans certaines situations, pouvaient vous faire perdre la tête (qui a dit vautours ?) au même titre d’un raid ennemi balayant en quelques minutes des semaines de jeu. Mais le plaisir était immense. ARK était une sorte de bac à sable inespéré pour les amoureux de dinosaures. Mais le temps est passé, les développeurs sont devenus plus discrets, s’appuyant bien trop sur les moddeurs pour corriger leur bébé. Pire, certains ajouts, comme de nouvelles cartes (payantes bien souvent), ont été imaginés par des joueurs acharnés plus productifs sur le jeu que ses papas. La sortie officielle du jeu en août 2017 n’a rien arrangé, d’autant qu’elle s’est effectué à plein tarif (70€) alors que le titre s’était distingué en étant toujours très accessible et souvent en solde. Depuis ARK stagne, se renouvelle peu malgré l’arrivée récente de l’île Valguero, mais peut-être n’a t’il pas dit son dernier mot.

PixARK, le Minecraft du Jurassique

En janvier 2018, le studio Snail Games a signé un curieux partenariat avec Wildcard pour sortir un spin-off du jeu alors à succès ARK Survival Evolved. L’idée était assez simple : refaire ARK à la sauce Minecraft, Saint Patron des sandbox, toujours très médiatisé (notamment sur YouTube) à ce moment là. Ils ont flairé le filon ! Ainsi est né PixARK qui a débarqué deux mois plus tard en early access. On y retrouvait tout l’univers du jeu évoqué plus haut avec le look cubique et austère du phénomène vidéoludique de Mojang. Mais voilà, les joueurs ont vite déchantés, atomisant le jeu dans les évaluations Steam notamment. Les bugs étaient nombreux, les idées neuves très rares et le tout était peint d’immondes couleurs flashy totalement déroutantes. Mais pourquoi donc mon Tricératops est-il turquoise ? Un rose fluo pour mon Raptor ? Là encore les mois ont passé, bêta oblige, sans totalement arranger les choses, les développeurs donnant l’impression de s’y intéresser modérément. PixARK est officiellement sorti en mai 2019 dans un relatif anonymat. Dommage.
Un autre jeu vidéo de survie multijoueur met les dinosaures à l’honneur : The Isle développé par Afterthought LLC et sorti fin 2015.
The Isle

The Isle, pour les carnivores hardcores

Un autre jeu de survie multijoueur met les dinosaures à l’honneur : The Isle. Développé par Afterthought LLC et disponible depuis la fin de l’année 2015, il s’adresse avant tout aux hardcore gamers. Cette fois, pas question de se construire une cabane en bois et d’aller apprivoiser un gentil dino. Non, ici, le dinosaure c’est vous. Herbivore ou carnivore, tel est votre premier choix sur The Isle qui vous propulse ensuite dans une map hostile et terriblement (trop) grande où vous devrez grandir, évoluer, vous nourrir, collaborer avec les autres joueurs, les tuer ou être leur victime. Là encore le bestiaire est généreux, soigné et joliment apprêté. Le jeu est en effet très beau. Et très dur. Il vous faudra vous armer de patience pour maîtriser petit à petit ses mécaniques, puis pour faire évoluer votre créature dont l’issue funeste et brutale fort probable pourrait vous décourager. The Isle est une expérience exigeante, loin d’être exempte de quelques bugs et autres soucis (tout le monde joue un carnivore, la carte laisse un sentiment de vide), mais parfois grisante. Dans The Isle, le grand Rex, c’est vous.

Jurassic World casse des briques

Difficile de parler dinosaure sans évoquer la franchise Jurassic Park (ou Jurassic World, sic), très présente dans le jeu vidéo et ce, depuis 1993. Récemment, Ludia a développé deux titres pour smartphones dont un Pokemon Go like (Jurassic World Alive). LEGO aussi s’y est mis, après Harry Potter, Star Wars, Indiana Jones, Marvel ou encore Le Seigneur des Anneaux. Comme pour ces licences, JP a donc eu le droit à son jeu LEGO proposant une relecture des différents films, allant du chef d’oeuvre de Steven Spielberg au film hommage de Colin Trevorrow (Jurassic World). Le tout à la sauce LEGO, une recette bien connue, toujours aussi sympa mais qui ne se renouvelle décidément pas. Pas de surprises mais des sourires. La sortie de ce jeu accompagnait celle du premier Jurassic World dans les salles obscures en 2015. C’est donc le nom de “World” qui lui a été donné, sans chercher à épargner le petit coeur des nombreux fans de l’oeuvre de Michael Crichton.
Jurassic World Evolution est sorti en 2018 et est un jeu vidéo de dinosaure d’un tout autre genre puisqu’il s’agit d’un jeu de gestion.
Le jeu Jurassic World Evolution

