1 000ème GP en Chine pour la Formule 1
© Getty Images/Red Bull Content Pool
F1

La 1 000ème pour Hamilton

Lewis Hamilton a remporté la 1 000ème course de l’histoire de la Formule 1. Le pilote anglais, qui prend la tête du championnat du monde, a devancé Bottas et Vettel.
Écrit par Vincent Girard
Publié le
L’histoire se jouait en Chine pour la Formule 1 à l’occasion de la 1 000ème course de la discipline. 56 tours allaient s’ajouter aux 65 141 déjà parcourus depuis le premier Grand Prix de F1, disputé à Silverstone en mai 1950. Une course pour l’histoire, remportée par Lewis Hamilton qui prend la tête du championnat du monde. Le Britannique a devancé Valtteri Bottas et Sebastian Vettel. Max Verstappen (4ème) a bataillé pendant tout le Grand Prix avec les Ferrari alors qu’Alexander Albon a brillé au cœur du peloton.

Hamilton pour l’histoire

Deux semaines après sa course victorieuse à Bahreïn, Lewis Hamilton n’a cette fois compté que sur lui pour aller chercher une 75ème victoire en Grand Prix. Si l’Anglais avait profité du problème d’injection de Charles Leclerc pour remporter la 999ème de l’histoire, il a mis tous les ingrédients pour placer son nom à côté de la 1 000ème course de la discipline.
Dès le départ (marqué par l'accrochage ci-dessous entre Kvyat et les McLaren), le pilote Mercedes a pris le meilleur sur son coéquipier et n’a (presque) jamais été inquiété sur les 56 tours au programme. Bottas s’est bien rapproché à moins de deux secondes du quintuple champion du monde au milieu de la course, mais il n’a fallu que quelques tours à Hamilton pour recréer l’écart avec son coéquipier, finalement deuxième du Grand Prix. Les six secondes d’avance d’Hamilton sur la ligne d’arrivée sont d’ailleurs loin de représenter la domination qu’il a exercée sur cette course.

Ferrari, la lutte interne continue

Comme le Capitaine Haddock avec son sparadrap, Sebastian Vettel va tenter toute la saison de se défaire de la pression de son coéquipier Charles Leclerc. Critiqué par la presse italienne qui a largement comparé sa piètre performance à Bahreïn à celle nettement plus remarquée du pilote Monégasque, l’Allemand a tenté de remettre les pendules à l’heure sur cette épreuve asiatique.
Malgré un départ raté sur lequel il a perdu une place au profit de son coéquipier, le quadruple champion du monde est resté suffisamment près et longtemps de la Ferrari numéro 16 pour obtenir de l’écurie un ordre demandant à Leclerc de le laisser passer au 11ème tour. Sans parvenir à réellement distancer son coéquipier, Vettel a profité d’une meilleure stratégie aux stands pour aller chercher une troisième place et un peu de sérénité dans cette lutte interne chez les Rouges. Mais la bataille ne fait que commencer…

Verstappen à la chasse aux Ferrari

Cinquième sur la grille de départ derrière les deux Mercedes et les deux Ferrari, Max Verstappen a tout fait pour venir semer le trouble dans la hiérarchie. Le pilote de l’écurie Red Bull Racing n’a jamais lâché les Ferrari. Parvenant à dépasser Charles Leclerc à la faveur des ravitaillements, le Néerlandais a même entrevu le podium quand il a pris le meilleur sur Vettel au 20ème tour. Mais le pilote Ferrari est repassé devant au virage suivant.
« On a essayé, c’était fun » expliquait-il après la course. « C’était une bonne bagarre avec Seb, mais de toute façon, je ne pense pas qu’on avait la vitesse pour rester devant. Ça reste un bon résultat. » Finalement quatrième du Grand Prix de Chine, Verstappen est bien accroché à sa troisième place au classement général. À distance des cinq pilotes de devant, le Français Pierre Gasly a pris la sixième place et un point de bonus grâce au meilleur tour en course réalisé en fin de Grand Prix.

Alexander Albon, des stands jusqu’aux points

Après son gros crash lors de la troisième séance d’essais libres, Alexander Albon n’avait pas pu prendre part aux qualifications, sa Torro Rosso étant trop endommagée. Contraint de s’élancer depuis les stands, le pilote thaïlandais a été impressionnant sur les 56 tours de course. Auteur de multiples dépassements et d’une stratégie agressive, il est parvenu à terminer à la dixième place. Un point et une performance salués par les fans de la discipline qui lui ont octroyé le titre honorifique de « Pilote du jour ».
« On avait la vitesse tout le week-end, donc après mon erreur en qualifications, je m’en voulais un peu » indiquait-il après la course. « On savait qu’on pouvait faire quelque chose ici et c’est bien de l’avoir démontré en course. » L’ancien membre du Red Bull Junior Team, qui était proche d’arrêter sa carrière après avoir été éjecté de la filière, justifie depuis le début de la saison les nouveaux espoirs placés en lui.