Voir la vidéo13 minutes
Football

Gigio l'amoroso

Avec deux arrêts lors des tirs aux but en finale, Donnarumma a été le héros de la victoire de l'Italie à l'Euro 2020. Mais d'où sort ce portier au sang quasi-congelé ? Il vous le raconte lui-même.
Écrit par Brian Homewood
Publié le
Fait partie de cet article

Gianluigi Donnarumma

ItalyItaly
Voir le profil
"Intrépide". C'est le mot préféré de Gianluigi Donnarumma lorsqu'il parle de football. De la toute première fois où il a foulé un terrain de football à l'âge de cinq ans, à ses débuts en Serie A à seize ans, en passant par sa participation à l'Euro 2020 - son premier grand tournoi international - l'Italien a toujours banni la peur de son esprit. Mais pas l'ambition : "Mon objectif est de gagner autant de trophées que possible." dit-il. "Et peut-être qu'un jour, je gagnerai le Ballon d'or."
Découvrez le parcours de Donnarumma, de ses débuts au titre italien, dans la vidéo en haut de la page.
Harry Maguire (Angleterre) s'avance pour tirer son penalty contre Gianluigi Donnarumma (Italie) lors de la finale du championnat de l'UEFA Euro 2020 entre l'Italie et l'Angleterre le 11 juillet 2021.
Le gardien de 1,95 m est une force de la nature
S'il n'a que 22 ans, Gigio a fait ses débuts avec la nazionale il y a déjà 5 ans. En remplaçant son idole Buffon à 17 ans et 189 jours, le le néo-parisien était alors devenu le plus jeune gardien de but de l'histoire de la sélection. Avant, deux petites années plus tard, de devenir son portier titulaire. Molto impressionnant.
Il se trouve d'ailleurs que Buffon vient de signer à Parme, en Serie B, à 43 piges. "J'espère être encore sur le terrain à 40 ans pour aider mes coéquipiers" réagit Donnarumma, dont l'autre exemple est Dida, ancien gardien de l'AC Milan et du Brésil. "Dans ma chambre, j'avais Buffon et Dida. Ils ont toujours été mes gardiens de but préférés. De toute façon, je n'avais que des posters de foot..." ajoute celui pour qui tout a commencé sur les terrains de l'ASD Napoli, du côté de sa ville natale de Castellammare di Stabia, à quelques bornes de Pompéi. Soit là où l'emmenait son coach d'oncle, Enrico Alfano.
L'équipe italienne célèbre sa victoire lors de la finale du championnat UEFA Euro 2020 entre l'Italie et l'Angleterre au stade de Wembley le 11 juillet 2021.
Donnarumma célébrant la victoire de l'Italie en finale de l'Euro 2020
"Ma passion pour les gardiens de but a commencé là-bas. Mon premier bon souvenir, c'est le premier jour où j'ai joué en tant que gardien de but." rembobine-t-il. "Mon oncle tirait et je plongeais sur les ballons. Je n'ai jamais eu peur. C'est peut-être pour cela que j'ai choisi ce poste. J'étais vraiment jeune, mais extrêmement passionné. Je n'ai pas quitté les buts depuis. Je n'avais peur de rien. Mais les débuts n'étaient pas faciles, c'est certain. Pour un gardien de but, plonger sur un terrain en terre est assez dur, mais j'étais un véritable passionné."
Le gardien de but italien Gianluigi Donnarumma posant pour un portrait lors d'un tournage à Milan, en Italie, le 22 avril 2021.
Donnarumma a fait ses débuts en équipe d'Italie à l'âge de 17 ans
La preuve ? "Après l'école, j'avais hâte de retourner sur les terrains parce que jouer était tout pour moi. Et quand il pleuvait, et que l'entraînement était annulé, je pleurais - je voulais quand même aller jouer, et je faisais un scandale à la maison".
Après le décès de son oncle, le dénicheur de talents Ernesto Ferraro est devenu le nouveau mentor de Gigio et l'a persuadé qu'il pouvait passer pro : "Il croyait fortement en moi et m'a toujours dit qu'avec de la passion et du travail, je pourrais un jour jouer pour l'équipe nationale et en Serie A. Pour moi, ce n'était qu'un rêve, mais j'ai vu à quel point il était convaincu".
Gianluigi Donnarumma (Italie) arrête le penalty de Bukayo Saka lors de la séance de tirs au but de la finale de l'Euro 2020 au stade de Wembley le 11 juillet 2021 à Londres, en Angleterre.
Même sous une grande pression, Donnarumma se montre intrépide
Et c'est ainsi que Gigio n'est jamais devenu charpentier, le métier de son père. Un homme qui, il le confesse, lui a tout de même enseigné des valeurs telles que l'humilité et le sens du sacrifice. "Il m'a appris tellement de choses qui m'ont permis d'être la personne que je suis maintenant..."
