FMX

Quel futur pour le FMX ?

© Garth Milan/Red Bull Content Pool
Écrit par Ali McCarthy
On a réuni Levi Sherwood et Travis Pastrana, deux légendes de la discipline, pour avoir leur avis sur l'avenir du FMX.
Le motocross freestyle est considéré comme l'un des sports les plus extrêmes qui soit. Les riders y tentent des figures que l’on retrouve en BMX slopestyle ou en VTT freestyle, mais avec des engins qui frôlent les 100 kg.
Avec l’apparition de compétitions emblématiques comme les Red Bull X-Fighters et le Nitro Circus, les fans se sont habitués à voir des figures parfaitement replaquées à l’image du célèbre Kiss of Death. Puis est apparu le backflip et le double backflip, avant que le tricked double backflip ne mette tout le monde d’accord. Aujourd’hui, les fans de FMX sont habitués aux doubles backflip et voir certains pilotes envoyer des triples rotations n'étonne plus personne.
Alors quelle sera la prochaine étape pour cette discipline en constante évolution ? Un quadruple backflip ? Travis Pastrana et Levi Sherwood, deux légendes du milieu, imaginent un futur dans lequel les pilotes repousseront encore les limites de l’imaginable. Mais la vraie progression viendra avant tout, selon eux, de la technologie.
« Pendant les 20 premières années de l’histoire du FMX, nous avons progressivement rattrapé l'avance que la technologie avait sur nous. Aujourd’hui, les aptitudes des pilotes dépassent ce que peut offrir la technologie » explique Levi Sherwood. « Honnêtement, je pense qu'il n'y a pas de limite à ce que l’on peut faire dans ce sport. La prochaine étape passera par un développement qui va au-delà de notre capacité à rider. »
Dans sa maison de North Palmerston en Nouvelle-Zélande, Levi Sherwood possède un terrain de 24 hectares avec des énormes sauts et un airbag pour l’atterrissage. Il dispose également d'un atelier dans lequel il bricole sa moto pour la rendre encore plus adaptée à la discipline du freestyle. « Je passe beaucoup de temps à développer ma moto. C’est un gros travail technique qui vise à pousser les limites de la machine afin d'aller encore plus loin » détaille-t-il. Sherwood conçoit même ses propres pièces en fibre de carbone pour alléger sa moto.
Pionnier du FMX, Travis Pastrana est du même avis que Sherwood. « La raison pour laquelle il semble que le FMX soit devenu un peu terne, c'est parce que les riders ont atteint les limites de ce que les machines et les rampes peuvent leur offrir. »
Les légendes du motocross freestyle Travis Pastrana et Levi Sherwood prennent la pose en 2010.
Pastrana et Sherwood en 2010
Comme Levi Sherwood, Travis Pastrana n’a pas l’intention de regarder son sport évoluer sans lui. « Pour le Nitro Circus, nous avons construit une rampe de 12 mètres pour Josh Sheehan » explique-t-il. « Aux X Games, les riders s’élancent sur une rampe de 2,5 mètres. Nous sommes donc presque cinq fois plus hauts. Pour le triple flip qu’a réalisé Sheehan, nous avons construit une zone d’atterrissage de 20 mètres de hauteur. J’ai envoyé un Double Backflip Kiss of Death. Et ce n’était que pour l’échauffement. »
« Avec le temps, vous avez le recul nécessaire pour observer ce qu’il est possible de faire. Des mecs comme Levi poussent le sport encore plus loin en créant des rampes énormes qui augmentent le temps passé en l’air, bien plus que dans n’importe quelle compétition officielle » poursuit Pastrana. « Pouvoir plaquer une figure en tout sécurité sur une zone d’atterrissage parfaite, c'est primordial. Je suis très attentif à cet aspect là. Il est évidemment impossible d’éviter toutes les chutes, mais on peut empêcher aujourd’hui un rider de tomber de plus de 9 mètres de hauteur. Ce sera la prochaine étape décisive pour franchir un nouveau pallié : se focaliser sur l’atterrissage et mieux comprendre comment construire de bonnes rampes. »
24 minutes
De l'amour et du NASCAR
La discipline évolue donc progressivement sur quelques aspects, et il faut désormais des personnes ayant un réel dévouement pour apporter les changements dont ce sport a besoin.