Dépensez sans compter avec Jurassic World Evolution

Restons dans l’univers de Jurassic Park avec une bonne surprise : Jurassic World Evolution en 2018, titre d’un tout autre genre puisqu’il s’agit d’un jeu de gestion. Ici, vous êtes aux commandes de plusieurs îles, les fameuses Cinco Muertes évoquées dans The Lost World. Vous devez y bâtir des parcs peuplés de nombreux dinosaures en prenant en compte la sécurité du public. Il vous faudra gérer sa capacité à dépenser son PEL dans vos boutiques, les transports, les risques météo, l’alimentation électrique, le bien être des animaux, leur compatibilité dans les enclos, leur régime alimentaire, et bien d’autres paramètres. Bref, votre mission, si vous l’acceptez, vous occupera un bon paquet d’heures (70-80 pour tout débloquer, DLC compris) mais vous voilà aux commandes de Jurassic Park, sans Dennis Nedry ou Indominus Rex pour venir gâcher la fête. Le jeu vous proposera de nombreuses missions, des dizaines d’espèces (dont ces maudits hybrides) à débloquer et à reconstituer via des fouilles effectuées lors d'expéditions. Vous êtes ici plongés comme jamais dans l’univers de Jurassic World.
Créez votre propre parc d'attraction sur les iles de las Cinco Muertes et sur l'Isla Nublar dans le jeu de dinosaures Jurassic World Evolution.
Mon parc de rêve
Plusieurs personnages de la saga sont de la partie, comme Ian Malcolm, Claire, Owen ou Wu, doublés par le casting original (et les doubleurs des films pour la VF). Il en va de même pour la superbe musique de John Williams et autres éléments des films comme les gyrophères, les jeeps, des répliques cultes, les cris des dinosaures, une apparence fidèle et des missions clin d’oeil. Le dernier DLC, “Le Sanctuaire de Claire” vous propose même de sauver les dinosaures d’Isla Nublar avant l'éruption d’un volcan, exactement comme dans Fallen Kingdom. Vous pourrez donc sauver ce triste Brachiosaure avec fierté. Le jeu est plutôt joli et vous invite souvent à admirer vos parcs et ses occupants, en vous glissant dans la peau d’un visiteur, via les safaris, les trains ou la sortie des animaux de leur laboratoire d’incubation. On se perd vite dans las Cinco Muertes, d’autant que l’île principale, la fameuse Isla Nublar (celle des films 1 et 4) est un vrai bac à sable : elle est grande et l’argent y est illimité. De quoi s’éclater comme un gamin.
Le jeu vidéo Parkasaurus vous propose de construire votre parc et d'y installer moult dinosaures.
Parkasaurus

Parkasaurus, le parc tout mignon

Jurasic World Evolution n’est pas le seul jeu de gestion à faire honneur aux dinosaures. Parkasaurus, sorti trois mois après le premier cité, vous propose une expérience similaire : construire votre parc, y installer moult dinosaures, respecter certains impératifs, ne pas effrayer votre banquier, répondre aux nombreuses exigences des visiteurs etc. Un vaste programme et de nombreuses ressemblances entre les deux titres est à noter. Il se distingue surtout pour son look qui peut refroidir. C’est très coloré, enfantin, pas vraiment beau. Vos dinosaures sont bleus, oranges, verts à paillettes et ils portent des bonnets. En trois mots : mignon tout plein. Mais attention, Parkasaurus cache bien son jeu et est une jolie réussite. Il fait partie des jeux de gestion les mieux évalués sur Steam. Il s’avère plus profond que son rival mais reste dans son ombre, licence Jurassic Park oblige.