Il faut le savoir : Gigio a toujours été grand, dans tous les sens du terme. À 10 ans, il mesurait déjà plus de 1,82 m. Et quatre petites années plus tard, il rejoignait déjà le Milan AC. Avec une taille adulte, donc, mais des sentiments d'ado déraciné :
"Les premiers jours, se réveiller et ne pas être à la maison, c'était vraiment dur. Dans la journée, avec vos coéquipiers, vous arrivez à oublier tout ça. Mais les débuts de journées étaient difficiles. La maison me manquait vraiment. Le matin, je versais quelques larmes. Ce n'était pas facile de quitter la famille".
Gianluigi Donnarumma posant pour un portrait à Milan, en Italie, le 15 février 2021.
Donnarumma a toujours eu une passion pour les gardiens de but
"Le soir, on se réunissait, à trois ou quatre, et on jouait aux jeux vidéo. On s'en sortait bien. Il y avait quelques joysticks cassés, mais on s'amusait beaucoup".
Précoce et vite surclassé, Gigio fait ses débuts dans les cages milanaises contre Sassuolo le 25 octobre 2015. Il est, à ce moment là, le deuxième plus jeune gardien de but à jouer en Serie A après un autre gardien du Milan : Giuseppe Sacchi.
Le gardien de but italien Gianluigi Donnarumma posant lors d'un tournage à Milan, en Italie, le 22 avril 2021.
Donnarumma se fixe des objectifs très élevés
Je garde mon calme, cela a toujours été une de mes forces.
"Mihajlovic (son coach à l'époque, ndlr.) m'a demandé si j'avais peur de jouer. Il savait que je dirais non parce que je ne sais pas avoir peur. Et ce même si je n'avais jamais joué. J'étais impatient. Nous avons eu une belle discussion. Il m'a dit qu'il avait confiance en moi et qu'il voyait que j'étais le plus fort de tous ses joueurs, il voulait que je joue. J'étais très heureux, je l'ai remercié. Je lui ai dit qu'il pouvait compter sur moi".
"(Après l'entraînement), j'avais hâte de prendre une douche et d'appeler mes parents. C'était l'un des moments les plus excitants de ma vie. J'ai dit : "Écoute, papa, demain je joue, alors prends le train et viens".
Ce jour là, Milan gagne 2-1. Mais Gigio, lui, n'est pas totalement satisfait. Notamment parce qu'il a encaissé un but de Berardi sur coup franc. Heureusement, Mihajlovic le rassure immédiatement : " Il m'a dit "Continue à faire ce que tu fais. J'ai toute confiance en toi." Ces mots ont été très importants pour moi."
Comme tous les professionnels, Gigio se fixe des objectifs très élevés et a du mal à accepter ses erreurs. "Après avoir commis une erreur, vous continuez à y penser. L'adrénaline du jeu fait qu'il est difficile de dormir la nuit, et c'est encore pire si vous avez fauté."
Pourtant, il reste imperturbable sous la pression. "Je garde mon sang-froid, cela a toujours été une de mes forces. J'ai joué en Serie A pendant six ans, c'est normal qu'on me respecte maintenant. Je me suis toujours fais entendre, même si je suis très jeune. Maintenant que j'ai un peu plus d'expérience, on m'écoute".
Gianluigi Donnarumma célèbrant avec ses coéquipiers après avoir arrêté le cinquième penalty anglais tiré par Bukayo Saka lors de la finale de l'Euro 2020 au stade de Wembley le 11 juillet 2021.
Donnarumma encensé par ses coéquipiers après son arrêt décisif
"Le gardien de but doit être entendu et commander la défense pour qu'elle se sente en sécurité, tout comme je me sens en sécurité avec ses joueurs. C'est pour cela qu'ils sont importants. Je leur fais confiance, ils me font confiance et cette réciprocité est très importante pour nous tous".
La concentration et l'apprentissage sont également essentiels pour lui : "Même après une erreur, il faut continuer à avancer. Le prochain geste est le plus important, comme on dit. J'ai toujours pensé que l'on ne cesse jamais d'apprendre. Même après cinq ans, dix ans, vingt ans, je ne cesserai jamais de progresser. J'ai toujours pensé cela".
Mais, y a-t-il quelque chose dont Gigio ait peur ? Oui. Tout comme l'immense Dennis Bergkamp, le nouveau gardien du PSG n'aime pas voler : "J'ai un peu peur de l'avion, même si ça s'améliore avec le temps." Tout comme lui et le bon vin, quoi.
Fait partie de cet article

Gianluigi Donnarumma

ItalyItaly
Voir le profil